Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: dune

Bulletin 2016 Dossiers d'actualité

Le Plan de Prévention des Risques Littoraux

Publié par :

Le PPRL se veut à la fois vecteur de sensibilisation à la culture du risque et dispositif de prévention.

La genèse du plan de prévention :

Xynthia _ Le remblai de la Grande Plage le 28 février 2010 (photo V.I.E.)

Xynthia _ Le remblai de la Grande Plage le 28
février 2010 (photo V.I.E.)

Le littoral vendéen est caractérisé par une présence importante d’étendues de marais et de terres gagnées sur la mer, par la protection d’espaces dunaires ou par l’aménagement d’ouvrages (digues, écluses, …). La tempête Xynthia du 28 février 2010 (35 victimes sur le littoral Vendée) a malheureusement illustré ce haut niveau de vulnérabilité qui caractérise le littoral vendéen, accentué par le faux sentiment de sécurité que procurent les protections naturelles et les ouvrages de défense et par l’insuffisance de sensibilisation à la culture des risques littoraux d’une population, nouvellement arrivée et vieillissante.
A Saint Gilles Croix de Vie, des secteurs de surverse ont entraîné des submersions localisées qui ont surpris, par le niveau atteint, les habitants, pourtant habitués de longue date aux inondations de leurs maisons (quartier du Maroc). Le long du quai Rivière, des sous-sols aff ectés à des stockages de documents ont été exceptionnellement inondés. Sur le remblai de la Grande Plage, sujet aux chocs mécaniques, des paquets de mer entraînant des galets ont brisé quelques vitrines de restaurants. L’équipement des commerces en batardeaux ou tablier roulant en aluminium renforcé devant les devantures a la capacité d’amortir les chocs mécaniques générateurs de dommages.

Raison d’être d’un plan gouvernemental de prévention ?

Avant d’être un plan d’action, la méthodologie de prévention de l’Etat s’inscrit dans une promotion de la culture du risque s’adressant aux responsables, aux acteurs économiques, à la population résidentielle en informant sur les risques encourus et sur les moyens de s’en prémunir, en apportant une meilleure connaissance des phénomènes et de leurs incidences. L’évaluation du risque pour la vie humaine détermine prioritairement le PPRL (Plan de Prévention des Risques Littoraux) élaboré sous la direction des services de l’Etat, ceci pour chaque territoire défi ni. En l’occurrence pour les habitants de Saint Gilles Croix de Vie, le PPRL des Pays de Monts couvre le littoral de Notre Dame de Monts jusqu’à Brétignolles sur Mer. La réduction de la vulnérabilité des lieux de vie, de travail, de santé, de loisirs ou autres, et donc l’atténuation des dommages résultants, constitue l’objectif prescriptif de ce plan. Un travail de diagnostic a été nécessaire pour recenser l’occupation humaine, les enjeux économiques, le fonctionnement du territoire, l’environnement, le patrimoine culturel, comprendre la dynamique d’un littoral parsemé de marais et d’étendues basses protégées par des aires dunaires, étudier l’historique des tempêtes, évaluer les techniques de défense mises en oeuvre pour réduire les vulnérabilités. Fort du diagnostic territoire par territoire, dans un second temps, les services de l’Etat ont défi ni des scénarii de submersion conjugués le cas échéant à des apports pluviométriques, phénomènes engendrant potentiellement des inondations prévisibles dans des secteurs précis.
Ces scénarii de submersion sont définis en retenant le niveau marin de base correspondant à celui de évènement historique le plus fort connu, c’est-à dire l’évènement Xynthia qui a été retenu comme événement de référence maritime. A partir des surcotes enregistrées avec les marégraphes du littoral (1,16 m au port de Saint Nazaire, soit un niveau de 4,18 m NGF (par rapport au niveau 0 NGF, niveau moyen proche de la mi-marée), 1,56 m à La Rochelle La Pallice, soit un niveau de 4,51 m NGF), un logiciel de modélisation hydraulique (s’appuyant sur la topographie établie par l’intermédiaire de relevés LIDAR, télédétection par laser) a calculé les cotes de référence applicables sur le littoral, jusqu’à l’intérieur des estuaires comme pour celui de la Vie à Saint Gilles Croix de Vie. Un supplément de 20 cm correspondant à la prise en compte des premiers effets du changement climatique, a été ajouté pour qualifier cette cote de référence dite d’aléa actuel. Un supplément de 60 cm a été ajouté à la cote Xynthia pour qualifier la cote de référence dite d’aléa 2100, estimation du niveau de submersion à la fin du siècle, compte tenu du changement climatique. (cf niveaux indiqués sur la carte ci-contre). Les zones effectivement inondées lors de la tempête Xynthia sont complétées par les zones susceptibles d’être inondées en référence à la cote de référence aléa actuel. D’autres zones susceptibles d’être inondées en référence à la cote de référence aléa 2100 sont également cartographiées. Toutes les vulnérabilités sont évaluées, comme les hypothèses de brèches des ouvrages de protection non conformes ou mal entretenus. Ce principe de faillibilité s’applique également sur les ouvrages de défense du trait de côte (enrochements). Enfin il est tenu compte de la puissance des vagues heurtant un ouvrage en définissant une zone de chocs mécaniques (cas du remblai de Saint Gilles Croix de Vie). Zones de submersion, zones de chocs mécaniques, bande de précaution s’inscrivent dans le zonage règlementaire : zones rouges pour les zones de danger, inconstructibles, zones bleues pour les zones de précaution, constructibilité sous conditions (cf. carte pour Saint Gilles Croix de Vie). Cette réglementation induit une stratégie de développement des territoires qui prend en compte les risques littoraux et s’impose au PLU (Plan Local d’Urbanisme). L’instruction des permis de construire, des déclarations préalables s’en trouve affectée.

Carte du zonage règlementaire avec côtes de référence à l’horizon 2100.

Carte du zonage règlementaire avec côtes de référence à l’horizon 2100.

Des mesures de prévention, de protection et de sauvegarde doivent être prises dans les zones évoquées par les collectivités publiques ou appliquées par les particuliers, propriétaires ou exploitants, afin de réduire la vulnérabilité de l’existant. La réduction de la vulnérabilité des personnes et des biens impose de limiter la population exposée au risque, de prescrire les travaux de mise en sécurité des biens existants, de maîtriser l’expansion urbaine littorale et de refuser des projets aggravant cette exposition. C’est aussi l’objet des PAPI (Programmes d’Action de Prévention contre les Inondations) portés par les Communautés de Communes, de réduire les risques d’inondation, par les aménagements adéquats. Ainsi le PAPI du Pays de Saint Gilles Croix de Vie a permis, par l’endiguement du quai des Greniers (crête à 3,90 NGF, c’est-à-dire 13 cm de plus que le niveau Xynthia constaté 3,77) et du quai Gorin (crête à 3,80 NGF, 10 cm de moins pour la perte de charge), de protéger les bas quartiers de Croix de Vie contre les risques de submersion. Après la neutralisation des arrivées maritimes par les conduites du sous-sol, il reste encore à créer sur le quai Gorin l’important bassin de rétention (700 m²) des eaux d’origine terrestre qui seront automatiquement déversées à marée basse par l’ouverture des clapets anti-retour des 4 buses. Ainsi est prévu côté Croix de Vie le scénario de la concomitance d’évènements centennaux de submersion marine et d’inondation terrestre. Côté Saint Gilles, la mise à la cote 4,80 NGF est envisagée pour le quai Rivière et le quai Marie de Beaucaire. Quelles conséquences en matière d’assurances pour les propriétaires et exploitants : si les propriétaires, exploitants ou utilisateurs de biens et d’activités antérieurs à l’approbation du PPRL ne se conforment pas à la réglementation, les assureurs peuvent ne plus garantir les dits biens et activités.
Si des biens immobiliers sont construits et que des activités sont créées ou mises en place en violation des règles du PPRL, les assureurs ne sont pas tenus de les assurer. Quelles conséquences financières pour les propriétaires et exploitants : les études et travaux de réduction de la vulnérabilité, rendus obligatoires par un PPRL approuvé, sont éligibles au «Fonds Barnier». Ce fonds est destiné à venir en aide aux personnes physiques ou morales ainsi qu’aux collectivités disposant de biens faisant l’objet de prescriptions de travaux obligatoires. Le coût des travaux aménagements (pièce refuge par exemple) est limité à 10 % de la valeur vénale ou estimée des biens à la date d’approbation du PPRL. Le financement des travaux est limité à 40 % des dépenses, 20 % dans le cadre d’activités professionnelles, 50 % pour les études et les travaux réalisés par les collectivités territoriales. Ces financements du Fonds Barnier peuvent se cumuler à d’autres financements (ANAH, CAF, collectivités…). Où en est-on dans la démarche de prévention ? Pour le PPRL des Pays de Monts, la phase de concertation a fait l’objet de plusieurs dépositions d’avis. La mairie de Saint Gilles Croix de Vie a fait le choix d’approuver le PPRL tout en émettant plusieurs réserves sur la forme (difficulté d’appréhension, explications insuffi – santes) et sur le fond (justifi cation des cotes, vérification de la modélisation, modifi cation du règlement des zones de chocs mécaniques afi n de maintenir l’activité économique du remblai de la Grande Plage, …). La déposition de l’association V.I.E. porte sur la diff érence entre la cote réelle atteinte par le niveau Xynthia + 13 cm et la cote de référence calculée par le logiciel de modélisation (diff érence de 30 cm= 4,20 NGF – 3,90 NGF pour le cas du quai des Greniers), sur le lien entre le PPRL et le PAPI et sur la problématique de la servitude de passage (chemin des douaniers) soustraite lors du recul du trait de côte. La phase d’enquête publique (janvier 2016) permet une plus ample information de la population, éventuellement invitée à déposer des avis et observations. Ceux-ci peuvent conduire à des adaptations du projet de PPRL. La procédure se termine par une approbation du PPRL par arrêté préfectoral après avis de la commission d’enquête. Approuvé, le PPRL vaut servitude d’utilité publique en application de l’article L.562-4 du Code de l’Environnement. Il s’impose aux documents d’urbanisme en vigueur et doit être annexé notamment au Plan Local d’Urbanisme (PLU) dans le délai d’un an. Les travaux de réduction de la vulnérabilité de l’habitat existant doivent avoir été réalisés avant 5 ans.

Conclusion et prolongement.

Le plan de prévention de l’Etat, décliné en PPRL sur les territoires littoraux, à grand renfort d’experts réunis par chaque Direction Départementale  des Territoires sous autorité du Préfet, s’avère à la fois un processus de sensibilisation à la culture de prévention du risque et un ensemble de prescriptions (servitudes d’utilité publique s’appliquant au-dessus de toute autre réglementation) s’inscrivant dans une stratégie de développement durable. Cependant de nombreuses résistances de la part des élus se sont traduites par un avis défavorable du PPRL, comme pour le territoire littoral de la Baie de Bourgneuf, pour la ville de Saint Jean de Monts qui fait réaliser une contre-étude ou pour Noirmoutier fi er de son système de défense par digues. Personne ne peut dire que nous sommes à l’abri d’un évènement à plus forte amplitude que Xynthia, notamment dépressionnaire, mais l’ensemble des prescriptions du PPRL appliquées pour réduire les vulnérabilités, complétées par la mise en oeuvre des PAPI, associées à une meilleure conscience du risque par la population et aux mesures du PCS (Plan Communal de Sauvegarde), doivent permettre d’éviter la perte de vies humaines et de réduire les dommages. Une telle mobilisation de l’Etat complétée par celle des collectivités territoriales, certainement justifi ée, ne pourrait-  elle pas être appliquée à d’autres risques qui nous concernent tous et tous les jours et dont la prévention est insuffi samment promue (campagnes de sensibilisation, formation pédagogique …) et prescrite (mesures et aménagements de sécurisation, …) : par exemple les risques domestiques (chutes, incendies, intoxications…), les risques de circulation automobile (une cinquantaine de décès par an en Vendée, 54 en 2014), les risques professionnels, les risques de noyade sur la plage (une quinzaine de décès par an en Vendée), les risques sanitaires liés aux diff érentes pollutions, etc

Denis.Draoulec22@orange.fr
Sources principales:
Documents préfectoraux relatifs au PPRL des pays de Monts
Délibération N° 21.09.2015-10 du Conseil Municipal de la ville de Saint Gilles Croix de Vie
Guide méthodologique PPRL (DGPR SRNH/BRM – mai 2014)

Bulletin 2015 Les rendez-vous de V.I.E.

Sortie nature sur la Corniche de Sion

Publié par :

Sortie avec Nature et culture (photo V.I.E.)

Sortie avec Nature et culture (photo V.I.E.)

Pour la première fois une sortie nature a été organisée, le 21 août 2014, en partenariat avec l’association Nature et Culture de Saint-Hilaire-de-Riez sur la Corniche de Sion. Cette sortie pluridisciplinaire abordait la géologie, l’ornithologie, la flore de la dune perchée, les invertébrés et les algues de l’estran rocheux, sans oublier les légendes. La sortie a débuté par la présentation géographique de cette corniche, «la pointe noire», repérée par Pierre Garcie Ferrande entre les grandes étendues sableuses de Saint-Gilles Brétignolles au sud et de Saint Hilaire-Saint Brévin au nord. Elle s’est poursuivie par un exposé géologique qui a replacé notre département à la limite du Massif Armoricain et du Bassin d’Aquitaine. La Corniche appartient donc à l’ensemble plissé et métamorphisé du Massif Armoricain.
En cheminant le long de la promenade pédestre, nous avons progressivement découvert la flore caractéristique de cette «dune perchée» dont la présence s’explique par les grandes différences du niveau de la mer au moment des grandes glaciations de l’ère quaternaire, ce sont en quelque sorte des dunes fossiles témoins du niveau de la plage en cette période interglaciaire (de -130 000 à -100 000 ans). Les plantes de faciès sableux (cakilier maritime, giroflée des dunes, pavot cornu, lagure ovale…) sont parfois associées à des plantes de faciès vaseux (lavande de mer, obione) qui témoignent de la présence ponctuelle de vase argileuse provenant de la décomposition superficielle des schistes.

Remarque d’un de nos visiteurs : «Quand je pense que je passe là très souvent depuis 30 ans, et que je n’avais jamais vu tout cela !», notre récompense.

Sur les pentes, voire sur le béton, poussent des plantes de faciès rocheux maritime, en particulier la criste marine ou perce-pierre. Court arrêt en face des Cinq Pineaux, se détachant sur l’océan, pour évoquer leur légende. En descendant l’escalier de la «Goutaille», la bien-nommée, nous observons les plantes de rochers suintants, plantes d’eau douce : joncs, glaux maritime et mouron délicat. En longeant l’estran sableux, nous avons pu observer la diversité des algues, la spécificité de leur localisation et découvrir leurs nombreuses utilisations existantes ou en cours de recherche. Sans oublier quelques invertébrés de l’estran rocheux : littorines, dont les bigorneaux, anémones de mer, patelles, balanes…. Tout en cheminant, nous avons repéré quelques oiseaux sur les rochers, ou en vol : grand groupe de tourne-pierres, familles de goélands argentés avec jeunes, goélands bruns, jeune cormoran, aigrette garzette, sternes.
Remercions les animatrices de cette matinée : Catherine, Françoise et Janine qui ont su faire partager leur passion et leurs connaissances aux participants.

Cette sortie est elle la première d’une longue série ?

 

Les dossiers de V.I.E. Les dossiers de VIE

Lifting sur la grande plage de St Gilles Croix de Vie

Publié par :

Lifting sur la grande plage de St Gilles Croix de Vie après la campagne de dragage et de rejet des sédiments des ports de SGXV

Fin avril (mercredi 30 avril 2014), a pris fin la campagne 2013-2014 de dragage et de rejet sur la cote des sédiments des ports (plaisance et pèche) de SGXV, opération menée par la SEMVIE pour son propre compte (port de plaisance) et pour le compte de la CCI (port de pêche).

Les derniers sédiments déversés concernaient les sables amoncelés dans la souille le long du ponton 8.

P1040311_pointderejetdusable_28 avril2014

système de canalisation qui permet d’acheminer les sédiments

Les clichés montrent les travaux de nivellement de la plage (assurés par l’entreprise GTP) au bout de laquelle (à 300 m de la dune de la Garenne, zone basse de l’estran) les sédiments sableux dragués des ports ont été rejetés via un système de canalisation qui permet d’acheminer les sédiments sucés avec mélange d’environ 80 % d’eau.

P1040320_liftinggrandeplagedune_28 avril 2014

les travaux de nivellement de la plage

Tandis qu’un bulldozer à chenille exécute des coups de rabot pour niveler l’excédent de sable qui s’est réparti autour du dôme de rejet, un autre bulldozer sur pneus concentre l’excédent de sable contre la dune de la Garenne.

C’est ainsi que 24 000 m3 de sables m3 extraits ont été rejetés sur la plage.Concernant les sédiments vaseux, c’est 58 000 m3 de vases qui ont été retirés.

En tout c’est environ 82 000 m3 (de l’ordre de plus de 100 000 tonnes) de sédiments retirés, soit un rendements moyen de 100 m3 de sédiments retirés par heure de pompage.

 

On imagine la problématique de transporter par camions (de l’ordre de 6 600 camions de camion de 15 tonnes traversant la ville) et le surcout financier (estimé à 6 fois plus onéreux que le coût actuel de 450 000 € pour le seul port de plaisance), pour un dépôt à terre des sédiments, s’il s’avérait que la qualité de ces sédiments ne permettait plus le rejet en mer dans les vagues (pour dissiper au maximum la turpitude) devant la plage.

En effet l’opération telle que pratiquée actuellement est soumise aux prescriptions de l’autorisation préfectorale donnée initialement le 15 octobre 1998 et dernièrement réactualisée (arrêté préfectoral 27 nov 2013, composé de 13 articles de prescription), notamment en matière de surveillance de la qualité du gisement de coquillages (analyse bactériologique) et de la qualité des sédiments (prélèvements et analyses faunistiques et physico-chimiques des échantillons) _ seuils définis par le groupe de travil GEODE_ , ceci pendant toute la durée de l’opération de dragage du chantier et les 2 semaines suivantes.

La prochaine campagne de dragage débutera en mi-octobre 2014 pour se prolonger jusqu’en mars 2015, toujours sur des mêmes bases procédurales (retrait des boues et sables par aspiration et rejet via la canalisation en limite inférieure de l’estran dans les vagues face à la dune de la Garenne). Seules, du coté embarcadère Ile d’Yeu, les sédiments sont repoussés mécaniquement dans le chenal, à charge du reflux d’évacuer naturellement vers l’océan.

En effet, les premières observations montrent sur les zones draguées en novembre et décembre 2013, une reprise de l’envasement déjà évalué entre 50 cms et 1 mètre. Les pluies de cet hiver sont principalement responsables de cet apport supplémentaire de sédiments. La destruction des haies facilite également l’écoulement des sédiments notamment sur les terres fraichement labourées dans les bassins versants de la Vie et du Jaunay.

La limitation de l’apport sédimentaire par les cours d’eau doit devenir un objectif même si l’envasement de l’estuaire de la Vie est un processus naturel. Parallèlement à l’envasement dans les ports, une masse beaucoup plus importante de sédiments des cours d’eau rejoint directement la mer en laissant parfois selon les conditions un panache de turbidité. Parmi les pistes de réduction des sédiments, il faudrait pouvoir faire coïncider les périodes d’apports exceptionnels (curage des barrages, épandage de fumier et de lisier, labourage…) avec les forts coefficients de marée ou l’effet de chasse est le plus efficace.

Quant à la pollution récupérée avec les sédiments rejetés, des marges d’amélioration sont encore possibles

  • Objectivation des contrôles dans le cadre des prescriptions de l’arrêté (prélèvements et analyses des tellines et des sédiments confiés au laboratoire Asconit (agréments du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable).
  • Informations renforcées sur les travaux de dragage (panneau d’informations sur le remblai prévu par la SEMVIE) et meilleurs visibilité des informations ARS (les pécheurs à pieds non locaux ne voient pas toujours les informations de l’ARS ou de la Mairie)
  • Amélioration du traitement des eaux recueillies sur la zone de carénage du port de plaisance (projet d’amélioration en coordination avec l’Agence de l’eau)
  • Amélioration de la gestion des déchets (cf photos ) et du traitement des eaux de surface du parking du port de pêche
  • récupération des petits déchets aspirés et rejetés avec les sédiments que l’on retrouve au premier jusant sur la partie supérieure de l’estran, l’idéal étant le ramassage manuel des déchets non naturels

Par ailleurs afin de réduire les éventuelles incidences sur les activité nautiques, surf notamment, la prochaine campagne commencera et se terminera par le dragage des sédiments sableux.

Maintenant que les opérations de la précédente campagne sont terminées, les contrôles de l’ARS suspendus pendant la précédente campagne de dragage vont permettre (à partir du 15 mai 2014) tout au long de la belle saison, de surveiller la qualité de l’eau par l’analyse sanitaire des prélèvements de tellines. L’ARS (Agence régionale de santé des Pays de la Loire) a déjà signalé les risques de contamination (avérés d’après l’épidémie de gastro entérite dont été victime certains surfers) qui sont accrus par les surverses des réseaux d’assainissement et le lessivage les sites d’élevage (débordement de lisier, ruissellement des sols amendés au fumier…) situés en amont du port de St Gilles Croix De Vie, ceci du fait de l’abondance et de la violence des pluies de la dernière mauvaise saison.

Afin d’objectiver le niveau de pollution des eaux, le club de surf de la grande plage a de son coté fait procédé des prélèvement d’eau de mer pendant et en dehors de période de dragage afin d’analyser les contaminants et polluants.

On retiendra également que s’il n’est pas conseillé de surfer ou de se baigner dans le panache turbide (en principe moins de 200 m du point de rejet), il n’est pas non plus conseillé de se baigner lors des fortes pluviométries, des lâchers pour curage des barrages de stockage, des périodes d’épandage du fumier et du lisier.

Complémentairement à une réflexion sur l’évolution du mode de retrait des sédiments des ports (avec la pollution), ceci dans le cadre du développement durable et de la sensibilisation de plus en plus marquée de la population aux risques environnements et sanitaires, c’est également en amont du dragage que des marges de progrès sont à réaliser : réduction de la masse des sédiments qui est acheminée dans l’estuaire, réduction voire élimination, en amont et dans la ville et les ports, des sources de pollution de l’estuaire.

C’est le sens de l’intervention de l’association V.I.E. auprès de la commission de suivi du dragage régulièrement animée par la SEMVIE. L’association, qui a poursuivi sa veille durant le long de l’opération, en contact avec la SEMVIE, l’ARS et avec les usagers (Surfing Club, les baigneurs Les Sardines, le surf collégien, surfers individuels, …), se tient à la disposition de tous ceux concernés par la problématique.

Dans l’idéal (environnemental et économique), il faudrait trouver une solution de type filière économique de réutilisation des sédiments extraits (selon quelle technique la moins dommageable pour l’environnement, les activités et les finances) après traitement éventuels des déchets exigés en fonction du type de réutilisation (travaux publics, bâtiment, agriculture…). C’est en partie le cas pour les sédiments sableux qui trouve leur vocation à engraisser la grande plage avec l’aide de qq bulldozers (cf photos

La cible n’est-elle pas pour Saint Gilles Croix De Vie, cité littorale, de permettre un développement durable de la filière pêche des activités économiques du bassin versant de l’estuaire et de ses cours d’eau, et des activités plaisance (y compris la gestion des sédiments déposés) et du tourisme, ceci en plaçant la barre haute en matière de protection environnementale et de qualité des eaux littorales. L’objectif du pavillon bleu, aussi bien pour le port de plaisance que pour les sites de baignade, peut également être un efficace levier de progrès.

 

(à suivre…)