Rubrique : Bulletin 2010

Bulletin 2010 Les rendez-vous de V.I.E.

Les herborisations dans les dunes du Jaunay

Publié par :

Voici les dates retenues : 18 juin, 9 juillet, 23 juillet, 6 août, 13 août et le 10 septembre 2010 ;

Départ à 9h30, au pied du « dernier » immeuble Merlin , en direction de Brétignolles. 

Visite des dunes Oeillet de France

 Liseron des dunes 

plante des dunes

Inscription et documentation à l’Office de Tourisme :
Le tarif est de 3 € par adulte ; la gratuité est accordée aux enfants ,aux étudiants et aux adhérents de V.I.E.
Le lieu de rendez-vous est à l’extrémité sud du Remblai de la Grande Plage de St-Gilles, à la hauteur du dernier
immeuble « Merlin », ou plus prosaïquement à côté des nouveaux sanitaires, à 9h30 pour un parcours de 4
km. environ et d’une durée approximative de 2h30.

Bulletin 2010 Parole d'adhérents

L’abeille domestique serait elle en danger ?

Publié par :

Apis Mellifera

Apimondia annonce que 30% des colonies de(13,6 millions répertoriées en 2009) ont disparu, en Europe, cette année contre 5% les autres années. En France les pesticides sont visés. Mais à leur nuisance s’ajoutent celles d’un champignon, le Nosema, et d’un acarien, le Varroa. Comme si cela ne suffisait pas le frelon asiatique, le Vespa Velutina, avale les abeilles comme des gourmandises.
Les apiculteurs sont unanimes pour dire que les abeilles sont nos vigies. Ce qui les tue nous tue. Les abeilles sont de puissants agents de pollinisation. Sans pollinisation, pas de fruits. Nos vertes campagnes deviennent si dangereuses à force d’ OGM, de dégradation de la biodiversité, de pollution de l’eau que les abeilles, vieilles de 60 millions d’années savent s’adapter. Elles commencent à préférer les villes, fleuries et moins polluées par les pesticides.

En dépit des mises en garde pour le devenir de l’espèce humaine, la chimie continue à officier dans les campagnes. C’est ainsi que, baie de l’Aiguillon, des apiculteurs adhérents ont eu la mauvaise surprise de découvrir que les planchers d’un tiers de leurs ruches étaient couverts d’un épais tapis d’abeilles mortes. La gendarmerie alertée, les premières analyses effectuées ont permis d’identifier un nouveau produit, le Pyrethrinoïde de synthèse. Ce produit est aussi un neurotoxique. Il est conditionné de telle sorte qu’il n’est pas dangereux pour l’utilisateur mais qu’il est doté d’un puissant pouvoir de dissémination une fois en place. Les abeilles en témoignent. Qu’en est- il pour les promeneurs qui arpentent à grandes foulées les sentiers voisins ? Depuis lors, les apiculteurs ne sont plus autorisés à aligner leurs ruches en bordure des champs du coin. Les abeilles ont beau mourir en silence, elles en disent trop !

Références :

Bulletin 2009 Dossiers d'actualité

A propos des économies d’énergie

Publié par :

En décembre 2008, la Municipalité de Saint-Gilles-Croix-de-Vie a présenté, en réunion publique, le rapport qu’elle avait commandité à l’agence BMJ en vue de faire connaître son engagement futur en faveur du développement durable. L’enjeu pour une commune est d’adopter pour son compte les bonnes conduites et de sensibiliser l’opinion publique afin d’impulser une démarche collective de réduction des pollutions et de préservation des ressources naturelles tout en soutenant la cohésion sociale et le développement économique et urbain.

Comment faire ?
Les familles sont déjà mobilisées dans la gestion des déchets domestiques, la réduction de la consommation des énergies fossiles non renouvelables et la lutte contre le gaspillage d’eau, autant d’enjeux majeurs pour la planète à court terme. Les collectivités territoriales commencent à s’inscrire dans cette démarche en utilisant le solaire dans les équipements collectifs et en contrôlant mieux la qualité des réseaux d’adduction d’eau. Pour le recours au solaire, c’est surtout vrai dans le sud de la France et le long du sillon rhodanien où le soleil est généreux. L’ouest, tout aussi ensoleillé, est très en retard et serait plutôt tourné vers l’éolien aux infrastructures pourtant plus coûteuses. V.I.E a voulu savoir si les réponses techniques fi ables existaient sur le canton. En effet des entreprises agréées installent depuis plusieurs années chez les particuliers des chauffe-eaux solaires, des chauffages géothermiques et depuis peu des panneaux photo-voltaïques sur les toits exposés au soleil, transformant les maisons en mini centrales productrices d’électricité rachetée par EDF également financeur des installations. Il s’agit d’un investissement à long terme qui au bout de 8 ans rapporte actuellement 2 500 euros en moyenne par installation et par an outre la consommation gratuite d’électricité dès la mise en oeuvre et l’apport financier de EDF complété par des aides fiscales qui couvrent les frais d’installation. Actuellement les demandes des particuliers se répartissent entre des commandes d’installations de solaire (20%), d’installations productrices d’électricité (20% ) et de système géothermique de chauffage (60% ). Sur le canton, des campings se sont récemment équipés en solaire ainsi que quelques équipements sportifs.

Qu’en est-il pour les logements collectifs et particulièrement les logements sociaux ?
Il semble que le coût d’installation du tout électrique soit si peu cher et si facile que le recours aux énergies renouvelables est rare. C’est tant pis pour l’usager qui aura à payer des factures exorbitantes de chauffage électrique. Les collectivités territoriales et particulièrement les communes initiant des lotissements devraient inciter les promoteurs à construire des logements répondant à de hauts niveaux de certification de la qualité d’isolation et dotés d’installations de chauffage aux énergies renouvelables. Les cahiers des charges sont là pour ça ainsi que les incitations fiscales venant compléter et renforcer l’impact des aides de l’Etat en ce domaine. Pour le moment l’initiative est du côté des particuliers, de l’Etat, d’EDF et de quelques bailleurs sociaux.

Louis Boulineau