Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: pêche

Bulletin 2016 Histoire - Récits - Mémoire

Les petits animaux de l’estran se racontent

Publié par :

mouleTout le monde me connaît et peut me déguster en mouclade ou à la marinière, mais, avant cela, il faut me nettoyer et arracher un paquet de fils enchevêtrés qui sort de ma coquille. C’est quoi ? Ce sont les filaments du byssus et je suis un des rares animaux à pouvoir en fabriquer. En effet, je vis à l’état sauvage sur les rochers et je ne possède aucun autre moyen pour résister à l’assaut des vagues, pas de ventouses ni de moyen de locomotion pour aller me cacher ou m’enfouir. Heureusement, je peux fabriquer un par un des filaments très fins qui formeront le byssus. Il suffit de me placer dans un bocal d’eau de mer et d’observer attentivement. Au bout de quelques minutes, on peut voir une sorte de langue sortir entre mes deux valves : c’est mon pied. Je l’étire jusqu’à ce que la pointe touche une paroi dure. Et là ! On ne bouge plus ! Sans en avoir l’air, je fais couler une sécrétion de ma glande à byssus dans le sillon médian de mon pied. Ce liquide s’étale contre la paroi et se solidifie en formant à son extrémité une plaque adhésive reliée à un fil que vous observerez quand je rétracterai mon pied.

Je peux recommencer un certain nombre de fois et même disposer mes fils en un bel éventail. Ça y est ! Ça tient ! Je suis bien accrochée et vous pourrez le vérifier en renversant le bocal qui se transforme alors en cloche tintant. Il paraît que des biologistes ont découvert la composition chimique de la protéine qui constitue le byssus. J’aurais dû déposer un brevet de fabrication avant de découvrir une copie de ma sécrétion dans le rayon «colles et adhésifs» d’un magasin de bricolage. Au fait ! Avant que vous me dégustiez, il a fallu moi aussi que je me nourrisse. Je n’ai pas de tentacules qui sortent de ma coquille et pourtant, je peux attirer mes proies. Oh ! Elles ne sont pas bien grosses, zooplancton, phytoplancton, ça me va très bien. Mais alors, comment l’eau et le plancton peuvent-ils entrer ?
J’ai la chance d’être un Mollusque lamellibranche ou bivalve. Non seulement mes branchies ont l’aspect de lamelles et filaments qui filtrent l’eau mais en plus, elles possèdent des cils vibratiles microscopiques. Comme ils bougent sans arrêt, ils créent un courant qui entre par l’entrebâillement de mes valves et sort par la « boutonnière». Je récupère alors le plancton, l’emprisonne dans un mucus qui se déplace lentement vers mes palpes labiaux puis ma bouche. Et voilà, c’est bon ! Je n’oublie pas non plus de respirer en captant l’oxygène dissous dans l’eau avec mes branchies. C’est pourquoi, je me ferme solidement pour garder de l’eau à marée basse ou sur l’étal du poissonnier. Si je relâche mes muscles adducteurs et commence à bâiller, attention, je suis en danger de mort ! En serrant très fort le sac dans lequel le poissonnier nous a jetées, nous aurons du mal à nous ouvrir et vous pourrez nous conserver au frais plus longtemps. Question reproduction, tout baigne ! Mâles et femelles restent bien fi xés dans leur coin, et pourtant «no problem», les mâles au manteau blanchâtre libèrent leurs spermatozoïdes et les femelles au manteau orangé leurs ovules. L’eau de mer qui nous baigne devient une véritable « soupe» de gamètes dans laquelle se feront les fécondations donnant des oeufs puis des larves microscopiques et enfi n des petites moules. Il faudra nous laisser grossir sur des cordes et des pieux (bouchots) avant de nous arracher pour faire le bonheur des amateurs de… moules-frites. Il m’arrive parfois d’héberger un pinnothère. Mais si ! Vous l’avez parfois trouvé croustillant sous la dent ! Ce petit crabe ne me dérange pas et comme je ne suis pas chatouilleuse, tout va bien. Nous partageons la nourriture mais cela ne m’empêche pas de grossir. Il est donc diffi cile dans ce cas, de parler de parasitisme. Le seul inconvénient se présente pour le gourmet qui me dégustera les yeux fermés !

La balane (Balanus balanoïdes)

balaneOn me trouve partout sur l’estran et pourtant personne ne s’intéresse à moi. Je vous pose cependant des problèmes car je vous fais mal aux pieds et vous devez me gratter avant de faire cuire les moules. Vue à la loupe, je ressemble à un minuscule volcan surmonté de son cratère. En réalité, je suis un Crustacé. Vous devez vous demander en quoi je ressemble à un crabe ou une crevette ! Eh bien, je vais vous le dire ! Comme les autres Crustacés, je possède des appendices articulés, ce sont des cirres assimilés à des pattes transformées. J’appartiens donc au groupe des Crustacés cirripèdes comme les Anatifes et les 8 «pousse-pieds». De mes oeufs sortent des larves qui sont celles de tous les Crustacés. Elles s’appellent Nauplius, puis elles se transforment en larves Cypris qui se fi xent au rocher avant de se métamorphoser en balanes. Une muraille formée de plaques soudées se construit autour de mon corps et quatre plaques au sommet, forment l’opercule. À marée basse, je ferme « toutes les portes» pour garder un peu d’eau. À marée haute, c’est l’ouverture. Dans un mouvement rythmé et gracieux, je déploie un panache de cirres qui entre et sort de mon opercule. Je crée ainsi un courant d’eau qui m’apporte plancton et oxygène. Si vous voulez voir ce «spectacle» mettezmoi dans une coupelle d’eau de mer et observez-moi à la loupe: c’est étonnant! Je vous saluerai non pas de la main mais de mon panache de cirres.

Catherine CHAUVET

Bulletin 2015 Histoire - Récits - Mémoire

Le parler des marins locaux (suite)

Publié par :

Maurice Guittonneau a dressé un lexique qui s’enrichit tous les jours, nous poursuivons la publication de ce lexique. V.I.E. vous invite à le compléter.  
A vous !

4 Rétamé ….. À bout de fatigue, ou sous l’effet de l’alcool (ivresse).
2 Revlin de vent… Changement spontané pour un bref moment de la direction du vent . Plus fréquent lors des chaleurs de l’été
2 Sabaille (f) ….Cordage (bout’) qui relie le ret’ de sardine au canot.
1 Sabouraôu (m).poiss… Petite vive qui se tient surtout en bord de côte sur les plage de sable.
1 Sourdon (m)…coq.. bivalve …. Coque.
2 Salabarde (f) ……Grande épuisette montée sur palan qui sert à remonter le poisson à bord.
2 Salet (m) … Fouine ( fourche  avec argaillons  au bout d’un grand manche).
2 Sourit’ (m) ….. Taquet de bois fixé sur la lisse pour coincer les lignes à thon ou autres…
4 Sourit’ (m) ….Hématome, bleu du à un pincement de la peau, d’un doigt .
4 Sagoillage (m) …Ballotage: Agiter, secouer, action due au roulis et au tangage qui sont de tous sens.
1 Tape-cul (m) …crust. … Galathée. Crustacé décapode au corps aplati (de 5 à 8 cm)
2 Talonnette  (f) …. Sabot , Galoche en cuir avec une semelle de bois
2 Toulet’ (m) …..Tolet : Bout de bois qui sert à maintenir l’aviron de nage à l’aide d’une estrope.
3 Traites …… Parcs à moules : Autrefois, concessions accordées aux marins pêcheurs sur la Vie afin que ceux-ci, pendant les périodes creuses d’hiver, puissent en faire l’exploitation.
1 Tiritarat’ ou Aigrelette (m) …oiseau …Sterne, petite mouette.
1 Trembiard ou Dalitte (m) … poiss… Raie Torpille.
2 Tinette (f) ….. Récipient qui servait à ramasser des déchets de poissons ou les poissons salés afin d’en faire de l’appât.
2 Toutas ou Totas (m) ….Paquet de moules ou d’huitres prises ensemble.
2 Treuillot’ ou Trouillot’ (m) …Épuisette.
2 Trouille (m) …. Épuisette à deux manches.
5 Traîner son plomb …… Fait qu’un marin a mal pêché «Il a traîné son plomb !». Car le plomb de sonde servait à reconnaître la profondeur, la composition et le lieu des fonds marins, ce qui lui permettait de mieux reconnaître et affiner sa pêche.
4 Trâlée (f) …. Se dit d’un grand nombre, de gens, d’animaux … d’évènements bons ou mauvais. Une trâlée de mauvais temps (série de tempêtes).
1 Terre (f) …poiss….. Une Myliobatis.  Raie avec aiguillon veni- meux sur la queue, synonymes : Mourine, Aigle de mer, Paste- nague.
4 Trac (à) …. Couper au ras, trancher net sans laisser de bout’.
2 Touaïe (f) …. Longueur : Sur une filière de pêche, partie de ligne ou d’orin plus ou moins longue, selon la profondeur, entre la première gueuse et flotteur ou engin de pêche (casier, filet hameçon).
4 Turcoller ……. Chanceler ou vaciller sur ses jambes….se dit d’une personne ou d’un animal qui ne marche pas droit sous l’effet d’une grande fatigue, d’une maladie ou cas d’ivresse.
1 Use-Babines  * … coq.. bivalve … un Pignon (uneTelline).
1 Veuson (m f)….. Un Enfant turbulent, qui ne tient pas en place tout en faisant du bruit.
3 Veusounne  ….. Bruit lancinant  voir énervant  ( ou veusounne sans arrêt à mes oreilles  )
3 Virée (f) …. Boucle du cours de la rivière, méandre.
5 (tu) Vireras de bord ….. Être dans le même cas …. Je suis comme toi dans la même situation, dans la même incompréhen- sion, autres …. Toujours employé dans le sens d’une situation plus ou moins négative.
2 Vormaïe  (f) …. Engin de pêche pour les anguilles, composé de vers de terre enfilés sur un fil de coton ou de laine mis en paquets au bout d’un perche.
2 Vroïl (m) …. Remous produits par un poisson à la surface de l’eau.
4 Vroïl (m) ….. Sursauter par effet de surprise «Tu m’as fait faire un sacré vroïl !»
4 Vircouèt’ (m) …. Retourner, s’est retourné, faire route (naviguer) en méandres.
4 Vreuillot’ ou vroillot’….. Bien vivant, très vigoureux (se dit des poissons, des crabes ainsi que des hommes).
2 Veusée (f) …. Grain, averse qui va vous tremper (attraper une veusée).
4 Veusée (f) …. État d’ivresse chez une personne «Il se tenait une sacrée veusée !».
4 Vie chère (f) …. Une partie de la marée de pêche, selon l’espèce, vendue et partagée entre l’équipage sans y prélever la part d’armement et les frais (convention armement – équipage).

M. Guittonneau

http://unepassion-marinpecheur.blog4ever.com

Bulletin 2015 Dossiers d'actualités

Rencontre avec un pêcheur de civelles

Publié par :

La Flotille des civeliers (photo V.I.E.)

La Flotille des civeliers
(photo V.I.E.)

Il n’a pas le moral le pibaleur ou civelier (pêcheur de pibale ou civelle). Découragé, il envisage de vendre son bateau avec lequel il espérait gagner sa vie. C’est une petite unité de moins de 9 mètres conçue pour, l’hiver, pêcher la civelle dans la Vie, et, aux beaux jours, poser casiers, lignes et filets du printemps à l’automne. Pour la pêche à la civelle, le bateau est équipé de deux trémies (pibalots), grandes épuisettes rectangulaires installées de  chaque côté du bateau, traînées dans l’eau et remontées au bout de quelques minutes. S’il décide d’arrêter, il espère bénéficier d’une indemnisation pour l’arrêt d’activité de pêche (aide financière à la destruction du bateau). Que le temps est loin (20
ans) quand ils étaient une trentaine de pêcheurs. Maintenant 15 pêcheurs  résistent encore aux menaces pesant sur leur activité, devenue très peu rentable. En octobre 2014 la flottille des civeliers a perdu 4 unités.
Le problème est que, malgré l’augmentation de la population de civelles constatée récemment dans l’estuaire de la Vie, les quotas* limitent la production à 40 kg de civelles par bateau destinées à la consommation, principalement le marché espagnol, soit un quota global de 42,5 tonnes pour les pêcheurs français, dont 17 tonnes pour les ports vendéens et de la Loire (1). En décembre 2013, la période de pêche a duré moins de 15 jours, au moment où la température de l’eau et les masses d’eau douce consécutives aux pluies sont propices à la remontée des civelles qui profitent de l’ouverture des vannes du barrage des Vallées pour accéder aux marais (limite de salure des eaux). Quand les vannes sont fermées, c’est par la passe à anguilles que les civelles grimpent vers l’amont. Plusieurs dizaines de kilos de civelles sont de temps en temps constatées en haut de la passe.
La pêche a pu continuer en janvier 2014 pour le repeuplement,  mais le mareyeur n’a pas réussi à bien commercialiser  la production, la concurrence est vive.
Des braconniers plus ou moins organisés brouillent le marché en réalisant des ventes au noir.
A ce jour le civelier ne sait quel parti prendre. Doit-il, l’angoisse au ventre, se séparer de son bateau et abandonner la pêche à la civelle ? Peut-il raisonnablement espérer une révision du quota, couplée à une autorisation d’exporter sa pêche en Asie? Son projet est plutôt de se lancer dans la pêche à la crevette.

Denis Draoulec

  1. La civelle est vendue  vivante et est exportée en grande partie pour les élevages d’anguilles du monde  entier. Elle vaut 5 à 6 centimes d’euro pièce environ. Un kilo de civelles représente en moyenne 3 000 individus.
  2. La pêche à la civelle  a fait autrefois  figure de pêche miraculeuse  tant les prix  étaient  élevés; ce n’est plus le cas aujourd’hui et les professionnels français demandent  une  réouverture, même partielle des marchés asiatiques qui dopaient les ventes. Les marins étant assujettis à un quota de tonnage de pêche, il  est incompréhensible que l’exportation  vers les pays asiatiques soit fermée car cela n’entraînerait aucun préjudice sur le stock de civelles,  si ce n’est une volonté politique  de faire tomber les prix afin que les marins pêcheurs aient plus de mal à vivre de ce métier et que cela entraîne  dans le  temps une diminution de leurs effectifs ?
  3. Rappelons que la pêche de loisir de la civelle est interdite. La pêche professionnelle est autorisée du 1 décembre au 15 avril. En fait dès janvier 2014 la pêche  à la civelle a été fermée prématurément (arrêté préfectoral) du fait des quotas atteints. Elle a été prolongée dans l’estuaire de la Vie jusqu’en avril 2014 pour alimenter le marché du repeuplement.
  4. Le quota était de 34 tonnes pour 2012-2013. Après  avis du comité scientifique en juillet 2013, puis du comité socio-économique,  le 2 septembre 2013, le Ministère de l’Écologie et du Développe- ment durable a fixé à 42,5 tonnes le quota national  de captures pour la saison  2013-2014. Un quota revu à la hausse  en raison non seulement des remontées importantes de civelles en 2012 et 2013 mais aussi de la baisse conjointe du nombre de pêcheurs professionnels. 17 tonnes de civelles étaient destinées à la consommation, 25,5 tonnes au repeuplement.
  5. Pour la saison de pêche 2014-2015, il est  envisagé de fixer le quota  de pêche d’anguilles de moins de 12 cm destinées à la consommation  à 30 tonnes, soit une augmentation de 13 tonnes par rapport au quota destiné à la consommation fixé lors de la campagne 2013-2014  (17 tonnes). Cette augmentation est proposée au regard de l’avis du comité scientifique qui confirme l’augmentation du recrutement en civelles et l’atteinte des objectifs de réduction de la mortalité  par pêche fixés par le plan de gestion de manière à ce qu’il représente 60 % du quota total, conformément aux dispositions du règlement «anguilles». Afin de protéger  le stock  il est envisagé un quota de 30 tonnes qui correspond à l’avis du comité socio-économique.

* les quotas de capture de civelles instaurés en France des 2009, visent à reconstituer la population d’anguilles en application du règlement européen (2007). La population des anguilles autrefois très abondante s’effondre en France depuis les années 1980 et figure dans la liste rouge des espèces menacées. Plusieurs mesures de sauvegarde, luttant contre les principales menaces  (les pollutions des eaux, les barrages, la surpêche, les pertes d’habitat), contribuent au repeuplement progressif de l’espèce.