Bulletin 2020

UN ENFANT DU PAYS NOUS A QUITTES.

Jean Louis Charrier

Jean Louis Charrier, fidèle et généreux administrateur de V.I.E. nous a quittés brusquement le 26 août dernier, épuisé par sa lutte obstinée pour préserver les marges de vie que lui mesurait sa santé fragile. Depuis, son large sourire, son regard bleu pétillant, poivré d’humour, ses paroles mesurées et toujours pertinentes nous manquent. La morosité lui était trop étrangère pour la laisser nous gagner.

Évoquons plutôt le parcours d’un enfant du pays si profondément attaché à Saint-Gilles-Croix-de-Vie qu’il aurait voulu y naître.  Mais la guerre a voulu qu’il naisse le 4 mai 1940 au Lude, où sa mère avait été évacuée. S’ouvrirent à lui six années de plein bonheur chez ses grands-parents paternels aux Allées, route de la Roche (maintenant 89 de la rue du Calvaire) à Saint-Gilles.  À leurs côtés, il s’imprégna de tendresse, de discipline, de lumière et des parfums du jardin. Sa tristesse, ce fut que sa mère avait dû regagner Paris pour y travailler, et que ses visites ne pouvaient être qu’espacées, même si régulières ; et que, comme beaucoup d’enfants nés à cette époque, il ne fit connaissance avec son père, fait prisonnier quelques jours après sa naissance, qu’à la toute fin de la guerre. Doux, discret et secret, il fut adoré par sa grand-mère et réceptif aux enseignements de vie, distillés au fil des jours, par un grand-père paternel chaleureux et aussi rigoureux que pouvait l’être le directeur de l’école de garçons de Saint-Gilles.

De retour à Paris, après une scolarité à l’école primaire de la rue Lepic à Paris et de solides études secondaires au lycée Condorcet, Jean Louis s’engagea sans conviction dans deux années de droit sur les pas d’un père avocat. Un reportage destiné à promouvoir les atouts touristiques de Sarlat suivi d’une exposition de ses prises de vue, très appréciée, l’engagea définitivement dans la carrière de photographe. Cela faisait des années que Jean Louis exerçait son regard au travers d’un objectif photographique. Un box-kodak offert par sa mère l’avait mis sur cette voie, de cliché en cliché. Trop de plaisir à saisir et rendre compte des jeux de lumière sur les paysages et les visages pour n’en faire qu’un passe-temps. Sa jeune épouse elle-même de tempérament artistique, lui fit rencontrer un photographe professionnel auprès duquel il apprit les ficelles du métier. À ses côtés il acquit une assurance professionnelle qui l’amena à créer dans le XVIII ème arrondissement un studio laboratoire avec son jeune frère Michel. La répartition des rôles alla de soi : à Jean- Louis le pilotage du studio et à Michel le laboratoire. 20 ans durant, le tandem fut gagnant. L’entreprise acquit une solide réputation auprès des sociétés qui savaient l’importance d’un bon visuel pour faire connaître et valoriser leurs produits, pourtant aussi difficiles à flatter que  l’outillage de précision et les machines-outils. Les deux frères enchaînèrent les stands d’expositions avec un succès répété. L’histoire commença à s’enrayer quand les entreprises frappées par la crise limitèrent les budgets alloués à la publicité. S’ajouta à ce déclin progressif l’arrivée de la photo numérique, qui ouvrit le marché à des « non-professionnels », puis le non-renouvellement du bail du studio-laboratoire. Dans le même temps, Jean louis commença à avoir des problèmes pulmonaires jusqu’à ce qu’une infection impossible à éradiquer lui imposa l’ablation d’un poumon encaissée stoïquement. Les frères firent le point et décidèrent que leurs chemins professionnels devaient se séparer. Michel poursuivit une solide carrière dans une importante agence d’images. Jean Louis accepta des vacations au rythme toléré par sa santé, car un asthme sévère avait fait sa réapparition, le privant d’une de ses grandes passions, les randonnées pédestres, jusqu’au moment où il décida de prendre sa retraite à Saint-Gilles-Croix-de-Vie dans la maison bleue de ses grands-parents. Pas un meuble ne changea de place. En revanche, au fil des années, le jardin fut remodelé de fond en comble sous l’œil exercé de Jean Louis qui savait exactement ce qu’il voulait y voir à chaque heure du jour. C’est là qu’il apprivoisa il y a cinq ans, Cooky, son dernier chat. Car les chats ont été une autre de ses passions. 

À son rythme, Jean Louis mit sa connaissance du pays, sa disponibilité, ses compétences de photographe, son coup d’œil intransigeant, au service des associations qui lui semblèrent en phase avec ses centres d’intérêts et ses principes de vie.

 V.I.E. eut ainsi la chance de pouvoir, plusieurs années durant, bénéficier de son fidèle attachement au pays, de ses qualités de discernement et de sa générosité qui lui faisait taire les exigences de sa santé pour être le plus possible à nos côtés dans la diversité de nos entreprises. Il est certain que « l’Incroyable Jardin de Monsieur Torterue » a tenu une place particulière dans ses engagements. Il se réjouissait d’en voir le dessin habité sans façon par une végétation généreuse pour le plus grand plaisir des résidents, des voisins et des bénévoles qui s’y consacrent. Il nous a vivement encouragé à entreprendre l’accessibilité de ses allées pour les personnes à mobilité réduite. Nous avons été profondément touchés d’apprendre qu’il avait demandé que les fleurs d’adieux soient remplacées par des dons pour le Jardin. Sa façon à lui de poursuivre son compagnonnage amical et assidu avec les « Incroyables Jardiniers » et V.I.E. dont il partageait le goût pour ce qui régale l’œil, le palais et le cœur.

Les administrateurs de V.I.E.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *