Bulletin 2020

BILAN DES JOURNEES DU PATRIMOINE 2019

L’Association V.I.E. a animé deux présentations au cours de ces deux jours :

  • déambulation dans les vieilles rues de Saint-Gilles pour montrer les murs en pierres de lest de navires et comprendre ce que leur connaissance permet de déduire de notre histoire portuaire ;
  • présentation de l’histoire du port, à l’aide de documents iconographiques, dans la salle de la Capitainerie.

Samedi 21 septembre au matin.

Janine Bureau a accueilli une vingtaine de personnes venues découvrir les traces laissées par le passé portuaire de Saint-Gilles. Pendant plus de 300 ans, le port marchand a reçu des navires de transport, souvent lestés de pierres de leur pays d’origine (Norvège, Suède, Allemagne, Angleterre, Canada, Afrique..) et qui venaient chercher du vin, des céréales et surtout le précieux sel produit dans nos régions et indispensable pour la conservation de leurs poissons. Ces pierres ont servi à aménager les quais, mais aussi à construire des murs de jardins ou de maisons pour peu que les marins aient payé les taxes afférentes à ces utilisations !!

En même temps que la déambulation dans le vieux Saint-Gilles, nous avons pu observer la grand diversité des plantes sauvages, souvent fleuries, qui se développent dans ces rues peu fréquentées, depuis que la municipalité a promu le «  zéro-phyto » (c’est à dire plus aucune utilisation de produits phytosanitaires, herbicides, ou insecticides).

Nous avons aussi pu visiter la belle maison remise en état par M. Vincent Paré, rue des Sœurs Saint Sulpice. Cette maison s’inscrit parfaitement dans le cadre de notre visite : elle montre les murs en pierres de lest vus de l’intérieur et tous les aménagements ingénieux. Ensuite, nous avons été accueillis par M. Richard dans sa cave, qui montre d’autres possibilités d’aménagements en respectant ces murs originaux.

Samedi 21 et dimanche 22 septembre après-midi.

Michelle Boulègue a reçu dans la salle de la Capitainerie une centaine de personnes, passionnées par l’histoire de notre port. Depuis ses débuts phéniciens jusqu’à l’actuel port de plaisance et ses mille anneaux, en passant par le port marchand qui a laissé ses traces sous forme de pierres de lest, puis le port de pêche qui a suivi les transformations énergétiques, passant de la propulsion à la rame, puis à la voile et maintenant au moteur. Sans oublier ce qui se passait à terre : le développement des « confiseries » de poissons qui seront devenues des conserveries. Au début du XXe siècle Croix-de-Vie a connu 10 conserveries et Saint-Gilles 1 ; il n’y en a plus qu’une aujourd’hui.

Au cours de ces Journées du Patrimoine, nous avons entraîné deux nouvelles adhérentes !!

Janine BUREAU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *