Bulletin 2017 Dossiers d'actualité

Aménagements urbains et paysagers du quai Gorin, du quai des Greniers et du bd. Pompidou.

La municipalité de Saint-Gilles-Croixde-Vie a confié au bureau d’étude architecture et urbanisme Sophie Blanchet (patronyme sans lien avec
celui du Maire) le soin de réaménager le boulevard Georges Pompidou, le quai Gorin et le quai des Greniers. Ces aménagements font suite à une série
de travaux de rénovation (2013-2016): du réseau d’eaux usées, du réseau d’eau potable, du réseau de gaz, de l’effacement des réseaux aériens, du réseau d’eaux pluviales. Ces derniers s’inscrivent avec la digue du quai Gorin (terminée en 2015) dans les dispositifs de prévention contre les risques d’inondation terrestre et de submersion marine (malgré tout, il sera nécessaire de rehausser la digue actuelle de 40 cm pour appliquer les prescriptions du PPRL, Plan de prévention des risques littoraux, arrêté en 2016, cf. article du Bulletin V.I.E. 2016).

Concertation avec les habitants.
La Mairie définit le projet comme une restructuration qualitative de l’espace pour faciliter les déplacements de tous modes dans un cadre paysager convivial valorisant les bords de la Vie.  L’objectif premier des aménagements présentés par Sophie Blanchet en première réunion est de «sécuriser la circulation de tous les usagers en faisant ralentir les véhicules et en aménageant des voies douces».
La concertation avec les habitants organisée par le service Planification Urbaine et Développement Durable de la Mairie et menée par le bureau d’étude s’est faite sur la base de trois étapes en octobre 2016 :
– une première réunion publique (4 octobre) ;
– deux ateliers thématiques sous la forme de déambulations avec les conseillers du bureau d’étude auxquelles ont pris part également élus et représentants des services municipaux (11 octobre) ;
– deux ateliers de restitution des différentes observations avec le bureau d’étude et une réunion de synthèse réunissant les deux groupes-ateliers (18 octobre).
Ces réunions et ateliers ont permis de confronter l’esquisse du projet d’aménagement élaboré par le bureau d’étude aux attentes des habitants volontaires pour la concertation. Parmi les nombreux sujets de débat, certains concernaient des principes de déplacement urbain, d’autres touchaient les enjeux stratégiques de l’aménagement de l’aire urbaine du Pays de Saint- Gilles-Croix-de-Vie.

Imaginer la ville à l’horizon 2030.
Appréhender les enjeux stratégiques de l’aménagement, c’est imaginer la ville à l’horizon 2030. L’axe Pompidou- Gorin préfigure déjà un maillon intraurbain permettant de relier le centre de Saint-Gilles-Croix-de-Vie et le bourg (rénové) de Saint-Hilaire-de-Riez. Cet axe prolongé par la rue Clémenceau et surtout par la rue des Paludiers, de plus en plus urbanisée et dotée d’équipements (écoles, nouveau complexe centre aquatique, future salle de spectacles, médiathèque,…) a vocation à constituer une colonne vertébrale de l’aire urbaine revitalisée, notamment en terme de cheminement doux.
L’implication de Saint-Hilaire-de-Riez dans la définition des liaisons depuis le boulevard Pompidou avec le bourg se révèle opportune. Deux autres enjeux, la qualité de l’air et la transition énergétique, sont liés, tant pour la réduction des particules fines émises que pour les émissions de gaz carbonique qui accroissent l’impact sur le réchauffement climatique. En conséquence, les aménagements prévus se doivent de réduire la pollution automobile, notamment en limitant l’afflux de véhicules à la fois par la promotion des modes actifs de déplacem et des transports en commun et par la mise en place d’itinéraires de contournement et de parcs de stationnement périphériques.
Concernant les principes de déplacement, les discussions ont notamment porté sur les déplacements cyclistes et piétons, la place à donner au stationnement, les éventuels «sens unique», la limitation des vitesses par les zones 30, voire zones de rencontre à 20 km/h (2) etc.

Front de mer des Sables d’Olonne avec la vitesse limitée à 20 km/h, piste cyclable et large espace piétonnier, réussite d’une circulation apaisée (Photo V.I.E.)

Le déplacement des cyclistes a été l’un des sujets le plus débattus durant la concertation. Tandis que les participants aux ateliers souhaitaient une piste cyclable en site propre (à l’instar de ce qui a été fait sur le front de mer des Sables d’Olonne par exemple), le bureau d’étude a défendu l’idée d’une voie unique partagée, fréquentée à la fois par les piétons et les cyclistes «promeneurs» ou «famille» et de laisser les cyclistes confirmés, plus rapides, emprunter la voie des véhicules.
En fait l’emprise réservée pour ce stationnement rend difficile la création d’une piste cyclable (3 m pour 2 couloirs bidirectionnels) contigüe au chemin piétonnier, tout au moins sur la partie la plus étroite du quai Gorin. Il a été souligné que l’usage du vélo sur la voie parmi les véhicules pose la difficulté pour les véhicules de prévoir suffisamment d’espace (1 mètre minimum réglementairement) pour doubler le cycliste sur des voies étroites (2,75 m par sens) et pour le cycliste d’échapper aux éventuelles ouvertures des portes des véhicules en stationnement longitudinal ou au recul sur la voie des véhicules garés en bataille ou en épi. Les lieux de difficultés ont été évoqués comme le passage piétons en sortie de la rue piétonne vers le pont de la Concorde. Le cheminement des piétons quasi-continu durant les périodes d’affluence, bloque la circulation (trafic journalier de plus de 10 000 véhicules à cet endroit) générant d’importantes files de véhicules et contribuant à accumuler la pollution. Le passage alterné des piétons et des véhicules peut être traité par un feu tricolore à commande ou à programmation adaptée au trafic.

Concernant le stationnement sur le quai Gorin, l’association V.I.E. s’est faite le relais du point de vue des riverains (habitants et commerçants) qui ont présenté les inconvénients de l’option
du stationnement des véhicules du côté du trottoir du bâti en souhaitant que le stationnement soit déplacé de l’autre côté de la route. Beaucoup d’autres sujets débattus ont été appréhendés par le bureau d’étude dont la tâche de restituer un projet de qualité est prévue en début 2017.

Denis.Draoulec22@orange.fr

(1) Bureau d’étude d’architecture-urbanisme Sophie Blanchet : http://sophie-blanchet-architecte.com/index.php/2016/08/10/amenagement-du-bd-pompidou-etquai-gorin-a-st-gilles-croix-de-vie-85/
(2) zones de rencontre : rappel réglementaire : Article R.110-2 du Code de la route : «... Dans cette zone, les piétons sont autorisés à circuler sur la chaussée sans y stationner et bénéficient de la priorité sur les véhicules. La vitesse des véhicules y est limitée à 20 km/h. Toutes les chaussées sont à double sens pour les cyclistes …»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *