Association VIE Vendée » Blog Archives

Author Archives: association VIE

Bulletin 2020

LA CRIÉE RETROUVE SES COULEURS

Published by:

Notre criée revient de loin. Cette bonne nouvelle mérite d’être partagée.

Retour au port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Il y a quatre ans, l’ambiance était plus morose 53 quai Marcel Bernard à Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

En 2015, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Vendée (CCI) a entrepris la rationalisation de la gestion des criées vendéennes. Selon cette logique, celles de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et de l’Ile-d’Yeu devaient disparaître pour prix d’un regroupement des forces sur la criée des Sables-d’Olonne. L’argument fort opposé aux professionnels de la pêche, secoués par l’annonce, était que la criée de Saint-Gilles-Croix-de-Vie perdait 300 000 euros par an. C’était condamner le port de pêche. Mis devant un quasi fait accompli, les maires des communes concernées saisirent la Communauté de Communes afin de mettre au point une alternative crédible et durable.

Le premier janvier 2016, la Communauté de Communes décida la reprise du port en gestion directe, pour 12 ans et mit sur pied à cet effet la Société d’Économie Mixte du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Dès la première année la criée limita son déficit à 20 000 euros, loin en deçà des 300 000 euros de déficit allégués par la CCI. À partir de cette date, le chiffre d’affaires de la criée progressera de 2 % chaque année. Son tonnage augmentera de 5 % avec la même régularité. Un bémol toutefois : le prix moyen des prises de poissons bleus diminue de 1 % dans la même période.

Le point d’équilibre est atteint en 2019. Les volumes des prises en anchois, sardines, chinchards et sardines sont en hausse de 205 tonnes soit plus de 6 % et le débarquement de poissons blancs connaît une hausse de 22 tonnes (+ 2 %).

Actuellement, l’activité de la criée est portée à 80 % par la pêche côtière. En 2018, 3 995 tonnes ont été pêchées par 8 sardiniers dont une paire est armée par la conserverie Gendreau qui en traite 2 900 tonnes. Son label rouge lui assure un vaste marché.

Sitôt péchés, déjà des acheteurs

1 200 à 1 300 tonnes de « fraîches » sont vendues en criée aux mareyeurs. Ce rapide redressement de situation s’explique par une gestion plus proche des professionnels de la pêche et une réactivité appréciée des marins et des acheteurs.

 Le redressement de la situation n’exclut pas la vigilance. La saison de pêche 2019 accuse une légère baisse de tonnage imputable à un été particulièrement chaud. De plus, l’actualité apporte en continu son lot d’incertitudes. Ainsi un éventuel Brexit pourrait avoir pour conséquence une restriction des zones de pêche le long du littoral français et le report des flottes normandes et bretonnes sur les zones situées plus au sud.

Loin de céder au pessimisme, la criée de Saint-Gilles-Croix-de-Vie soutient son dynamisme tout en dédiant 250 m2 de sa surface à l’accueil de visiteurs captivés par le spectacle qu’elle offre aux matinaux dès 5 heures du matin. Le but est de sensibiliser un public friand de nouveautés en prise direct sur la pêche et la vie des marins. Deux visites pédagogiques organisées au petit matin et à partir de 10 heures permettent aux amateurs de suivre le trajet du poisson depuis son débarquement sur le quai jusqu’à l’enlèvement des lots par les mareyeurs.

L’activité de la criée dépend de l’abondance et de la diversité des stocks. En prise directe sur le vivant, les professionnels de la pêche fournissent un effort constant d’adaptation en termes de techniques de pêche et d’instruments de capture. Ils sont attentifs aux travaux des scientifiques qui, pas à pas, révèlent parfois en tâtonnant, les processus de renouvellement des stocks et les régulations à adopter aux niveaux intergouvernementaux et européens pour en préserver l’abondance et le renouvellement. Ils savent aussi qu’ils n’ont pas l’entière maîtrise des facteurs en jeu, que ce soient les évolutions climatiques, l’acidification des eaux des océans, la pression de la surpêche industrielle au détriment de la pêche artisanale tant il est démontré que les seules règles du marché appliquées aux ressources de la planète conduisent à l’épuisement de celles-ci.

 Bien au-delà du monde de la pêche, la prise de conscience de la complexité des enjeux, économiques, sociaux et environnementaux, implique l’engagement des dirigeants politiques à des niveaux de responsabilité intergouvernementaux. La pertinence de leurs décisions dépendra de la qualité de leur écoute vis à vis des professionnels, des experts et de la légitime inquiétude des populations.

Les équilibres à préserver nous engagent tous, bien au-delà du seul monde de la pêche.

Michelle Boulègue.

Sources : SEM des ports du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-
Vie.

Bulletin 2020

ROUE PÔLE-HOMME

Published by:

par Pierre Garcie dit Ferrande
Le Grant Routtier (1483 – 1502 – 1520)

 

 

Roue Pôle-Homme de Pierre Garcie – 1520

Lorsque j’ai commencé, en 2010, à transcrire le texte de Pierre Garcie dit Ferrande, je savais que la figure qu’il représentait à la page 5 du Grant Routtier (1520) était encore une énigme. Puis un événement fortuit m’a conduit à Lisbonne où j’ai pu relier cette représentation à la Roue Pôle- Homme, représentée au Musée maritime portugais.

Suite à la publication de l’ouvrage, «Pierre Garcie dit Ferrande – le routier de la mer, v.1490 – 1502 – 1520», CRHIP – 2015, de nombreuses questions m’ont été posées sur cet instrument de navigation, son origine, son utilisation. Aussi, ce premier document (deux autres suivront en 2021), tente d’y apporter quelques réponses, en particulier l’inscription de Pierre Garcie dit Ferrande au cœur de la science nautique des XVe et XVIe siècles.

Pierre Garcie, Le Grant Routtier, 1520  [J’ai] composé et [je tai] envoyé le présent livret,  qui  t’apprendra  à  reconnaître  et conntre  les  noms  des  vents  et  leurs rumbs, en présupposant toutefois que tu saches, toi ou un autre, distinguer [le cycle de] la Lune [de celui] du Soleil. Le Soleil et la Lune sont les guides et gardiens de tous les  braves  compagnons  qui  voguent  et naviguent à travers les ondes innombrables de la mer. Toutefois, bien que le Soleil et la Lune te permettent de reconntre et conntre les heures – le Soleil, de jour et la Lune, de nuit – j’ai voulu te donner à savoir et reconntre sans voir ni Soleil ni Lune lheure de minuit et l’aube du jour.

S’ensuit la figure qui apprend à reconntre et savoir les heures de nuit, c’est-à-dire minuit et l’aube du jour, sans Soleil ni Lune ni compas, et sans horloge mesurant les heures ou les demies, avec les noms et les rumbs des vents, ce qui est une chose très délicate et nécessaire pour l’habile et ingénieux métier de la mer.

La    Roue    Pôle-Homme,      instrument marinisé au XVe   siècle, offre au marin un cadran des heures, un cadran aux étoiles,  un  cadran  compas,  un  cadran solaire,  un  cadran  lunaire,  un  cadran des marées, avec leurs Règlements. Pierre Garcie dit Ferrande, né à Saint- Gilles-sur-Vie en 1441, est un des tout premiers marins  scientifiques qui initie la  communauté  maritime  française  à une navigation à l’estime avec un apport de l’astronomie.
Il engage ainsi une génération de marins vers la navigation hauturière.

Le Grant Routtier, que Pierre Garcie dit Ferrande termine en 1483, est publié en 1502 et 1520 jusqu’en 1662. Il donne à la communauté maritime française le moyen de naviguer au large. Pierre Garcie rappelle l’importance de cette avancée scientifique maritime : com- ment naviguer sans voir la terre et sans instrument de marine autre que la Roue Pôle-Homme. Cet instrument, marinisé à la fin du XVe siècle au Portugal, permet de se positionner avec ou en l’absence de quadrant et de compas, de vérifier le temps avec ou en l’absence de sablier (horloge), de calculer l’âge de la Lune et des marées.

une science appliquée

Le XVe siècle est une période charnière pour la navigation côtière. Celle-ci prend son essor vers le large grâce à l’avancée scientifique. Elle va bénéficier de deux apports, celui du monde arabe et celui du Portugal (dont Christophe Colomb, 1451 – 1506 est l’éclatant témoignage). Les méthodes des  navigations  arabes et occidentales ne sont pas des copies identiques. Elles ont, cependant,  le point commun d’être le résultat d’une collaboration entre des scientifiques et des marins. La transmission des savoirs scientifiques est affaire de savants, alors que la transmission des techniques est affaire de professionnels. Pierre Garcie dit Ferrande (1441-1502) est un marin français et un savant qui expérimente cette science. Il en fera un trésor avec le premier routier européen, Le Grant Routtier – 1483 et 1520, viatique indispensable pour tous les marins européens jusqu’au milieu du XVIIe siècle.

de la navigation

En raison de l’influence directe des contraintes naturelles, comme le  vent, les tempêtes, les marées, le navigateur a essayé de s’affranchir de la navigation à vue de terre par des méthodes empiriques. La navigation  à  l’estime lui a permis d’augmenter son domaine d’action.  L’estime  est  la  méthode  de navigation qui consiste à déduire la position actuelle du navire  à  partir  de sa route et de la distance parcourue depuis sa dernière position connue. Elle peut être résolue par le calcul ou par un graphique, mais seule la deuxième solution est accessible au navigateur médiéval, précisément grâce au portulan ou carte marine sur lequel le navigateur va reporter par un graphique tous les changements de route induits par les diverses manœuvres engendrées par les sautes de vent. Si le premier problème du navigateur : savoir quelle direction prendre est résolus par la boussole et le routier ou bien par catalogue des routes usuelles, c’est grâce à l’estime que l’on va résoudre ceux afférents au contrôle de cette route. C’est une méthode de calcul du point en fonction de deux paramètres mesurés : le cap et la distance. Ce sont ces deux  avancées qui ont permis d’élaborer le compasso, ou routier C’est un catalogue de directions et un catalogue de distance. Le Routier de la mer de Pierre Garcie s’inscrit dans cette démarche.
Il était alors temps de faire appel à la recherche appliquée. Et c’est le début de la navigation astronomique. Dès qu’il a fallu s’éloigner des côtes, le repère naturel pour les navigateurs a été le ciel avec ses astres : le Soleil, la Lune, les étoiles de la voûte céleste.
Le Routier de la mer de Pierre Garcie précise aux marins, pour la première fois en Europe, l’utilisation d’un instrument nautique, la Roue Pôle-Homme, qui permet le positionnement à partir des astres. Il peut alors confirmer ou infirmer les repères, amers, sonde, courant, rhumbs et distances pour recaler sa position estimée en vue de terre à intervalles réguliers.

étude du creuset portugais

Taqi al-Din al-Shami al-Assadi … de l’Observatoire de Galata, fondé en 1557 par le sultan Soliman.

Jusqu’au milieu du XIIIe siècle, la Roue Pôle-Homme est  inventée  à  partir des  réflexions  arabes  sur  l’astrolabe, instrument qui permet le calcul, à terre, de la latitude d’un  lieu  pour  implanter un lieu religieux et du calcul de l’heure nocturne pour  rythmer  les  prières. Les plus anciens textes en latin sur l’astrolabe paraissent provenir de l’abbaye de Ripoll ; ils sont contenus, en particulier, dans un manuscrit copié au Xe  siècle dans cette abbaye.
Une  seconde  période,  à  partir  de  la deuxième moitié du XIIIe siècle est caractérisée par le nombre et l’intérêt de nouvelles recherches, par la diffusion inouïe de  certains  instruments,  bref une période d’expansion directement liée au rôle joué par tout ce matériel dans l’enseignement universitaire, plus particulièrement au Portugal, lieu privilégié où la transmission de cette science  des  Arabes  vers  l’Occident est la plus évidente. C’est ce problème qui était à l’ordre du jour au Portugal à la fin du XVe  siècle et qui fut étudié et résolu par la Junta dos matematicos, avec le Règlement de Munich et celui d’Évora [Regimento do estrolabio e Tractado da Spera do Mundo], traitant dans un texte élémentaire, accompagné de tables approximatives de la plus grande simplicité, la méthode de calcul des latitudes par la hauteur du Soleil. Ces tables ont comme point de départ l’Almanach perpetuum (1473 à 1478) de Zacuto. L’examen de ces œuvres remarquables nous montre de combien les marins portugais devançaient leurs concurrents espagnols dans l’art de la navigation, au moment même où les deux peuples se disputaient la division du globe.
Le Routier de la mer de Pierre Garcie est le premier document français qui décrit, dès 1483, ces avancées scientifiques nautiques nécessaires pour la navigation au large.

étude des instruments

Avant  le  XIVe    siècle,  les  instruments d’astronomie sont établis pour un usage à terre. Les arabes, puis les portugais, cherchent à les mariniser. La vraie nou- veauté   des   marins   portugais   réside dans les instruments utilisés : l’astrolabe nautique,      le     quadrant      nautique, l’arbalestrille, la Roue Pôle-Homme. L’astrolabe,   qui   mesure   la   hauteur du  Soleil,  sera  adapté  en  mer  sous une   forme   très   simplifiée,   l’astrolabe nautique, (en bois au début). En raison du  roulis  et  de  la  difficulté  d’observer le  Soleil  directement,  il  sera  utilisé  à terre,  à  l’escale.  Le  marin  utilise  aussi l’arbalestrille ou bâton de Jacob que l’on utilise sur le bateau lorsque la mer est calme et sans houle.

Mais il est un instrument ancien, utilisé par les religions pour définir la latitude des lieux Saints et l’heure nocturne : la Roue des heures (futur nocturlabe). Les astronomes vont offrir aux  navigateurs un instrument marinisé, la Roue Pôle- Homme, avec une  méthode  pratique et largement utilisée pour repérer le passage de l’Étoile Polaire au méridien inférieur ou au méridien supérieur.

Pierre Garcie dit Ferrande un marin français moderne

Le Grant Routtier de Pierre Garcie dit Ferrande est le premier manuscrit fran- çais qui explicite, dès 1483, imprimé en 1502 et 1520, l’utilisation de la Roue Pôle-Homme. Cet ensemble permet de calculer l’heure nocturne, la hauteur de la Polaire et par déduction la latitude du lieu, puis de calculer l’âge de la Lune en vue de définir l’établissement d’un port. Cette base scientifique sera, dès le XVe siècle à l’origine des documents obliga- toires à bord de tous  les  bateaux  : les Pilotes ou l’Almanach nautique, actualisés jusqu’à ce jour.

la roue Pôle-Homme de Pierre Garcie, un cadran des heures

La Roue Pôle-Homme est un cadran des heures qui est étalonné en 24 heures par l’aiguille céleste : Étoile Polaire > Gardes.
Pierre Garcie annonce un instrument nautique, en l’absence de sablier (horloge), quadrant (compas) et boussole (compas). Cette Roue Pôle-Homme présente une roue de 24 secteurs, utilisée comme 24 heures pour la couronne extérieure (2 fois 12 heures) et 24 quinzaines de jours pour la couronne intérieure avec un corps humain au centre. Le sens est direct d’est en ouest, (sens inverse des aiguilles d’une montre).

figue 1

En Atlantique, un marin qui veut calculer l’heure la nuit du 15 février 1520 met la Roue Pôle-Homme face à soi (figure 1), contrairement à une utilisation normale d’une rose des vents qui est  placée  horizontalement  pour  les mesures d’angle. Du point de vue astronomique, et contrairement à une carte terrestre,  vous  observez  des  objets situés au-dessus de vous et non en des- sous : d’où le fait que l’est et l’ouest sont respectivement à gauche et à droite ; le haut est le sud et le bas est le nord.  Si on observe le ciel on constate que les  étoiles  tournent  autour  du  Pôle, de la droite vers la gauche, quand on les  observe,  face  au  nord  sous  nos latitudes. Le Soleil et la Lune tournent, quant à eux, de la gauche vers la droite toujours dans l’hémisphère nord, mais on les observe face au sud. Pourtant le  mouvement  apparent  des  astres étant  dû  à  la  rotation  terrestre,  les astres  tournent  d’un  même  mouve- ment  dans  l’espace,  c’est  la  position de  l’observateur  qui  les  fait  paraître changer de sens. Il faudrait spécifier chaque  fois  la  position  de  l’observateur : face au sud ou face au nord ; les explications deviennent alors pénibles. Pour y remédier, on prend pour repère cet homme de la Roue Pôle-Homme, épinglé  sur  le  Pôle  Nord  céleste  et qui regarde donc toujours vers le sud et on parlera de la position d’un astre en disant qu’il est dans le bras droit ou bien dans le bras gauche. La Polaire étant  au  nombril  du  bonhomme,  le méridien coupe l’horizon par les pieds au nord et dans le prolongement de la tête au sud. On sait désormais de quoi  on  parle  d’une  façon  simple.  Il s’agit donc d’une simple convention de signe exactement comme on a inventé tribord et bâbord qui sont des directions repérées par rapport à l’avant du navire, alors que les mots de droite et gauche sont un repérage par rapport à l’observateur.

la roue Pôle-Homme de Pierre Garcie, un cadran compas aux étoiles

Pierre Garcie propose le calcul de la hauteur de l’Étoile Polaire,  Polaris,  et de sa déclinaison au Pôle Nord, avec la Roue Pôle-Homme utilisée comme quadrant.

  • la première couronne de 8 vents représente 360°, étalonnée par quart de 1 vent = 45° 
  • la deuxième couronne de 24 quarts représente 360°, étalonnée par quart de 15° 
  • la troisième couronne de 32 quarts (dessin étoilé), représente 360°, étalon- née en quart de 11,25° (ou 11°15’)

 

 

La Roue Pôle-Homme est un cadran compas pour prendre la hauteur de Polaris et par déduction la latitude d’un lieu 

  1. tenir la Roue devant soi, l’axe Nord-Sud dans l’axe du corps Tête/Pied ;
  2. orienter la Roue de manière que la car-dinale EST soit sur l’horizontale ou ligne d’eau ;
  3. trouver l’azimut de Polaris sur le bord extérieur de la couronne, en tendant + ou – le bras qui tient la Roue ;
  4. compter le nombre de quarts de l’EST à Polaris, soit ici : 3 quarts ;
  5. chaque quart valant 15° (cadran-compas de 360°, 15 ° par 24 heures ; ou 11,25°, par 32 quarts), l’exemple donne : 45° ;
  6. La mesure se faisant à minuit et au moment du calcul de l’heure, il est possible de relever la déclinaison de Polaris par rapport au Pôle Nord (+ ou – 3,5°).

Cette valeur sera utilisée pour corriger la hauteur de la Polaire. Cette rectification se fait avec la figure du nombril de l’homme comme ajustement.
Le marin  applique  la  rectification en plaçant la Polaris sur le bord du nombril déformé. Pour l’exemple  ci-contre  et  en  fonction  de la position de la Petite Ourse, il est possible d’ajouter 3,5° à 45°.

Sources utilisées :
Bensaúde Joaquim, ingénieur et historien portugais, a apporté une contribution remarquable à l’ histoire des grandes découvertes maritimes portugaises et en particulier sur le Règlement de l’ astrolabe, appelé aussi Règlement de Munich [1509] et Règlement d’ Évora [1516]. Com’ Nougué Michel, ingénieur et historien français, a contribué à l’ apport de la science nautique arabe avant l’ essor des Portugais. Je
m’ appuie sur son doctorat CNAM.
Beaujouan Guy, Poulle Emmanuel, Les origines de la navigation astronomique du xive au xve siècle, Paris, SEVPEN. [1960]. et Bernard de Maisonneuve, Pierre Garcie dit Ferrande - le routier de la mer, v.1490 - 1502 - 1520, CRHIP, 2015.

Bernard de Maisonneuve, septembre 2019 – garciepierre@gmail.com

Bulletin 2019 Environnement Histoire Récits Mémoire

IL Y A LES VIVANTS, IL Y A LES MORTS, IL Y A CEUX QUI VONT EN MER

Published by:

Cette citation de Platon, au IVème siècle av. J.-C., rappelle avec force que la mer reste toujours un espace ténébreux. Les hommes et les femmes qui s’engagent sur ce territoire de forces réunies ou divergentes attendent de la société une solidarité certaine.

Le geste généreux du sauvetage en mer remonte à des millénaires. Les premières traces écrites de sauvetage nous viennent du droit romain qui en fait une obligation. Plus tard, c’est le texte juridique de 1166 : les Rôles d’Oléron, imprimé en 1502 dans le Routier de la Mer de Pierre Garcie dit Ferrande, né à Saint-Gilles-sur-Vie en 1441, qui rappelle les règles fondamentales toujours en cours.

La Société Centrale de Sauvetage en Mer (S.N.S.M.) est née en 1967, grâce aux efforts conjugués de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés (1825) et des Hospitaliers Sauveteurs Bretons (1873). La S.N.S.M., uniquement constituée de « canotiers » volontaires et bénévoles, est forte de 219 stations, animées par 4400 Sauveteurs Embarqués bénévoles et 1300 Nageurs Sauveteurs, volontaires l’été pour la sécurité des plages. Par an, 8000 personnes sont secourues ; on déplore 300 à 400 morts par an.

À l’occasion de l’anniversaire de la station de sauvetage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie : «130 ans de la Station SNSM de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, 1888 – 2018 », une exposition s’est tenue tout l’été 2018 le long des quais de Port La Vie (SEMVIE), cinq conférences et un livret anniversaire ont permis aux habitants et estivants de notre région de mieux connaître ceux et celles qui maintiennent cette œuvre sociale, menée par Michel Fillon, président de la station de Saint-Gilles-Croix-de-Vie.

Quoi de plus significatif que de rappeler quatre actions emblématiques qui ont marqué cette période contemporaine.

Le 28 mai 1985 à 11h30, alors que la mer est peu agitée par un vent de sud-ouest à ouest, deux chalutiers de Croix-de-Vie pêchent en tandem : l’ « ALNILAM » et l’ « ODYSSÉE ». Subitement le câble traversier qui relie les 2 bâtiments se raidit après avoir accroché un rocher ou une épave. Le choc est très violent, l’ « ODYSSÉE » résiste bien, mais l’« ALNILAM »  chavire avec ses 3 hommes d’équipage. Les matelots ont eu le temps de sauter à l’eau et sont secourus par l’ODYSSÉE, mais le patron du chalutier est resté bloqué dans la passerelle.

L’alerte est déclenchée par le CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage à Etel pour l’Atlantique ouest), cette alerte est déclenchée à 11h30 pour les embarcations de sauvetage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, « Patron Aimé Baud » et celle de l’Île d’Yeu : « Patron Noé Devaud ».


27 canotiers et membres du Comité SNSM, prêts à partir en mer avec la vedette de sauvetage Présidente Louise Le Louarn, SNS 154

L’hélicoptère de la Protection Civile arrive aussi sur les lieux avec des plongeurs sous-marins ; d’autres ont pris place sur le canot Patron Noé Devaud. Tout sera tenté pour libérer le patron pris dans la passerelle, mais en vain. L’ « ALNILAM » flotte un long moment renversé, la quille hors de l’eau, puis coule par 26 mètres de fond. Les plongeurs ont continué inlassablement leurs tentatives pour pénétrer à l’intérieur du bateau ; le mazout qui s’échappait des cuves et les émanations d’acide des batteries renversées freinaient beaucoup leurs efforts. Vers 15 heures, ils réussirent à remonter le corps inanimé du patron qui fut embarqué à bord de la vedette Patron Aimé Baud et ramené à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. Sur la vedette SNS 120 de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, avec le patron Gilbert Héraud, les canotiers qui ont pris part à la recherche, sont Michel Fillon, Bernard Gaborieau, Yvon Caillaud, Patrick Barreau, Philippe Lelièvre, Jean-Michel Péault, Patrick Nayl.

Voici une autre et très différente intervention. Le jeudi 20 mai 1976, à 3h10, le canot de sauvetage, « Patron Noé Devaud » de l’Île d’Yeu, quitte Port-Joinville, ayant à son bord le docteur Delacroix et une jeune femme de 26 ans, dont l’accouchement est proche et l’état critique. Le patron Raymond Taraud décide de diriger le canot sur le port de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. La mer est agitée, vent d’ouest avec une force de 14 à 16 nœuds, ce qui rend la traversée pénible. Le concours de la vedette SNS 46 « Vent d’Ouest » de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a été demandé au cas où le canot de l’Île d’Yeu ne pourrait pas arriver à bon port du fait de la basse mer. La vedette « Vent d’Ouest » se rend aussitôt au large de Pilours. Mais, sur le canot de l’Île d’Yeu et à vingt minutes de la destination, l’accouchement se précise. Cela n’est pas été sans mal car le docteur n’a pas le pied marin et se trouve en piteux état. Heureusement, le canot se met à l’abri en dedans de Pilours et le mécanicien Joseph Gaillard se métamorphose rapidement en assistant accoucheur. Il contribue pour une large part à la naissance de Cindy à 4h14 du matin. L’étale de basse mer impose à la maman et Cindy d’embarquer sur la vedette de Saint-Gilles-Croix-de-Vie afin de rentrer au port de Croix-de-Vie. Sur la vedette SNS 46 de Saint Gilles-Croix-de-Vie, le patron Roger Driez et les canotiers Michel Fillon et Jules Robriquet. Les troisième et quatrième interventions emblématiques sont racontées par Michelle Boulègue et Christine Ménard un peu plus loin. Par ces quelques mots, nous rappelons la volonté farouche des marins « canotiers » d’être solidaires des fortunes de mer. Cet esprit de solidarité, l’exposition, le livret anniversaire et les différentes manifestations qu’elles ont suscitées en 2018, l’ont rappelé avec force. Alors, que cette belle cité du Pays de Vie vogue sur cette mer qui l’accueille et sache prendre le bon vent qui soutienne la route des sauveteurs.

 Bernard de Maisonneuve bdemaisonneuve@gmail.com