Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: économie

Bulletin 2016 Dossiers d'actualité

Le futur du Pays de Saint Gilles Croix de Vie en 2030

Publié par :

C’est l’objectif du Schéma de Cohérence Territorial (SCoT), découlant des lois SRU et Grenelle 2, appliqué au territoire du Pays de Saint-Gilles-Croix-De-Vie, qui devrait abriter en 2030 près de 66 000 habitants soit plus de 20 000 de plus qu’actuellement. Comment ce plan de politique d’aménagement équilibré du territoire pour les 20 prochaines années, apportera les réponses nécessaires en terme d’accessibilité, de cohésion sociale et générationnelle, de logements, d’infrastructures, de développement économique, etc., en répondant aux objectifs fixés par le Grenelle de l’environnement (développement durable, protection des richesses environnementales, restauration de la biodiversité, diminution des gaz à effet de serre, amélioration de l’efficience énergétique, …).

Pourtant son achèvement est laborieux. Engagé depuis 2005, un premier projet de SCoT arrêté en 2008 a fait l’objet d’un avis défavorable du Préfet de Vendée, faute, pour les membres de la Communauté de Communes  de s’accorder à propos des perspectives de développement démographique ainsi que sur le nombre et la taille des grandes surfaces commerciales.

Remise en chantier en octobre 2010, une dernière version du SCOT arrêté en mai 2015 a bénéficié d’une phase de concertation jusqu’en fin septembre 2015.  Plusieurs avis favorables ou critiques des personnes public (DREAL, communes, communautés de communes, …) recueillis complètent  les documents du dossier SCoT.

La phase l’enquête publique à laquelle le ScoT est soumise jusqu’ à fin janvier 2016, s’en trouve retardée.

Du fait de ces retards, notre territoire risque donc de se voir doté d’un document en rétro vision alors que les déséquilibres qui caractérisent notre territoire perdurent et freinent son dynamisme dont l’ambition du SCoT est précisément d’y remédier. En témoigne, la reprise de grandes orientations que nous prenons la liberté de résumer en une douzaine de préconisations.

PRINCIPALES PRECONISATIONS DU FUTUR SCOT / REMARQUES

– Une croissance démographique modérée est envisagée à hauteur de 4% compte tenu d’une évolution de +2%/an entre 1990 et 2006. Le nombre d’habitants des 14 Communes du Pays de Saint Gilles devrait passer de 45 000 à 66 000 habitants générant un besoin de 800 à 900 logements supplémentaires

–  Un tissu urbain densifié s’appuyant sur des polarités urbaines (ex Saint gilles Croix de Vie, saint Hilaire de riez, Le Fenouiller , voire Givrand) concentrant 45% de la production de logements sur leur aire, par comblement des espaces vacants et recyclage de l’existant. L’ambition est de réduire l’étalement urbain au profit des terres agricoles et des espaces naturels  tout en contrôlant les risques d’une excessive concentration. Cette perspective implique la création de 800 à 900 logements par an pour accueillir 23 000 habitants de plus en 2030 par rapport à 2007. Cette densification n’est pas  articulée à la consommation d’espace  consécutive au titre de la voirie, des transports et des équipements collectifs  au-delà du foncier lié strictement à l’habitat. De même l’impact de cette orientation sur le dynamisme économique du territoire.

‐ Une dépendance en eau à réduire vis‐à‐vis des territoires environnant. Aggravée en période estivale, cette dépendance est multipliée par 3 pour les besoins en eau potable. L’objectif est de passer à 2,4 millions de m3/an pour l’agriculture et à 5,1 millions de m3 pour les autres abonnés dont le nombre devrait augmenter de 1,92% d’ici 2030 pour une consommation moyenne de 75 m3/an et par abonné.

‐ La réduction du volume des déchets au moyen d’une intensification du tri et du compostage.

‐ La valorisation des techniques de production des énergies renouvelables.

Pour autant il n’est pas fait mention du schéma directeur d’aménagement numérique (SDAN). Le projet d’instaurer une filière bois  est évoqué (sans évaluer son impact sur la biodiversité et le trafic routier et ferroviaire).

– Une croissance encouragée par bassin de vie en équilibrant les différents secteurs, industriel, de la pêche, de l’agriculture et des services. Dans ce but il est recommandé leur montée en gamme. Des réseaux routiers plus denses et accessibles sont envisagés en soutien du développement  à partir de nouveaux axes structurants et en qualifiant l’existant ainsi que la capitalisation sur le ferroviaire. Le contournement des pôles urbains devrait être privilégié ainsi que leur désenclavement tandis que les pénétrantes devaient être l’expression d’un urbanisme plus vert et plus attractif. Parallèlement, il est prévu de développer une offre de logements diversifiée, favorisant la mixité sociale, en accession à la propriété, en locatif et en logement social (+ 10%) misant sur l’habitat collectif. Le logement social devrait augmenter de 10% sur la période considérée.

– Le développement de l’offre d’équipements structurants dont participe le projet de lycée sur le site des Vergers d’Eole. Il est attendu une offre culturelle qui renforce les traits identitaires du territoire tandis que des évènements sportifs et ludiques  devraient renforcer son attractivité touristique. La valorisation du patrimoine architectural et culturel ainsi que celle des sites et édifices remarquables est prévus au titre de l’article L 123 15 111 du code de l’urbanisme.

– La préservation  et la valorisation des paysages constituant l’enveloppe urbaine et sa respiration sont préconisée.

– Un équilibre doit être trouvé entre le commerce de proximité, facteur de lien social et les grandes surfaces commerciales souffrant, par ailleurs d’un déficit qualitatif.

 

Pour être totalement pertinentes, ces préconisations auraient dû, davantage, rendre compte les évolutions qui affectent notre quotidien et mettent déjà notre futur en perspective. Adopté fin 2015, le SCOT porte l’empreinte de sa trop lente gestation en 10 ans.

CE QUI MANQUE DANS LE SCoT :
On reste sur notre faim quant à la prise en compte des évolutions actuelles ainsi que des textes législatifs et réglementaires en prise directe avec les logiques qui président à l’organisation du territoire sans omettre l’évaluation des orientations retenues sur le territoire, la qualité de vie de ses habitants et la préservation des paysages et du patrimoine. A titre d’exemple le projet de port de la Normandelière  semble intégré dans le Scot sans être  assorti de modalités d’analyses et d’évaluation des transformations qu’il entrainerait sur son environnement alors que son implantation sur le site fragile reste problématique.

Quatre transitions majeures caractérisent notre époque. Elles impactent particulièrement des territoires tels que le nôtre et à ce titre mériteraient que le SCOT les prennent en compte:

– La transition énergétique et écologique qui repose sur une prise de conscience collective appelant à modifier les comportements et les stratégies des entreprises, des consommateurs et des institutions œuvrant chacun à leur niveau à la construction de la société. Déjà le réchauffement climatique impose de majorer les risques climatiques.

– La transition économique dans un espace mondialisé dont la finitude implique la prise de conscience de nos responsabilités collectives et l’adoption de régulations visant le plus prosaïque de nos gestes quotidiens jusqu’aux échanges mondiaux.

‐ La transition numérique qui plus qu’un outil met à notre disposition une puissance d’organisation.

– La transition institutionnelle qui déborde le mode traditionnel de représentation et de  délégation au profit d’une implication sociale directe au gré des centres d’intérêts et des urgences du moment.

La loi NOTRE du 7 août 2015 prend en compte ces transitions en organisant la coopération des compétences territoriales portées par les Régions, les Départements et les Communautés de Communes. L’objectif est de parvenir à plus de réactivité, de cohérence et de pertinence de la part des services concernés. Les priorités que dessine cette loi impactent directement le champ de compétence de l’intercommunalité, d’autant que dans le but d’une plus grande proximité, les intercommunalités seront renforcées, particulièrement en ce qui concerne la préservation et la gestion des ressources aquifères, l’assainissement, le traitement des déchets. Pour leur part, les Régions monteront en puissance en ce qui concerne le développement économique, les transports et auront à rédiger et mettre en œuvre un schéma d’aménagement durable du territoire (SRADTT). Le SCOT, sitôt adopté,  devra y trouver sa place. A ce propos rien n’est précisé ni anticipé en ce qui concerne les modalités de coordination  pour  plus de cohérence.

Plus immédiatement le plan de prévention des risques littoraux pour le Pays de Monts dont la commune de Saint Gilles Croix de Vie, répertorie, non seulement les zones à risques, mais spécifie des préconisations qui modifieront l’urbanisme et l’architecture afin d’aménager des zones refuges d’ici  5 ans. Les travaux complémentaires de la commune et de la Communauté de Communes afin de sécuriser les quartiers du quai Gorin et des Greniers trouvent là tout leur sens. Ils sont à étendre le long de la rive gauche de l’estuaire de la Vie. Cependant ils ne sont pas intégrés dans le SCoT de même que plus largement ne sont pas précisées les modalités permettant de le rendre compatible  avec la loi littoral.

Sur ce chapitre on peut s’étonner de  que ne soit pas évalué l’impact de la création des sites Nature 2000 et Natura en mer, l’actualisation des ZNIEFF*, les dispositions  en cours du SDAGE et de son projet 2015/2021, le Schéma régional de cohérence écologique, le Schéma Régional Climat Air Energie des Pays de la Loire du 18/04/2014, et l’avis des organismes ayant autorité en matière d’environnement. La même méconnaissance frappe le schéma régional d’aménagement des forêts dunaires atlantiques, des modalités de gestion des risques d’inondation, du plan d’action pour le milieu marin et du schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie.

Enfin certains aspects et non des moindres de notre contexte local ne semblent pas trouver toute leur place dans le futur SCOT :

–  Le secteur balnéaire dont la plaisance et la thalassothérapie donnent cependant lieu à des projets considérables appelés à modifier profondément les massifs dunaires d’implantation.

Ces projets, quel qu’en soient leurs ambitions économiques, comportent le risque de déséquilibres pour les milieux naturels et les tissus urbains d’ancrage. De même l’impact de nouvelles activités telles que la méthanisation ne sont pas évoquées ni évaluées en dépit du risque de leur impact sur le balnéaire et la salubrité des eaux.

‐ Les attentes des séniors se concentrent sur les domaines de l’urbanisme, de l’habitat,  d’une mobilité sécurisée, de l’accès aux services de proximité, sociaux et médicaux ( dont les déficits sont pointés sans préconisation) mais aussi de culture et de loisirs. Leurs attentes rejoignent celles des jeunes familles en recherche de logements dans des quartiers organisant la mixité sociale et intergénérationnelle.

‐ Une politique de transport plus volontariste associant les modalités traditionnelles et les modes de déplacement doux (marche, vélo…) à celles plus partagées, initiés par les usagers eux‐mêmes tels que le co-voiturage nécessitant des aires aménagées et sécurisées, ainsi que des offres de transports à la demande.

Paradoxalement ces solutions sont dans le même temps initiés par la Communauté de Commune et les Communes osant la mise en service de navettes.

‐ Le réchauffement climatique amène à réfléchir à un urbanisme donnant toute sa place aux techniques d’économie d’énergie, aux matériaux qui y concourent et…. au végétal, particulièrement quand la perspective est à la densification de l’habitat car celle‐ci est aussi facteur de réchauffement. Il faut donc rafraichir les villes en intégrant les espaces verts dans le tissu urbain, en aménageant des parcours paysagés, des ilots verts de repos, des parcs de loisirs, des jardins potagers sans oublier de végétaliser les toits et les murs pour une meilleure régulation des températures tant  les canicules risquent d’être plus fréquentes et plus intenses. Dans cette perspective, des innovations architecturales pourraient trouver leur place dans le cadre de nouveaux quartiers associant innovations et technologiques au service des économies d’énergie, de la  préservation  des ressources naturelles et de la qualité de vie. Le futur éco quartier pourrait être le terrain  d’application  de nouvelles conceptions et pratiques  déjà opérationnelles, avec succès, en d’autres lieux.

CONCLUSION
Le Schéma de Cohérence et d’Organisation du Territoire semble reste lacunaire sur des chapitres  entiers qu’il revient à la Communauté de Communes de préciser et de piloter pour remplir ses objectifs de développement au service des habitants pour les 15 ans à venir. Son flou est regrettable quant aux critères et modalités d’évaluations du suivi et du résultat de ses choix. Plus globalement, le SCoT n’atteindra pas ses objectifs s’il ne se  donne pas pour priorité la qualité de vie des habitants qui résident sur les 14 communes que compte le Pays de Saint Gilles sur Vie. Ce but sera d’autant mieux atteint que les habitants seront pleinement associés dans le cadre de consultations élargies et régulières.

 

Michelle Boulègue   bouleguem@gmail.com

Bulletin 2016 Dossiers d'actualité

Devenir « cigales » ?

Publié par :

Ces cigales-là ne se contentent pas de chanter tout l’été. Vous pouvez en être une si vous ne privilégiez pas le rendement de vos investissements mais plutôt la satisfaction de participer au développement économique et social de votre environnement. Pour cela, il vous suffit de rejoindre un club de CIGALES dans le but d’investir une partie de votre épargne dans le projet d’un créateur dont vous approuvez l’objectif et les valeurs qui le sous-tendent et que vous voulez accompagner jusqu’à son aboutissement.
Si tel est le cas, vous êtes prêt à rejoindre un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire (CIGALES).

Le 13 octobre 2015, Habitat et Humanisme organisait dans ses locaux une réunion d’information et d’échanges à laquelle V.I.E. a participé. L’assemblée comprenait, outre le représentant des CIGALES des Pays de Loire Atlantique, les membres du club de Saint Gilles Croix de Vie et des porteurs de projet bien décidés à ne pas laisser les banques les laisser en cale sèche. Les organisateurs avaient également invité la presse.

Un club CIGALES réunit de 5 à 20 personnes apportant chacune une part de leur épargne à concurrence de 300 euros en moyenne par an. A raison d’une réunion mensuelle, les membres du club étudient et sélectionnent les projets qu’ils soutiendront 5 ans durant. A l’issue de cette période, chacun est libre de décider de réinvestir cette épargne dans de nouveaux projets ou de la récupérer. Ce soutien fi nancier est souvent le coup de pouce qui permet de boucler un plan de financement et de rassurer les banques. Mais plus encore, le club est aussi un lieu « ressource » où le créateur trouve une écoute attentive non complaisante, un appui relationnel, des compétences et un réseau. C’est précisément ce qui motive les CIGALES qui partagent au sein de leur club une expérience de solidarité portant ses fruits, au plus près de l’activité économique locale, dans le respect de l’homme et de l’environnement.

Le développement économique par la solidarité collective, dans des rapports de proximité et de confi ance sans rien omettre des exigences d’une gestion rigoureuse, veut être une alternative à des investissements exclusivement dictés par la rentabilité financière.

Michelle Boulègue

Contact : Les Cigales de Vendée cigales85@laposte.net

Bulletin 2016 Les dossiers de V.I.E

Les séniors s’inventent de nouvelles façons d’habiter

Publié par :

Dans vingt ans, un français sur trois sera sénior et nous avons tous, déjà, de grandes chances de vivre plus longtemps et en meilleure santé que nos parents, repoussant d’autant les 6 derniers mois fatidiques. C’est un bouleversement démographique sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Notre représentation individuelle et collective de la vieillesse en est transformée. Aujourd’hui, vieillir ne veut pas dire renoncer à son indépendance ni au plaisir de la vie tant personnelle que partagée. Les services d’aide à domicile permettent de rester chez soi, dans son propre environnement en toute sécurité, même en cas de perte passagère d’autonomie voire de dépendance.

illus-cohabitat

L’application des nouvelles technologies au logement (domotique) augmente nos capacités d’autonomie. Cependant seuls 6% des logements sont adaptés aux personnes en autonomie réduite. Avoir plus de 75 ans expose davantage aux accidents domestiques (les 2/3 par an). Des demandes accrues de services de proximité et de soins à domicile développent les offres de services assurés par des intervenants de plus en plus spécialisés. L’adaptation des logements aux fragilités physiques des séniors suscite des équipements innovants et une reconfiguration des habitats. Un nouveau pan de l’économie se dessine : «la silver économie» Ainsi démonstration est faite que le vieillissement, loin d’être synonyme de retrait, est source d’innovations économiques, technologiques et sociales, particulièrement dans le secteur du logement et cela sous l’impulsion des séniors eux-mêmes. Toutefois la retraite s’accompagne souvent d’une diminution de ressources au moment où plus que jamais l’âge donne de l’importance au confort et à la sécurité, sans avoir à peser sur le temps et les ressources des proches. C’est pourquoi les séniors s’emparant de cette question ont su y apporter des réponses innovantes exprimant autant de projets de vie en dehors des sentiers battus à côté de solutions classiques telles que les maisons de retraite, solution la plus fréquemment adoptée par les séniors. Les offres de ce type sont nombreuses pour un coût moyen de 1 694 euros en établissement public, 2 460 euros en établissement privé non lucratif en Île de France et 1 833 euros en établissement non lucratif en province. Selon les off res de services, ces coûts sont majorés de 20 à 30% dans le secteur lucratif. En regard, le montant d’une retraite s’élève en moyenne à 1 100 euros pour une femme et 1 600 euros pour un homme. Les restes à charges sont donc lourds en dépit des aides éventuellement accessibles.

Les réponses innovantes se déclinent sous plusieurs formes dont le point commun est de rompre l’isolement des séniors tout en épargnant les contraintes de charges financières trop élevées et d’une vie collective à ceux qui ne la recherchent pas.
L’habitat alternatif des séniors peut consister à revisiter l’ancienne pratique du béguinage en rassemblant les séniors, chacun chez eux dans des logements individuels, en locatif rapprochés en quartiers sécurisés et accompagnés par des services à domicile d’aide à la personne et de soins. Par exemple, les béguinages de Floralys sont composés de 15 à 20 logements adaptés dont les locataires bénéficient de plus de salle de rencontre tandis que des « hôtesses de convivialité » s’eff orcent de satisfaire aux attentes de chacun et de traiter toutes les questions administratives. Le rapprochement de séniors partageant le mêmes goûts et les mêmes préoccupations en ont amené certains à privilégier l’habitat locatif au sein de petits collectifs dont les «Babayagas*» ont été les pionnières. Ces habitats collectifs peuvent adopter une architecture verticale, économe en espace et en économie d’énergie ou opter pour une configuration en village de maisons individuelles mitoyennes comprenant ou non le partage des pièces communes ainsi que des laveries et commerces de proximités. les Co-logis des Aînés sont des maisons partagées dont l’harmonie de la vie quotidienne est assurée par une maîtresse de maison également dame de compagnie.

L’habitat intergénérationnel est le 19 choix d’une cohabitation en colocation qui permet de faire d’une pierre deux coups en partageant son logement avec des étudiants ou des familles monoparentales en échange d’un partage des coûts ou d’échanges de services. Cette formule se met en place également en zone rurale dans un esprit d’entraide et de solidarité (ex. : Association le Lien). Là encore le principe est de jouer la carte de la proximité au gré des échanges relationnels et de services. La formule se décline en maison(s) particulière(s), en collectifs (la Maison Intergénérationnelle inaugurée à Lyon par l’Habitat et Humanisme) voire en quartier comme à Bétheny regroupant 43 logements, une médiathèque et une salle commune afin que le pôle intergénérationnel soit aussi un pôle culturel et artistique pour la communauté urbaine d’implantation.

L’habitat participatif permet à d’autres séniors de réfléchir en amont, à plusieurs, leur projet de vie et d’habitat afin d’inventer ensemble la formule sur mesure qui pourrait leur convenir dans une approche de logement participatif. L’ensemble de ces innovations s’accompagne de l’émergence d’expertises nouvelles dans les domaines de l’adaptation des logements, des équipements en matière de diagnostics et de travaux d’aménagement. Des structures juridiques telles que la SCIC (société coopérative d’intérêt collectif) permettent d’associer et de faire collaborer des usagers, des entreprises et des collectivités territoriales. En eff et ces dernières s’impliquent dans l’off re de réponses innovantes comme le CCAS de Landerneau qui a ouvert récemment une résidence mixte intergénérationnelle en 2015 pour des personnes handicapées. Ainsi également de la SCIC «VIV’LA VIE» qui depuis 2007 teste des réponses adaptées pour l’accueil de personnes souffrant de la maladie de l’Alzheimer. A Saint Gilles Croix de Vie, le projet de créer un quartier sur le secteur de la Croix répondant à des exigences d’innovations architecturales n’offre-t-il pas l’opportunité d’inclure une réflexion sur l’habitat alternatif des séniors ?

Michelle Boulègue
*Du nom familier des grands-mères russes
Sources : – WWW HABITAT Sénior.FR – La Fondation de France. Illustration ; Le village vertical – et Habitat individuel groupé