Rubrique : Bulletin 2010

Bulletin 2010 Les dossiers de V.I.E.

V.I.E. Agréée

Publié par :

Depuis octobre 2009, V.I.E est agréée par les pouvoirs publics en qualité d’association locale de préservation de l’environnement. Notre activité, depuis 12 ans, se trouve ainsi validée ainsi que notre conception large de l’environnement qui nous fait nous mobiliser en faveur de la protection du patrimoine, des espaces naturels et du cadre de vie.

Nous nous réjouissons de cet agrément qui au-delà de l’action menée donnera plus de légitimité encore aux
actions futures.

Bulletin 2010 Histoire - Récits - Mémoire

L’Eperon Pontchartrain

Publié par :

C’est le nom de l’ouvrage maritime qui protège la baie d’Adon depuis l’an 16O1, à l’initiative de Marie de Beaucaire. Elle répondait enfin aux voeux des marins du port qui n’en pouvaient plus de devoir accoster sous les coups de boutoir du jusant. Fine manoeuvrière et près de ses intérêts, elle avait adressé une requête à Henri IV dès 1596 pour obtenir des subsides permettant de financer le coût des travaux estimé à 12 000 écus de l’époque. Henri IV, sachant pertinemment que le trafic du port fournissait des recettes appréciables à Marie de Beaucaire, lui répondit aimablement le 5 avril 1598 qu’elle était autorisée à financer elle-même les travaux dont elle aurait à se rembourser en prélevant une redevance de 7 sols 6 deniers par tonneau de marchandise entrant et sortant, assortie d’une exemption pour le sel destiné aux greniers du roi. Le 1er marché est passé le 22 novembre 1599. L’ouvrage a été réalisé en deux tranches : la construction d’un quai en croissant de 18 brasses de long (32,40 m) et de 8 de large (14,80 m) et un éperon occidental mis en construction le 1er mars 1601 pour un coût de 2 300 écus. Une fosse creusée le long du quai devait permettre l’accostage de bateaux de plus fort tonnage et améliorer d’autant le rendement de l’ancien port d’échouage.

Plan du port de St-Gilles

Le chantier dura 3 ans et s’avéra difficile d’emblée. Pour sa part Marie de Beaucaire n’a pas hésité à rogner sur le coût des matériaux et leur transport en recyclant les ruines de son vieux château de Riez. Cependant il faut attendre le siècle suivant pour que le môle donne des signes de fatigue. En 1714, le musoir s’est effondré. Il fut alors décidé d’en profiter pour le prolonger à 50m de long afin d’améliorer la protection du port.
Des plans datés de 1724 confirment que le môle mesurait déjà 45 brasses de long (80 m), sa longueur actuelle, soit 50 m de plus qu’en 1690. On peut donc être fondé de penser que, entre ces deux dates, ces travaux ont bien été entrepris à l’initiative du comte de Pontchartrain, ministre de la marine. En 1724, l’ingénieur Tigné fut chargé de renforcer l’épaisseur du môle et d’en arrondir l’extrémité afin d’augmenter l’effet de chasse, le tout pour un coût estimé de près de 40 000 livres tournois. Des travaux d’entretien se succédèrent en 1746 et 1788. La désignation «d’éperon de Pontchartrain» apparaît enfin sur une réédition datée de 1788 du plan «Bégon» de 1690 assortie d’une référence au ministre de la marine de Pontchartrain par Chevalier Isle, confirmant notre hypothèse. Depuis lors, le môle est baptisé officiellement « éperon Pontchartrain ».

A partir du XIXème siècle, l’éperon de Pontchartrain n’a plus la vedette. Les travaux vont se poursuivre sur l’autre rive et deux nouveaux phares amélioreront l’accès du port. Toutefois, Marcel Baudouin, cité par B de Maisonneuve, fait état de chantiers de 1803 à 1805 car «le môle éprouva de graves avaries». En effet, les fondations ne soutenaient plus l’ouvrage tant les pilotis en bois, supports du musoir, étaient rongés par les tarets. De 1840 à 1855 on édifia un phare qui fonctionna jusqu’en 1880 afin de signaler l’entrée du port. La suppression du sommet sur lequel on entretenait des brasiers de signalisation a donné sa silhouette à l’actuelle «tour Joséphine» restaurée par le Conseil Général en 2001 et agrémentée par la création d’un jardin ouvert au public à l’initiative de la mairie en 2003.

Michelle Boulègue

Sources :
– «Les premières installations portuaires de Saint Gilles Croix de Vie et les ingénieurs du Roi» par Thérèse Kleindienst.
Recherches vendéennes – N°5, 1998, pages 129 à166 .
– «Saint Gilles Croix de Vie, d’après les écrits de Marcel Baudouin» par B de Maisonneuve. A.R.H.I.M.S.

Bulletin 2010 Histoire - Récits - Mémoire

Qui était monsieur de Pontchartrain

Publié par :

Né le 26 mars 1674, Jérôme de Pontchartrain ne fut pas gâté par la nature. Petit, malingre, rendu borgne par une variole contractée en bas âge, il était d’un caractère difficile ; « un fagot d’épines » disaient de lui ses proches. Il faut dire que ses jeunes années ne furent pas entourées de tendresse. L’attention de ses parents était tout entière portée sur l’aîné, Louis, nettement plus flatteur et dont les parents attendaient beaucoup pour le prestige de la lignée. Malheureusement, celui ci mourut à 18 ans en 1686. Il revint au cadet de répondre à leurs attentes. Soumis à une éducation rigoureuse, il ne parvenait pas à obtenir la considération de son père, Louis de Pontchartrain, tandis que sa mère, Marie de Maupeou, inconsolable de la disparition de l’aîné, se lamentait de ses défauts et accablait « le pauvre enfant » de recommandations à propos de sa santé, funeste départ dans la vie.

Cependant Jérôme allait son chemin, recevant de Jacques de Tourreil (1656-1714), un ecclésiastique assidu des salons et distingué helléniste, une solide formation littéraire qui lui permit ultérieurement de nouer des amitiés durables dans le monde des lettres avec La Bruyère, Boileau, Racine, De Fontenelle pour ne citer que les plus proches.

Louis de Pontchartrain, soucieux du prestige de sa lignée, veilla à ce que son fils obtienne rapidement une charge. Ce fut ainsi que Jérôme de Pontchartrain fut nommé, à 18 ans, Conseiller au Parlement en mars 1692, puis, en 1693 membre du Conseil des Prises sous le haut commandement de l’Amiral de France, le comte de Toulouse. En dépit du ronflant de ces titres, Jérôme de Pontchartrain avait surtout un travail de secrétariat dont il s’acquittait avec fièvre et acharnement. Il avait à coeur de faire des notes précises, imparables sur des questions financières qui intéressaient Louis XIV au plus au point. Ce dernier, « arithméticien » et doué d’une mémoire redoutable n’aimait rien tant que les comptes précis et les notes circonstanciées du jeune Jérôme de Pontchartrain. A force d’acharnement, Jérôme, reçu enfin des billets de félicitations de son père et le roi le nomma, en décembre 1693, Secrétaire d’Etat Survivancier.

C’est alors qu’il entreprit de longues et épuisantes tournées afi n de dresser l’état du littoral en Poitou, Bretagne et Basse Bretagne et dans les provinces languedociennes. Dépêché au port de Saint Malo, alors assiégé par la flotte anglaise, il se fi t apprécier du Grand Vauban en charge de la fortification du littoral afi n d’aider les ports français à résister aux raids anglais. Là encore, ses mémoires et la pertinence de ses avis le firent accéder en 1699 aux charges de Secrétaire d’Etat à la marine et aux colonies au moment où son père fut lui-même nommé Chancelier, membre du Grand Conseil, ce qui allait lui laisser les coudées plus franches. Entre temps il avait épousé en 1697 Marie Christine de la Rochefoucault qui lui donna un fils, le futur Maurepas, (qui fut secrétaire d’état à la marine de Louis XV) et lui apporta la tendresse et l’estime qui lui avaient tant manqué enfant.

A ce nouveau poste, il se dépensa sans compter. On lui doit les fulgurantes percées de la marine française en Louisiane, au Canada, à Saint Domingue, dans les Iles Sucrières. Il remporta des succès sur la Royal Navy grâce à une politique avisée dotant le littoral d’ouvrages portuaires et d’une flotte performante. Il s’intéressa à la pêche hauturière, à Terre Neuve, tant il était convaincu (déjà) des correspondances fructueuses à établir entre les affaires militaires et le commerce. Depuis le système des rôles mis en place par Colbert, les équipages
de pêche étaient de véritables viviers pour la marine de guerre de sa Majesté. Enfin il encouragea les missions scientifiques et fit établir une cartographie si précise que le ministère de la marine anglais faisait acheter ses cartes à Paris. En 1714, Jérôme de Pontchartrain pris la décision d’allonger le vieux môle de Croix deVie. In extremis.

La mort de Louis XIV, le 1er septembre 1715 lui fut fatale.Le Régent renvoya Jérôme de Pontchartrain dans son domaine de Pontchartrain à 20 km de Paris. Il se passionna alors pour l’agronomie, augmenta et géra son domaine de 8 000 ha en le dotant des techniques les plus avancées pour l’époque, s’inscrivant déjà dans le siècle des lumières.

Michelle Boulègue

Sources : « Les Ponchartrain, ministres de Louis XIV- Alliances et réseau d’influence sous l’Ancien Régime »
par Charles Frostin- Presses Universitaires de Rennes.