Bulletin 2013 Les dossiers d'actualité

La piste cyclable bientôt au bout du monde

En 2013, la commune prévoit de prolonger la piste cyclable de Boisvinet jusqu’au passage à niveau, à hauteur du « bout du monde » en conservant l’esthétique de la piste cyclable de la corniche de Sion.
Ce tronçon fera partie de la vélo route dont le tracé va de Roscoff à Hendaye. Un passage épineux, bien connu des promeneurs, se situe à hauteur de la maison des phares et balises. C’est un véritable goulot d’étranglement où se concurrencent, sans visibilité, les voitures, les cyclistes, les fauteuils roulants et les piétons avec ou sans poussette. La solution adoptée est de réduire la largeur de la chaussée en la faisant passer de 7 m à 5,10 m au bénéfice d’un trottoir de 1,50 m.
Le coût d’opération pour ce tronçon est évalué à 200 000 euros HT. Les subventions cumulées du Conseil Régional, du Conseil Départemental et de la Communauté de Communes ne concernent que les revêtements et le fleurissement. Le reste incombe à la commune.

Au-delà du «bout du monde», la poursuite du tracé de la piste devient un vrai casse tête.
La SNCF n’envisage qu’avec réticence la traversée du passage à niveau pour des questions de sécurité. Or, à priori, il serait envisagé que cette piste la traverse deux fois. Une première
fois pour rejoindre la quai de la République et une deuxième fois pour atteindre les quais du port de pêche. A leur tour, les marins sont vent debout contre un tel tracé. Ils font observer que les quais sont leurs lieux de travail et qu’ils n’ont que faire de supporter la gêne et les risques occasionnés par les passages de cyclistes. Une autre hypothèse soulève aussi une tempête d’objections. Elle consisterait à faire passer la piste le long du chemin des douaniers, à flanc du quai de la baie d’Adon au moyen d’un platelage en encorbellement. Rien de mieux pour banaliser le seul vestige qui nous reste de l’architecture portuaire du XVIème siècle qui fait tout l’attrait du site. Le prolongement du tracé de la piste cyclable soulève d’intenses discussions qui imposent de chercher d’autres hypothèses comme de déplacer les places de stationnement situées le long du quai de la République en les regroupant sur la parcelle mitoyenne de la mairie. La mise en sens unique achèverait de rendre les lieux plus praticables en été. Enfin V.I.E. rappelle qu’ il y a 5 ans, elle a étudié avec le Réseau Ferré de France la possibilité d’aménager le foncier de la gare à condition de préserver un linéaire de voies ferrées de 200 m (en vue de l’arrivée du futur TGV) et les voies de délestage. Le quai de la République a besoin d’aise et d’embellissement !

Jean-Luc Bolteau

1 comment

  1. Pingback: sommaire 2013 | Association VIE Vendée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *