Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: dossiers d’actualité

Bulletin 2018 Dossiers d'actualité

L’échouage des dauphins.

Publié par :

Une triste découverte.

Dauphin échoué en février 2017 – Grande Plage de Saint-Gilles-Croix-de-Vie

Ce matin de février 2017, la grande plage de St-Gilles-Croix-de-Vie retrouve son calme après le passage tonitruant des tempêtes Kurt, Leiv et Marcel, qui, sans être exceptionnelles, se sont relayées pour balayer la côte atlantique et n’ont accordé de répit ni aux animaux ni aux hommes.(1)

Un chien court sur la plage, la truffe à l’affût des débris jonchant le sable. Soudain, avant de dépasser les rochers bordant la baie, il se fige et fait entendre un long hurlement. Une forme est allongée, immobile sur le sable mouillé, les contours doucement floutés par la brume, linceul diaphane. Il s’agit d’un dauphin, mort et échoué à la faveur de la première marée de la journée. Ni les goélands ni les crabes ne l’ont encore entamé.

Un phénomène récurrent.

Le Centre d’observation des mammifères et oiseaux marins de la Rochelle, Pelagis, se charge de le recueillir pour l’autopsier et analyser les causes de l’échouage. Car si le spectacle d’un dauphin échoué sur la plage est choquant pour le simple promeneur, il n’est pas rare, puisque, chaque année, environ 200 à 500 échouages de dauphins sont enregistrés sur la côte atlantique. Mais ce qui étonne les scientifiques, c’est le nombre important d’échouages constatés entre le 1er et le 10 février 2017, de la Loire à la Gironde, trente fois plus élevé que le niveau « normal», comme l’explique le centre Pelagis le même mois. En effet, durant le seul premier trimestre, la Vendée et la Charente-Maritime ont à elles seules cumulé près de 490 échouages. (2)

L’augmentation des échouages, phénomène naturel ou accidentel ?

Les scientifiques ont écarté l’explication tirée de la succession des tempêtes, qui n’ont eu qu’un effet « révélateur». En effet, les courants n’ont fait que pousser vers les plages du littoral les carcasses des dauphins déjà morts.

Les échouages recensés ne concernent pratiquement que la seule espèce des dauphins communs (98% des animaux examinés). Les premières études effectuées sur 68 dauphins révèlent que leur mortalité est due pour 85% à la capture accidentelle dans un engin de pêche, comme le démontrent les traces de fractures et d’amputations relevées par l’observatoire Pelagis.

En ce qui concerne la côte Atlantique, le système MOTHY (Modèle Océanique de Transport d’Hydrocarbures) a analysé les zones probables de mortalité accidentelle. Il s’agit soit d’une capture près des côtes de Charente-Maritime et de Vendée (30 à 80 km des côtes), soit une capture intervenue à proximité du talus continental (environ 150 km des côtes).

La principale explication avancée pour ces échouages massifs d’une seule espèce résiderait dans le fait que les dauphins communs et les bars «sélectionnent  »les mêmes espèces de proies ce qui pourrait les amener à se retrouver ponctuellement aux mêmes endroits où peuvent aussi figurer les bateaux de pêche», notamment ceux qui pratiquent la pêche au chalut pélagique en bœuf. Cette technique très pratiquée dans la région des Pays de la Loire permet l’utilisation de chaluts à ouverture plus importante, de manière alternative et donc un meilleur rendement. Cependant cette méthode ne permet pas de faire le tri entre les poissons recherchés (bars ou thons) et les dauphins, (3Dans le même temps, les pêcheurs exerçant dans cette zone remarquent depuis quelques années une augmentation significative du nombre de dauphins évoluant près de leurs bateaux. Ils se rapprochent de plus en plus des côtes, été comme hiver et ont même pu être observés de la jetée de Saint-Gilles-Croix-de-Vie. En l’absence de données chiffrées exploitables, cette observation faite unanimement par les professionnels de la pêche nécessite d’être prise en compte, pour estimer l’impact des pratiques des pêcheurs sur l’augmentation du nombre des échouages.

La conservation de l’espèce est-elle en danger ?

Pour établir un état exact de la population de dauphins communs et son évolution, on dispose actuellement de données globales, établies par les programmes de recensement SAMM et SCANS. Selon eux, il y aurait 100 000 dauphins communs en été et 200 000 en hiver répartis du sud du golfe de Gascogne à la Manche ouest.

En revanche, il est actuellement difficile d’estimer le nombre d’échouages des dauphins sur les côtes atlantiques françaises (de 4 000 à 400 selon la méthode). Dans l’ignorance du réel quota de morts prématurées au regard du chiffre de la population, la réduction des captures accidentelles doit être impérativement recherchée, non seulement par précaution, mais également dans l’intérêt des pêcheurs.

L’intérêt des pêcheurs.

 Loin de se désintéresser du sort des dauphins qu’il leur arrive de ramener dans leurs filets avec les bars et les thons, les patrons-pêcheurs s’inquiètent de cette recrudescence d’accidents. En effet, non seulement l’équilibre du milieu marin peut se trouver menacé, mais eux-mêmes subissent d’importants dommages matériels et des pertes financières. Le même discours est tenu par Willy Dabin,

(Ingénieur à l’Observatoire pour la conservation des mammifères et oiseaux marins et au Réseau national d’échouage – RNE). « Pour un pêcheur, il n’y a aucun intérêt à remonter un dauphin, au contraire, confirme Caroline Mangalo, chargée de mission au Comité national des pêches maritimes et des élevages marins. D’un point de vue économique c’est dommageable, les dauphins pris dans les filets abîment le poisson et peuvent détériorer le matériel.» Et aucun pêcheur ne souhaite être associé à une image de « tueur de dauphins» (4). Les pêcheurs confirment cette analyse. N’oublions pas que les filets adaptés à ce type de bateau sont extrêmement coûteux et que leur remplacement peut s’avérer nécessaire après plusieurs prises de dauphins. Le bénéfice d’une campagne de pêche, au demeurant toujours aléatoire, peut se trouver altéré par les conséquences de ce type d’accidents.

Des solutions inefficaces et une recherche en panne.

Cependant quelques solutions ont été avancées, notamment technologiques (engins modifiés, répulsifs acoustiques)ou adaptation de la stratégie de pêche. Mais on ne peut que constater l’inefficacité aggravée par le manque de moyens financiers pour des études approfondies. Des répulsifs acoustiques ont été testés depuis 2002. Mais force est de constater qu’ils ne constituent pas une véritable réponse puisque selon les études effectuées, outre leur manque d’efficacité, ils produiraient des dommages sur le système auditif des dauphins qui pourrait affecter leur système d’écholocalisation ! Des tentatives de modification des engins de pêche ont également été testées. Ainsi, Willy Dabin explique : « On a, par exemple, installé des trappes d’échappement sur les chaluts, qui fonctionnent très bien pour les tortues, mais pas pour les) mammifères marins qui sont beaucoup plus actifs et s’épuisent dans les filets.»

  • Une autre solution est avancée par le responsable océans et côtes pour WWF France Denis Ody. Il préconise de «revoir les méthodes de pêche». Mais il s’avère que les recherches et la mise en place éventuelle de dispositifs plus sélectifs à destination des pêcheurs requiert un important effort fi nancier (cf. : l’avis de 2012 du CESE – Conseil économique social et environnemental – sur la politique commune de pêche).

Un désintérêt des pouvoirs publics. Au niveau européen, la directive-cadre stratégie pour le milieu marin (2008/56/ CE) du 17 juin 2008 oblige chaque État membre à élaborer une stratégie en vue de l’atteinte ou du maintien du Bon État Écologique. Elle a été suivie en France par un Plan d’Action pour le Milieu Marin, en vue de réaliser ou de maintenir un bon état écologique du milieu marin au plus tard en 2020. Ce plan a été suivi d’un programme de surveillance pour les années 2014– 2017, sans réel impact concret, dans la mesure où aucune proposition d’action n’a été engagée. En effet, la préservation de cette espèce de dauphins est classée actuellement en « préoccupation mineure» dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Il apparaît évident que si le déblocage de fonds est indispensable pour trouver des solutions pérennes, satisfaisantes pour la préservation du milieu marin et l’économie maritime, ce n’est qu’avec une action ciblée et coordonnée de tous les acteurs, pêcheurs, ingénieurs, pouvoirs publics, CCI, etc., qu’une vraie réponse pourra être donnée, afin que le dauphin continue à nous enchanter dans les vagues et non à nous désespérer sur la grève.

Christine Ménard.

 

Documentation :
  • Données de METEO France. 
  • CNRS – Actualités observatoire Pelagis mars 2017 – «Pic d’échouages multiples de dauphins».
  • COREPEM – Pratiques de pêche en pays de Loire – «La pêche embarquée – Le chalut pélagique».
  • Article du Monde du 25-03-2016 – «Dauphins échoués sur la plage – La pêche industrielle en ligne de mire».
  • Dossiers de l’association SOS GRAND BLEU – «es répulsifs acoustiques contre les prises accidentelles » 
Bulletin 2018 Dossiers d'actualité

Quid de Linky, nouveau compteur connecté ?

Publié par :

LinKy est un nouveau compteur connecté, maillon du futur réseau intelligent «smart grid » dont l’objectif affiché est de développer un réseau intelligent fortement automatisé, capable de s’adapter très rapidement aux fluctuations de la production d’électricité et de la consommation. L’usager, informé par les télé- relevés de sa consommation, pourra accéder en temps réel aux données lui permettant de maitriser sa consommation et de devenir un acteur de la montée en charge progressive de nouvelles formes de production d’énergie (énergies vertes, production domestique). L’accès facile de l’usager aux informations sur la consommation réelle est déterminant dans la maitrise de la consommation (conformément à la directive européenne de 2009 et premier objectif précisé par le CRE en juin 2009).

Grâce aux informations fournies par le compteur Linky l’usager deviendrait un consommateur responsable qui économiserait sur sa facture et un citoyen contribuant par là même à réduire les l’émissions de CO2 facteur de réchauffement climatique.

Signalons que les communes sont particulièrement intéressées à disposer de moyens leur permettant de diminuer la consommation électrique des bâtiments communaux.

QUI EST CHARGE DU DEPLOIEMENT DE LINKY ?

 Enedis (nouveau nom de ERDF depuis mai 2016), est l’entreprise de service public chargée du déploiement de Linky et est le gestionnaire du « Smart Grid » (réseaux intelligents)

C’est la filiale la plus importante d’EDF, gestionnaire du réseau de distribution de l’électricité jusqu’au relevé des consommations de chaque compteur, et ceci indépendamment des fournisseurs d’énergie (EDF, ENGIE, ENERCOP, autoproduction, …), qui assure la responsabilité du remplacement de 80 % des 35 millions de compteurs sur le territoire national d’ici 2021. Cette mission est inscrite dans la loi du 7 décembre 2006 relative au secteur de l’énergie. Enedis a également vocation à devenir gestionnaire du « big data énergétique » (base de données de consommation électrique).

Si les collectivités locales sont propriétaires du compteur (à ce titre, elles sont responsables des dommages sanitaires et techniques pouvant survenir de la part du compteur de l’usager, voire de celui du voisin), la gestion a été concédée à des syndicats d’énergie, pour notre département, le Sydev-Vendée (Syndicat Départemental d’Energie et d’Equipement de la Vendée). Ce dernier coordonne le projet de Smart Grid (réseaux intelligents) de Vendée.

QU’EN EST IL SUR LE TERRITOIRE DE SAINT- GILLES- CROIX- DE- VIE ?

Concrètement, le déploiement du compteur Linky a déjà commencé selon le calendrier suivant :

-Saint Hilaire A : de Juillet 2017 à Décembre 2017, nombre de compteurs : 7 568,

-Saint Hilaire B : de Juillet 2018 à Décembre 2018, nombre de compteurs : 9 353,

-Givrand : de Juillet 2018 à Décembre 2018, nombre de compteurs : 1 222,

-Le Fenouiller : de Janvier 2019 à Juin 2019, nombre de compteurs :2 649,

-Saint- Gilles- Croix- de -Vie : de Juillet 2019 à Décembre 2019, nombre de compteurs : 10 170.

 

 INCIDENCES ET LIMITES DE LINKY, DES DEMANDES D’AMELIORATION :

Après une expérimentation du déploiement de Linky en région rurale en Indre-et-Loire en 2010, puis en région Lyonnaise (fin de l’expérimentation 31 mars 2011), plusieurs ajustements ont été étudiés suite aux observations des plusieurs autorités (régulation, santé, …), aux réserves des experts, aux signalements et aux alertes de la société civile (associations spécialisées, associations de consommateurs, collectifs d’usagers, journalistes) et de certaines communes.

Deux préoccupations majeures s’expriment :

– les risques pour la santé de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques émis par le compteur LINKY.

–  l’accès du gestionnaire à des données personnelles de consommation dont l’exploitation échapperait au contrôle des consommateurs eux-mêmes.

Enedis a dû concéder la nécessité d’apporter des réponses et plusieurs corrections au dispositif Linky qui au départ ne prévoyait aucun affichage de la consommation à l’usager. Citons deux prescriptions parmi celles apportées par les différentes instances liées au gouvernement et à sa politique énergétique : celle de la CNIL et celle de l’ADEME :

la CNIL, dans sa recommandation du 15 novembre 2012, a restreint les conditions d’utilisation de la courbe de charge (enregistrement des index de consommation selon un pas de mesure- la demi-heure- qui potentiellement peut indiquer plusieurs informations relatives à la vie privée de l’usager : heures de lever/coucher, périodes d’absence, …) : l’enregistrement de la courbe de charge (ci-dessous un exemple pour un foyer de 5 personnes) est réalisé en local et ne peut être remonté dans le système d’information d’Enedis qu’à j+1 (donc jamais en temps réel) et avec le consentement de l’usager. Il en est de même pour la transmission à des tiers. La connaissance par l’usager de l’historique des courbes de charge s’inscrit dans le cadre de la maitrise par l’usager de sa consommation d’électricité.

Courbe de charge : exemple pour un foyer de 5 personnes

-L’ADEME, promoteur de la « culture de l’énergie » pour maitrise la consommation énergétique, a produit un rapport (avis de juillet 2015) dans lequel l’agence souligne la nécessité d’ajouter des éléments au compteur pour le rendre plus utile au consommateur. L’information de consommation (visualisation de la puissance instantanée, tarif en cours, alertes de consommation, doit être accessible de façon ergonomique en temps réel par l’usager. L’agence propose que le dispositif dédié, l’émetteur radio Linky (ERL) soit déployé sans surcoût à tout usager qui en ferait la demande.

Dernièrement plusieurs instances gouvernementales ont produit prescriptions et recommandations dans l’objectif de mettre davantage le dispositif Linky en adéquation avec les enjeux de la transition énergétique. Citons dernièrement :

– le CGEDD dans son rapport du 1 janvier 2017 formule 13 propositions d’amélioration ;

– le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer précise le 21 avril 2017 les suites à donner au rapport d’inspection sur le compteur Linky ;

– plus récemment c’est l’ANSES qui publie une version révisée en juin 2017 de son rapport de juin 2016, version qui reprend des mesures du CSTB.

Le CRIIEM émet plusieurs réserves sur ces mesures du rayonnement électromagnétique de Linky et réitère sa demande « d’une commission indépendante et multipartite qui pourra déterminer le bon protocole à appliquer et ainsi avoir une étude complète et objective sur l’impact du dispositif Linky ».

D’autres controverses (non-respect du libre-choix individuel, contrainte imposée aux usagers, dysfonctionnements, …) ont nécessité l’intervention de Mme la Ministre S. Royal ou ont alimenté la presse associative comme Que Choisir (cf. numéro d’octobre 2017, compteurs Linky, le dossier noir).

Dans la réalité, le rapport du GCEDD souligne que Linky pourrait en effet avoir été essentiellement conçu pour la gestion du réseau et beaucoup moins pour la prise en compte des clients et de leurs économies.

D’où la seconde orientation, la plus importante du rapport : renforcer la maîtrise de l’énergie conformément aux objectifs de la transition énergétique. « Pour cela, il faudrait développer le module émetteur Radio Linky (ERL)… ». Cet émetteur Radio (à acquérir par l’usager, environ 50 €) a pour objectif de transmettre les informations en temps réel du compteur communicant Linky vers l’habitat sous forme d’affichage déporté.

Cette lacune est pointée également par l’ADEME et par l’association de consommateur Que Choisir.

Plusieurs dysfonctionnements ont également émaillé le déploiement. Les associations de consommateurs, les collectifs «stop Linky » et la presse s’en sont fait écho.

Enfin, l’équilibre économique de l’opération, qui pourrait avoir un impact sur les tarifs d’utilisation du réseau de distribution, est pointé par plusieurs sources dont le Ministère de l’Environnement. Les modélisations de coût réalisées par ERDF (4.3 milliards d’euros en 2009, réévaluées par la suite par Enedis : entre 5 et 6 milliards d’euros en 2013, sans doute beaucoup plus en 2018). Cet aspect financier lié à la problématique des limites du dispositif Linky est très important car selon la directive européenne, le déploiement est conditionné au résultat positif d’une analyse couts-bénéfices (analyse faite en Allemagne qui a abouti à restreindre le déploiement).

DES QUESTIONS stratégiques ?

Les dysfonctionnements recensés sont- ils à mettre sur le compte d’une période de rodage d’une innovation ? Faut- il aller jusqu’à renoncer au compteur connecté considéré comme fragile et vulnérable (comme l’on fait certains pays européens, comme la Belgique, la Lituanie, la République Tchèque, l’Allemagne pour la plupart des ménages dont la consommation est inférieure à 6 000 kWh/an) ?

Faut-il poursuivre le déploiement de Linky en prenant réellement en compte les signaux d’alerte des spécialistes et des associations et les préoccupations concrètes des usagers ? Comment exercer la prévention des risques sanitaires (mesures destinées à parer la réalisation d’un possible dommage) ou appliquer le principe de précaution, notamment chez les ménages ou le compteur est installé dans des lieux de vie ou sur des lieux de passage très fréquenté ?

Comment répondre aux préoccupations des habitants de Saint- Gilles -Croix- de- Vie ?

Il n’est bien sûr pas question pour l’association V.I.E. de s’immiscer dans le débat de fond d’un sujet complexe aux nombreuses ramifications, loin de ses compétences de défense du cadre de vie des habitants et qui mobilise déjà les instances officielles, plusieurs comités d’experts , les associations et collectifs concernés, ainsi que les collectivités locales dont quelques- unes d’entre elles ont adopté une délibération, soit pour mieux encadrer les modalités de déploiement, soit pour suspendre le déploiement.

Cependant la préoccupation des usagers devant les possibles incidences de l’installation du compteur Linky doit être entendue par Enedis et par la collectivité locale prioritairement en charge de la protection de ses administrés. Au-delà de la communication commerciale ou technique, des messages de prévention des risques possibles liés ou non au principe de précaution doivent aussi pouvoir être émis.

Nous précisons en fin de cet article deux des contacts locaux susceptibles d’apporter des informations : Enedis Pays de la Loire et le collectif local « Stop Linky de St-Hilaire-de-Riez » .

 

A ce jour, sous une pression sociétale (usagers, associations, collectifs) et celle de certaines collectivités locales notamment devant l’évolution des expositions aux ondes électromagnétiques, Enedis poursuit son déploiement, à la fois avec l’engagement de l’état rappelé dans le rapport du CGEDD («… les défauts de jeunesse dans un programme complexe, relativement aisées à corriger, ne sont cependant pas de nature à remettre en cause un programme nécessaire »), et avec également, parmi les recommandations, celle d’améliorer l’approche « plus à l’écoute des consommateurs ». Par exemple, il est demandé à Enedis la prise en compte d’installation du compteur dans des pièces très utilisées comme les chambres d’étudiant de 10 m². Cela suffira-il à prévenir les risques d’exposition subie par les actuelles et futures générations ?

Le Conseil d’administration de V.I.E.

 

Contacts locaux :

ENEDIS, Direction régionale des Pays de la Loire, Nantes

N° de téléphone du service clients particuliers : 09 69 32 18 82

N° de téléphone 0 800 054 659 (appel gratuit depuis un poste fixe)

Site internet : Enedis.fr

Enedis pour les usagers préoccupés notamment par les contraintes d’installation du nouveau compteur (absence d’équipement internet, présence de stimulateur cardiaque, de domotique, de lampes à allumage sensitif, ajustement de la puissance souscrite au kWh, dysfonctionnements à la mise en marche, installation triphasée, …).

– Le collectif local « Stop Linky de St-Hilaire-de-Riez » pour les usagers préoccupés par les incidences possibles de Linky, notamment les conséquences sanitaires (électrohypersensibilité par exemple) ou les atteintes à la vie privée. Le collectif propose une démarche administrative (par courriers) aux usagers qui envisagent de s’opposer au remplacement de leur compteur :

Collectif local Stop Linky de St-Hilaire-De-Riez :

stoplinkysthilairederiez85@yahoo.com

Egalement au niveau local, Inoveé, association citoyenne, participe à l’information des habitants, avec le souci de protéger les générations futures, à travers un blog : inovee.fr

Signification des sigles présents dans l’article

ANFR : Agence Nationale des fréquences, rapport technique mai 2016 sur les niveaux de champs magnétique .

Bulletin 2018 Dossiers d'actualité

EN VUE DE LA FUTURE AGGLOMÉRATION

Publié par :

La célébration les 50 ans de la fusion des communes de Saint- Gilles- sur- Vie et de Croix- de- Vie, loin de se centrer exclusivement sur le passé a inspiré des projets d’urbanisme utopiques.

A plus court terme, notre futur urbain promis à un élargissement aux communes voisines selon des contours encore à définir est tout aussi stimulant pour l’imagination. L’exercice est plus difficile car il s’agit d’assembler des espaces et des histoires collectives sans s’abstraire de la réalité des tissus urbains façonnées, au fil du temps par les habitants, selon leurs choix de vie, eux-mêmes aux prises avec les résistances du terrain et les exigences de la géographie locale.

Les auteurs des projets d’urbanisation utopiques se sont attachés à imaginer un centre- ville alors qu’il ne leur a pas échappé que notre cité, héritière d’une double matrice, a au moins deux centres-villes. La permanence des représentations mêmes de la part d’architectes utopiques fait que le modèle de la place forte a la peau dure. Dans la perspective d’une nouvelle agglomération composée de plusieurs entités urbaines, la question d’un centre- ville est dépassée. Celle des ouvertures à favoriser est primordiale. Car il y aura plusieurs noyaux actifs à faire interagir jusqu’à Nantes mettant au premier plan la question des tracés et des modes de communication inter et extra urbains capables d’innerver avec fluidité les différents centres nerveux de la nouvelle agglomération en lien avec les autres villes d’un bassin social et économique étendu.

Chaque commune travaille à se doter d’un plan de circulation rationnel et fonctionnel faisant la chasse aux bouchons. Cette réflexion déjà difficile en soi doit déjà s’inscrire dans notre futur urbain élargi. Les habitants l’anticipent eux-mêmes en étirant les liaisons entre lieux de vie, de formation, d’enseignement, de travail et de loisirs. Ils apprécient quand ces liaisons sont correctement aménagées, signalées et sécurisées.

Cependant pas de futur sans racines efficientes.

En effet, les axes de liaison entre les bourgs, les quartiers et les centres urbains constituent les briques fondatrices de la future structure urbaine. En améliorant la mobilité urbaine, c’est tout un ensemble d’avantages qui apparaissent, notamment l’amélioration des déplacements domicile-travail, domicile établissement scolaire, déplacements professionnels, la facilitation des ravitaillements domestiques, des accès à la sante, à la culture, à la vie associative … C’est donc toute la vie urbaine qui se trouve enrichie, dynamisée, grâce à des liaisons adaptées.

Nous citerons quelques exemples d’aménagement permettant           de renforcer les axes de liaison dans le cadre d’un développement durable : préservation des écosystèmes, aménagements de mobilité qui génèrent le moins de nuisances possibles (voies douces partagées, itinéraires de transports en commun, autres modes de transport alternatifs …) pour assurer aux générations futures une qualité de vie et une biodiversité :

1- liaison entre le centre urbain et le bourg de Saint-Hilaire-de-Riez : cet axe de liaison est l’un des plus importants de la commune nouvelle puisqu’il dessert de nombreux quartiers et des équipements communautaires (écoles, gare, complexe aquatique, salle de spectacle, …).

2- liaison entre le pôle urbain-quartier de la Cour Rouge, le bourg du Fenouiller et les quartiers voisins (Val de Vie, Chabossonnière) : une passerelle permettrait aux piétons et aux cyclistes un cheminement plus sécurisé et plus convivial qu’actuellement ;

3- liaison entre le bourg du Fenouiller ainsi et celui de Saint-Hilaire-de-Riez ainsi que celui de Notre -Dame-de-Riez, via le pont du barrage des Vallées. L’effort est à faire pour lever les discontinuités de la voie douce, notamment en aménageant une passerelle et pour faciliter le trafic automobile tout en restreignant le passage des véhicules lourds ;

4- liaison du futur écoquartier La Croix avec le quartier institutionnel (gendarmerie, lycée), la zone industrielle de la Bégaudière: l’aménagement du rond-point de l’Europe qui a déjà fait l’objet, dans les discussions, de préfiguration de voies souterraines, d’une passerelle, …

5- liaison entre le pôle urbain et Givrand via quartier institutionnel (gendarmerie, lycée) : une voie verte déjà existante a vocation à permettre les déplacements cyclistes des lycéens et des salariés de la Bégaudière ;

6- liaison avec la zone ZAE Le Soleil Levant où se trouvent regroupés le siège de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les services techniques associés, des services associatifs comme les Restos du Cœur : l’aménagement concerne l’accessibilité piétonne et cycliste des salariés et des ayant-droits via une voie verte sécurisée.

Il y a tout intérêt à impliquer les habitants pour réfléchir, dans le cadre d’ateliers animés, sur ces mises en perspective des futurs axes de liaison de l’agglomération à venir.

Axes de liaison à valoriser sur l’aire urbaine du Havre-de-Vie

 

 

Denis Draoulec (denis.draoulec22@orange.fr)
Bernard de Maisonneuve (bdemaisonneuve@gmail.com
Michelle Boulègue (bouleguem@gmail.com)