Bulletin 2019 Environnement

QUE DEVIENNENT NOS DUNES ?

Depuis l’été dernier, en marchant le long de la plage entre Saint-Gilles et Brétignolles, vous avez peut-être été surpris de voir le mauvais état des descentes sur la plage.

Le responsable de la construction et de la défense contre la mer à la Communauté de Communes, Monsieur Barreteau, nous a reçus cordialement et nous a expliqué les raisons de la lenteur de la remise en état. Effectivement, il y a en cours actuellement un travail sur le recul du littoral, sur la nécessité d’effacer les enrochements. Mais c’est un travail à long terme. Il faut tenir compte de toutes les implications : il s’agit d’une zone Natura 2000, dont une partie seulement (côté Saint-Gilles) est du domaine public car appartenant presqu’entièrement au Conservatoire du Littoral, le reste de la dune appartenant à des propriétaires privés. C’est à partir de ces contraintes que les services de M. Barreteau doivent gérer la dune : cheminements, plantes envahissantes, lignes de crête, propriétés privées. Mais les accès à la plage proprement dits dépendent des compétences communales. Il faut savoir aussi que les accès surveillés aux plages sont complexes à mettre en œuvre. Un poste de surveillance implique l’arrivée du courant électrique, d’eau, de fil de téléphone (loi de 1986). L’inspectrice des travaux n’a pas encore donné l’autorisation des travaux parce que le projet n’est pas encore finalisé.

En ce qui concerne la préservation des caractéristiques dunaires, en particulier la floristique, les difficultés sont liées au développement des plantes invasives (ailanthe, baccharis, peuplier blanc, prunelier, ronces, yucca) qui prennent la place des immortelles, œillets des dunes… et à la nécessité d’un arrachage manuel ou avec un attelage animal. Ce travail est fait par le garde-littoral, dans la zone appartenant au Conservatoire du Littoral, mais pas dans les propriétés privées, qui deviennent ainsi une réserve de graines pour ces plantes invasives.

M.Barreteau nous parle ensuite de la parcelle n°13, située vers l’autre extrémité de la dune du Jaunay : la célèbre parcelle « Voisin ». Elle appartient toujours à la SCI Bénatier qui ne semble pas vouloir la conserver à tout prix. Pour que le Conservatoire du Littoral puisse l’acquérir, il faut d’abord qu’elle soit préemptée par le Conseil Départemental, ce qui n’est pas encore fait.


Carte de la Dune du Jaunay – (Origine : Géoportail).

C’est le même problème en ce qui concerne la dune de la Garenne, même constat et mêmes propriétaires à quelque chose près. Ainsi, si la Communauté de Communes parvient à établir des partenariats avec eux, elle pourrait envisager de poursuivre le programme de protection de cette dune.


Echancrure dans la crête de dunes sur la Grande Plage

Dans ces propriétaires, il y a entre autres le Conseil Départemental et la ville. La zone est sanctuarisée ; mais il reste à remplacer certaines ganivelles qui sont abimées. Il est possible de passer des conventions pour le faire faire par la Communauté de Communes du Pays de Saint-Gilles. A suivre des futurs discussions et accords. Ce petit tour d’horizon nous permet de comprendre la complexité des structures qui travaillent à la protection de notre dune si belle, si fragile.

Janine Bureau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *