Rubrique : dossiers d’actualité

Bulletin 2014 dossiers d'actualité

Le point sur les futurs aménagements portuaires

Publié par :

La construction de la future usine Bénéteau prend du retard. Pour autant le groupe Bénéteau se félicite d’avoir misé sur son développement à l’international. Les ventes de grosses unités à moteur repartent à la hausse. Tout en représentant 30% des parts de marché de la plaisance à l’échelle mondiale, Bénéteau veut garder son ancrage vendéen historique. Confi ante en l’avenir du groupe, la ville fait le pari que l’usine sortira prochainement de terre et tient à ce que rien ne vienne freiner davantage la mise à l’eau des fameuses unités de 60 pieds et plus dans le port de Saint Gilles Croix de Vie. Après bien des études et de nombreuses consultations d’experts, il s’avère que la solution la moins coûteuse et la plus sûre est l’implantation d’une potence rotative sur l’ancien site de la criée. Lors d’une réunion le 25 janvier 2013 avec les services de la Préfecture, l’ensemble des parties prenantes s’est prononcé en faveur de la mutualisation de cet équipement utile à la mise à l’eau des unités de plaisance et des chalutiers.

 

Schéma de potence rotative

Schéma de potence rotative

Reste à définir le parcours de l’acheminement des bateaux depuis l’usine jusqu’au port de pêche. La ville a confié cette tâche à l’entreprise AlteAd Augizeau, l’un des transporteurs accrédités par Bénéteau. L’itinéraire préconisé passe par la RD38B, sort au Fenouiller, franchit le rond- point de Bricomarché puis, après une reprise de la RD38B jusqu’au rond-point des pompiers, emprunte le boulevard Pompidou, la rue Marcel Péault, le quai de la République, franchit la voie ferrée au passage à niveau en face de la mairie et arrive sur la deuxième darse du port de pêche. Les rondpoints qui se succèdent depuis Vendéopôle devront être requalifiés et le passage à niveau devra être élargi. A cet effet la mairie a mené une série de réunions avec Réseau Ferré de France et les services compétents de la SNCF. L’enjeu est de neutraliser le moins longtemps possible l’accès des voies. Finalement a été retenu le principe de programmer l’élargissement du passage à niveau à 30 m en même temps que sera entreprise la modernisation de la voie prévue en juin 2014. Ce choix permettrait de gagner deux ans avec le moins de gêne possible pour les voyageurs.
Faute de connaître précisément le calendrier de construction de l’usine, largement tributaire, de la conjoncture économique, il a été décidé que la pose de sa première pierre donnerait le coup d’envoi des travaux d’adaptation de la voirie. Ce ne serait que dans un troisième temps et à la condition qu’un rythme soutenu de production des unités de plaisance le justifie que des aménagements portuaires plus lourds seraient entrepris. L’approfondissement des fonds du port à la cote -3 NGF et la construction d’un troisième ponton le long des quais du Port Fidèle et Rivière ne sont donc pas d’une actualité brûlante. Le ponton 8 peut suffire pour permettre l’accastillage des premières unités de plaisance*.
La ville souhaite pouvoir engager les travaux d’élargissement du passage à niveau estimés à 300 000 euros HT dès 2014 si ses partenaires confirment leur participation financière impliquant respectivement la Région à hauteur de 20% du coût des travaux, le Département dans une proportion identique et la Communauté de Communes à hauteur de 25%. Une compensation fi nancière est envisagée en faveur des professionnels de la pêche. La complexité et l’enjeu du projet justifi e un suivi très attentif de la part des services de l’Etat, des collectivités territoriales concernées outre la mairie, de la CCI et des marins pêcheurs, de l’Union des Mareyeurs de Vendée, de représentants des usagers de la plaisance Vendée, de l’association des plaisanciers de la Vie et de la SEMVIE. Au-delà c’est l’ensemble des habitants de la Commune qui est concerné. Une enquête publique relative au lancement de chacune de ces phases s’impose.

Les trois phases de travaux estimées en 2013 à un coût
de 3 896 965 euros HT se détaillant ainsi :
Phase 1 et 2
Fondation pour la grue ....................150 000 euros HT
Travaux de voirie sur site ....................70 000 euros HT
Potence rotative ...............................280 000 euros HT
Elargissement de la voie ferrée ........294 965 euros HT
Aménagements routiers en ville .......402 000 euros HT
Total ...............................................1 194 965 euros HT
PHASE 3
Ponton de 200ml et déroctage ......2 700 000 euros HT
Total des travaux ...........................3 896 965 euros HT
Gérard Roches
Bulletin 2014 dossiers d'actualité

Le quai des Greniers et le quai Gorin bientôt hors d’eau.

Publié par :

Le coup de semonce de Xynthia a été bien compris.
La submersion marine des quartiers limitrophes du quai Gorin a mis en évidence que l’effondrement du quai dans la Vie expose les habitations qui le bordent et celles du quartier du Maroc. La Communauté de Communes ayant la compétence territoriale pour engager les travaux capables de protéger des risques de submersion marine a prévu de réaliser 600 mètres de défense depuis le pont de la Concorde jusqu’aux Halles de la Vie. Les travaux devraient débuter en 2014. La commune veut, dans le même temps, restaurer les canalisations des eaux usées et des eaux pluviales puis reprendre la voirie. Au final, les trottoirs devraient être élargis, la voirie rétrécie afin de permettre le tracé de voies routières, piétonnes et cyclables sans aliéner des places de parking sur un quai rehaussé et aménagé en espace vert sauf en sa partie la plus étroite. Il est plus que temps.

Travaux sur le Quai Gorin - Photo V.I.E.

Travaux sur le Quai Gorin – Photo V.I.E.

Cet été, l’effondrement de la chaussée en plusieurs endroits le long du quai Gorin a souligné l’urgence d’agir. Le Conseil Municipal du 16 septembre 2013 a permis de dresser un état des lieux et a arrêté un programme des travaux. Une investigation à l’aide de caméras introduites dans les canalisations actuelles a mis en évidence l’obsolescence du réseau (construit en 1970) sur 750 m alors qu’il dessert l’un des plus importants bassins versants (2 100 abonnés ou la moitié de Croix de Vie !).

L’urbanisation de Saint Hilaire de Riez en bordure du quartier Pompidou accentue la nécessité de cette restauration. Les canalisations des eaux usées, de 200 mm de diamètre, en amiante ciment, présentent une très faible pente de moins de 1,5 mm/m qui n’interdit pas des flux à contresens. De plus, ce réseau enfoui à 2 m de profondeur, le long de la Vie, dans ses anciennes alluvions présente des infiltrations. Quelle restauration des quais? La priorité est d’assurer une pente capable de favoriser un bon écoulement. Les canalisations en polyéthylène, d’un diamètre de 250 mm auront une pente de 4 mm/m. A cet effet le réseau d’assainissement sera découpé en trois tronçons. Le premier segment , depuis le kiosque Bénéteau jusqu’à la rue Raimondeau, sera placé à une profondeur de 2 à 3,50 m. Le deuxième segment reliera l’angle sud-est du cimetière à la rue Raimondeau, à une profondeur de 1,50 m. Le troisième tronçon ira des Olavies aux Halles de la Vie à une profondeur de 2 m.
La pose d’un poste de relevage près du cimetière permettra d’assurer la continuité de l’écoulement en récupérant les effluents à – 3,60 m pour les refouler vers la station d’épuration du Havre de Vie. Sa pose nécessite une étude géotechnique permettant de tenir compte de la nature des sols et des effets des marées. Ce poste sera équipé d’un groupe électrogène permettant de parer aux pannes électriques. Les travaux ont commencé le 4 novembre 2013 et devraient se terminer fin mars 2014, à raison de 12m/jour pour un coût estimé de 500 000 euros HT. Dans la foulée, la Communauté de Communes engagera les travaux de Travaux sur le Quai Gorin – Photo V.I.E. 12 rehaussement du quai selon une cote de référence située entre 3,80 et 3,90 NGF soit 20 cm au-dessus du niveau atteint par Xynthia. Un enrochement viendra renforcer la bordure du quai. Un bassin de rétention de 700 m3 sera créé sous le parking en bout du quai Gorin, du côté des Halles de la Vie afin de stocker les eaux à marée haute en cas de saturation. Ces eaux seraient récupérées pour nettoyer les rues. Une subvention est accordée par l’Agence de l’Eau afin de financer cet équipement.

Le cabinet ANTEA a mené des études dans le cadre de la définition des dispositions propres à protéger des risques de submersion marine et a préconisé d’inclure le quai des Greniers dans le chantier. La ligne de protection pourrait intégrer les jardinières si celles-ci sont assez résistantes tandis que des batardeaux viendraient s’encastrer dans les intervalles pour atteindre une hauteur de 40 à 50 cm. Le haut de la cale de mise à l’eau serait également sécurisé par un muret laissant un passage libre à obturer par un batardeau en cas de risque de submersion. Un bassin tampon est envisagé quai des Greniers sous le manège. L’ensemble des coûts relatifs à la protection contre les risques de submersion marine est estimé à 800 000 euros et s’inscrit dans le cadre du programme d’action et de prévention du risque d’inondation (PAPI) qui donnera lieu à des aides financières au titre du fond Barnier. Les réfections du réseau des eaux pluviales seront entreprises dans un deuxième temps. L’importance des travaux envisagés, leur complexité technique et le niveau des engagements financiers nécessaires donnent à penser qu’il faudra en répartir le coût sur plusieurs exercices jusqu’en 2016. Les habitants pour autant ne sont pas dédouanés d’avoir à veiller à leur propre sécurité. Les habitants du quartier Marie de Beaucaire en savent quelque chose, ils attendent qu’un muret les protègent du risque de submersion marine.

Michelle Boulègue
Bulletin 2014 dossiers d'actualité

Le plan communal de sauvegarde.

Publié par :

Saint Gilles Croix de Vie a adopté son Plan Communal de Sauvegarde en octobre 2013. Sur l’ensemble de son territoire, le niveau des risques majeurs auxquels la Commune est exposée est évalué au niveau 3, particulièrement au titre des inondations pour l’ensemble du pourtour du bassin portuaire ainsi que pour la rue du Puits Servanteau et le quartier du Maroc.

Son objet est de répertorier les risques nous concernant, de les cartographier, d’en évaluer l’importance tant en terme d’ampleur que de fréquences et d’identifier le moyen de les prévenir. Au-delà de la prévention, en cas de la survenue de ces risques et en fonction de l’urgence d’intervenir, ce plan définit la répartition des responsabilités et des rôles ainsi que le contenu des actions et leurs modalités de mise en oeuvre tout au long de la chaîne de décision impliquant tant la Préfecture, ses services, les services de la météo que la Communauté de Communes et la commune elle-même. Après avoir subi les inondations engendrées par Xynthia nous ne sommes pas surpris de constater que les risques d’inondation terrestre et de submersion maritime des quartiers limitrophes du quai Gorin occupent la première place, au niveau 3 sur l’échelle des risques. Viennent ensuite les risques de pollution maritime et/ou des eaux intérieures (rupture du barrage du Jaunay), d’érosion littorale, les risques technologiques, les risques sanitaires tels que canicule, les pandémies et enfin les risques sociétaux liés à des moments de rassemblement de foule lors d’expositions ou de feux d’artifice par exemple. Les risques liés à un glissement de terrain ou à un séisme ne sont pas négligés mais jugés peu probables.
L’alerte des populations concernées et leur prise en charge sont au coeur des dispositions envisagées selon le degré de gravité de la situation (alerte orange puis alerte rouge). La prise en charge des populations qu’il faudrait évacuer est également prévue ainsi que les lieux de rassemblement, place Kergoustin, parking de la Rivière et parking du cimetière des Terres Franches. En matière d’hébergement, la salle de la Vie, la salle de la Chapelle et les équipements sportifs seraient, sans surprise, mobilisés. La question est de savoir comment organiser les déplacements quand les voies d’accès seront probablement inondées et de toute façon interdites à la circulation ainsi qu’il est prévu. Notons enfin qu’en cas de pollution technologique nécessitant l’absorption de doses d’iode, il n’est prévu qu’un site de distribution, dans les services techniques de la ville dans la zone de la Bégaudière. Si approfondi que soit ce plan, la meilleure protection reste la prévention. Le relèvement du quai Gorin à 3,85 m et la protection du quai des Greniers joueront un rôle majeur en la matière. Enfin la sensibilisation du public est une nécessité de premier plan particulièrement pour les quartiers les plus exposés et dûment identifiés. La Communauté de Communes s’est dotée d’un système individualisé permettant d’alerter en trois appels les habitants les plus menacés par une submersion marine et/ou une rupture de barrage via SMS, téléphones fixes et portables. Il est également prévu de recommander aux populations exposées aux risques d’inondation et de submersion marine de s’équiper en sacs de sable ou à faire poser des batardeaux afin d’étanchéiser les huisseries. Mieux vaudrait ne pas attendre l’alerte rouge et que les habitations concernées fassent l’objet d’une expertise par les services compétents de la mairie afin d’éviter les affolements et l’impuissance devant l’inévitable quand il est trop tard. Des communes vendéennes ont pris cette question très au sérieux et ont même prévu de mettre certains équipements à disposition des riverains les plus exposés. Il est de bon ton de se vouloir rassurant mais pas au point d’endormir la vigilance. Il paraît qu’une tempête comme Xynthia ne se renouvellera que dans un siècle. Voire !

Michelle Boulègue

Source : Le Plan Communal de Sauvegarde de la ville de Saint Gilles Croix de Vie