Bulletin 2010 Histoire - Récits - Mémoire

Les origines de l’Hôpital Local

L’Hôpital Local, rue Laënnec

L’Hôpital Local, rue Laënnec, est l’un des principaux employeurs sur la commune de Saint Gilles Croix de Vie. Si cet établissement satisfait aujourd’hui à des missions de santé publique sous la houlette d’une association, présidée par un membre du conseil municipal, c’est grâce à la générosité d’un particulier : Monsieur Emile Aimé Torterue.

Le 23 août 1884, à son domicile de Soullans, Monsieur Emile Torterue rédigeait son testament par lequel il léguait la totalité de sa fortune à Saint Gilles à charge pour la commune de fonder un hospice pour les malades pauvres de Saint-Gilles et de Croix-de-Vie.
Le 1er octobre 1884, Emile Aimé Torterue décédait à son domicile. L’histoire de l’hôpital Torterue commençait.

Visionnaire, Emile Aimé Torterue avait décidé que les communes de Saint Gilles et de Croix de Vie organiseraient, de conserve, l’accueil des malades pauvres, hommes, femmes et enfants de plus de 7 ans résidant depuis 5 ans dans l’une ou l’autre de ces communes. Toutes les maladies devaient être prises en charge à l’exclusion des maladies mentales, de l’épilepsie, de la gale, de la teigne, de la syphilis et de toutes les maladies réputées incurables ou honteuses. L’exécution des volontés de Emile Aimé Torterue nécessita une série de Conseils Municipaux qui se tinrent les 21 décembre 1884, les 17 et 28 octobre 1886 et le 18 juin 1887 à l’issue desquels fut instituée une commission composée de représentants des deux communes.

En parallèle, il fallut que les édiles obtiennent des Pouvoirs publics l’autorisation de disposer des fonds destinés à la création de l’hospice. Finalement, un décret du 5 novembre 1898, assorti d’un règlement en date du 5 octobre 1898 élaboré par le Conseil Supérieur de l’Assistance Publique (le tout signé du Préfet de Vendée, André de Joly), parvint au Conseil Municipal de Saint Gilles.Il avait fallu tout ce temps afin d’estimer la valeur de la succession, s’inquiéter des intentions des héritiers naturels, recueillir l’avis du ministre des cultes (le 3 mai 1887), celui du Conseil d’État (le 17 janvier 1886), et tenir compte du Code Civil (Art 910) ainsi que de la loi du 5 avril 1884.

Sitôt reçue la missive du Préfet, la Commission se réunissait pour décider de l’achat d’un terrain. Deux parcelles situées sur la commune de Saint Gilles furent acquises, appartenant respectivement à Marie Constance Adèle Mervau (66 ares sous le n° 235 secteur A du cadastre) et à Mademoiselle Braud, résidant à Croix de vie, propriétaire d’une parcelle mitoyenne d’une superfi cie de 30,50 ares (N° 235, secteur A du plan cadastral). Il s’est agi, ensuite, de passer à la construction de l’hospice. La Commission du 18 octobre 1888 a convenu d’un projet modeste de 12 lits, cinq pour chaque commune et deux réservés aux soeurs en charge des soins et du quotidien.Une architecture classique et sobre parut en accord avec l’objet du bâtiment. Il ne fallut pas moins de 10 ans pour parvenir à bout de cette construction, émaillée de contretemps et de contrefaçons. Enfin, l’inauguration en grande pompe a pu s’effectuer sans encombre en présence du Préfet de Vendée le 1er mars 1899. Dans la foulée de cet évènement, le Préfet autorisa la construction d’un oratoire, le 9 juin 1899. Dans le même temps, la Commission s’était inquiétée de s’assurer le concours des religieuses afi n d’assurer les soins et la bonne marche de l’établissement. Après une demande en date du 2 septembre 1898, adressée à Madame la Supérieure des Soeurs de la Sagesse et restée sans suite, la Commission a sollicité les Soeurs de Mormaison. Celles-ci sont même venues sur place. Finalement Madame la Supérieure des Soeurs de la Sagesse de Saint Laurent sur Sèvres donnait son accord le 21 juin 1899 à raison de 2 000 fr d’honoraires par soeur, qui ne seraient non plus deux mais trois.

Suivirent des travaux d’agrandissement en 1904. Le 6 décembre 1932, l’électrification de l’hôpital est décidée. On a pu compter jusqu’à 47 lampes ! Puis une nouvelle extension fut lancée en décembre 1933 pour un montant de 71 158 fr. Entre temps, Soeur Léonie avait été autorisée à prendre sa retraite, le 22 mars 1932, après 24 ans de soins ininterrompus au chevet des plus démunis des deux Communes.Consciente des services rendus, la Commission décida de lui allouer une petite retraite jusqu’à la fi n de ses jours.

Rolande Berthomé

Sources : les archives municipales et départementales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *