Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: dossiers d’actualité

Bulletin 2015 Dossiers d'actualités

Le recul du littoral, une longue histoire

Publié par :

Le 24 octobre 2014, l’Europe s’est donnée un nouveau «cadre d’action en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030»  qu’il revient au Parlement Européen d’approuver. Ce n’est pas le premier. Celui-ci, ambitieux, témoigne de  la  volonté des  dirigeants européens d’agir collectivement contre le réchauffement de la planète dont sont responsables les gaz à effet de serre (GES) ainsi que le démontrent les travaux du GIEC* depuis 1988. Lui sont imputés les tempêtes de plus en plus violentes, des incendies et des inondations gigantesques, les errements des «Niño» et «Niña», ces courants marins scrutés anxieusement par les riverains du Pacifique, la fonte des calottes glaciaires du Groenland et du Pôle Nord et par voie de conséquence, le rehaussement du niveau des mers. Nos modes de vie sont pointés, trop gourmands en énergies fossiles et responsables des émissions de gaz à effet de serre. Ce nouveau  plan est à saluer. L’objectif est de limiter à 2°C l’augmentation du réchauffement de la planète. Au-delà de cette limite, les experts s’accordent pour dire que le réchauffement  sera incontrôlable avec des conséquences imprévisibles.  Pour la première fois, l’Europe s’engage sur des objectifs chiffrés.

D’ici 2030, l’Europe devra avoir baissé de 40 % à 70 % les émissions de gaz à effet de serre. Dans ce but, la part des énergies renouvelables passera à 27 % du mix énergétique, et, des économies d’énergie de 27 % devront être réalisées. Des contraintes sont prévues en ce qui concerne le premier volet ainsi que des modulations et des compensations financières afin de ne pas pénaliser les économies émergentes. L’enjeu à plus court terme est de réduire, en plus, la dépendance énergétique  de  l’Europe vis-à-vis de ses fournisseurs traditionnels et de renforcer d’autant sa sécurité énergétique.
A notre échelle, nous mesurons tous les jours l’impact du réchauffement climatique. Nous lui devons des hivers moins rigoureux tandis que l’océan grignote nos côtes de marée en marée et reconquiert,  lors de tempêtes exceptionnelles, des terres poldérisées, imprudemment  loties comme en témoigne le drame survenu à la Faute sur Mer, lors de la tempête Xynthia durant la nuit du 27 février 2010. Moins spectaculaire mais tout aussi inquiétant est le constat des apiculteurs qui, le long de notre littoral, depuis trois ans, voient baisser la production de miel de 30 % du fait de printemps froids et pluvieux qui retardent la floraison tandis que des vents froids freinent l’épanouissement des fleurs. Les étés tardifs rattrapent heureusement la situation sans compenser les pertes totalement.
De fait, le trait de côte, actuellement connu, a subi d’autres fluctuations bien plus considérables. Des phénomènes cycliques se déroulant sur des millions d’année ont façonné notre planète. Les géologues ont repérés trois transgression marines successives au cours de l’oligocène, du pliocène et de l’éocène. Il y a -22 000 ans, la calotte glaciaire couvrait l’Angleterre et le sol vendéen ne dégelait pas. A cette époque le littoral était en avant du trait de côte actuel à plus de 100 km et la Manche était un fleuve. Le réchauffement s’est manifesté il y a 12 000 ans, faisant fluctuer le niveau des mers de -110 m à +70 m.
Depuis lors, le recul du littoral se poursuit inexorablement mais de façon chaotique, laissant se former des avancées de terres constituées d’apports éoliens transportés  par des vents dominants, orientées nord/sud. Les cordons de dunes, ainsi formés, bloquèrent l’écoulement  des cours d’eau créant des marais qui, lentement, se sont poldérisés. Ailleurs, 4 500 ans avant notre ère, le site de Maillezais avait les pieds dans l’eau et les hommes de l’époque s’échinaient à  dresser des digues dont il  reste parfois des fondations. La preuve de ce recul nous est donnée lorsque de grandes marées découvrent  des dolmens, enfouis au large, tandis que des traces de labours d’araires remontant à -22 000 ans se sont révélées quand les tempêtes d’hiver ont fait reculer de 20 m les dunes de Brétignolles. On peut difficilement rendre l’activité de nos ancêtres du
néolithique responsable du réchauffement climatique. Par contre, notre responsabilité est avérée. Il est certain que nos progrès technologiques nous affranchissent des contraintes naturelles et  améliorent nos conditions de vie au prix d’une consommation exponentielle d’énergies fossiles produisant des gaz à effet de serre eux même responsables de l’accélération du réchauffement climatique et du rehaussement du niveau des mers. Cette accélération se me- sure, passant d’une estimation de 30 cm par siècle à 80 cm pour la fin du 21ème siècle. Si attendues soient elles, les dispositions adoptées par l’Europe ne peuvent nous faire espérer mieux qu’une stabilisation en l’état.

QUE FAIRE POUR RENFORCER L’IMPACT DE CE PLAN.

Tout  d’abord,  changer nos  modes de vie en mobilisant notre capacité d’adaptation. Mais la  responsabilité individuelle  ne doit pas faire oublier l’impact décisif des incitations économiques et de la spéculation foncière dans l’exposition aux risques climatiques des populations.
Pour leur part les pouvoirs publics et les dirigeants locaux, en première ligne des responsabilités en cas de catastrophe naturelle, s’engagent dans des travaux de restauration et de protection.
Ainsi, à Saint Gilles Croix de Vie, le rehaussement du quai Gorin et du quai des Greniers à +3,80 m NGF, l’entretien des digues et leur restauration sont à l’ordre du jour. Des travaux plus conséquents telles que des écluses sont à l’étude pour protéger les basses terres. Xynthia a révélé l’étiage des risques en affichant une cote NGF à + 3, 85 m quand nos marais sont à + 2 m. La vigilance est de mise ainsi qu’une batterie de plans destinés à aider les populations en cas de submersion marine: plan de sauvegarde communal, plan d’aménagement et de protection contre les inondations, plan ORSEC , prise en  compte systématique des alertes météo afin d’aider les habitants à anticiper les risques météo, mobiliser les secours et préparer les sites d’accueil par avance.
Un responsable résume en trois mots cette mobilisation: observer, ne pas oublier et rester en alerte.
Au-delà, l’enjeu est de parvenir à une régulation économique internationale.

Michelle Boulègue.

Sources : Travaux de la société d’émulation  de la Vendée, BP34, 85001 La Roche sur Yon Cedex.
Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat.
Bulletin 2015 Dossiers d'actualités

Expérimentation de deux lignes de desserte en transport collectif à Saint Gilles Croix De Vie

Publié par :

Premier départ du Gillo Bus au rond-point de l’Europe (20 déc. 2014)  Photo V.I.E.

Premier départ du Gillo Bus au rond-point de l’Europe (20 déc. 2014)
Photo V.I.E.

Après avoir élargir les conditions d’accès au transport à la demande senior municipal (service CCAS ouvert en avril 2013), la Mairie de Saint gilles Croix De Vie a lancé le 20 décembre 2014 l’expérimentation d’une desserte de transport collectif. Deux lignes de bus desservant 47 stations sont assurées par l’autocariste Nombalais dont les bus, accessibles par les personnes en fauteuil roulants, offrent 12 places assises et 12 places debout.
L’association  V.I.E. qui soutient depuis 2010 une proposition détaillée d’expérimentation de transport en commun auprès de la Communauté  de Communes, se réjouit de cette mise en service expérimentale de la Mairie en réponse aux besoins de déplacement des personnes non motorisées ou de celles qui privilégient le transport en commun. Le projet de desserte communale est également envisagé dans la commune voisine Saint Hilaire de Riez. Au vu des échanges  entre les deux communes (habitat, emploi, commerces, culture, loisirs…), il est dans l’intérêt de la population des deux communes (voire d’autres communes voisines comme Le Fenouiller ou Givrand) de pouvoir se déplacer avec un transport en commun unifié et globalement plus économique pour le contribuable. Qui portera l’élan de ce projet de transport au bénéfice des agglomérations du canton ?
Sans doute pas, dans l’immédiat, la Communauté de Communes (cf. scepticisme du président lors de son entretien presse du 15 avril 2014), pourtant dotée des compétences «transport» (révisées en début 2015), qui a fait le choix de développer le transport à la demande (TAD)   pour  répondre aux attentes de  déplacement ponctuels dans le canton et en dehors. La mise en place de ce TAD communautaire est envisagée avant la fin 2015.
D’autres dispositifs demandés par l’association auprès du Conseil Général complètent les moyens de déplacement évoqués :

  • un arrêt de car supplémentaire (mis en service au rond-point de l’Europe, ligne 172 La Roche sur
    Yon);
  • une future aire de covoiturage (au rond-point de l’Europe).

Denis Draoulec

Bulletin 2015 Dossiers de V.I.E.

Le dragage des ports de Saint Gilles Croix de Vie, quelles alternatives ?

Publié par :

L’activité de pêche et de plaisance conduit la collectivité (délégation Semvie) à draguer des sédiments encombrant le chenal de l’estuaire jusqu’à
une épaisseur de un mètre de boue, avec pour objectif de placer la cote minimum à – 0,50 m sur le bassin de plaisance. Le statut de port du réseau «passeport escale» oblige à entretenir la cote de – 3 m sur le ponton visiteurs (n° 8) et la souille du ponton passagers de l’Ile d’Yeu. Les opérations de dragage sont menées par la Semvie pour le port de plaisance (coût d’environ 450 000 €) et pour le compte de la CCI* au titre du port de pêche et de commerce pour un montant de 185 000 €. La Semvie utilise son propre matériel (drague aspiratrice et conduite) qui est aussi périodiquement déplacé à Granville pour le dragage de ce port. La campagne actuelle (port de plaisance) a débuté en novembre 2014 (installation de la drague et des conduites réalisée fi n octobre en mortes eaux) pour se terminer en mars 2015. Environ 82 000 m3 de sédiments (58 000 m3 de sédiments vaseux et 24 000 m3 de sable) ont été extraits du chenal et des 3 ports de Saint Gilles Croix de Vie, pêche, plaisance et vieux port-embarcadère, durant la campagne de dragage d’octobre 2013 à avril 2014.

Drague aspirante en action dans le port de plaisance de Saint Gilles (photo V.I.E.)

Drague aspirante en action dans le port de plaisance de Saint Gilles
(photo V.I.E.)

L’extraction des sédiments vaseux est réalisée par une drague aspirante construite en Vendée dont le principe est de remettre la vase en suspension à l’aide d’un rotor et d’aspirer le mélange ainsi formé (environ 80 % d’eau) qui sera acheminé par les conduites à travers la dune de la Garenne vers la zone de rejet à environ 300 m du pied de dune dans le déferlement des vagues chargé de dissiper la turbidité.
L’opération est soumise aux prescriptions de l’autorisation préfectorale réactualisée, arrêté préfectoral du 27 novembre 2013, composé de 13 articles de prescriptions, notamment en matière de surveillance de la qualité du gisement de coquillages (analyse bactériologique) et de la qualité des sédiments (prélèvements et analyses faunistiques et physicochimique des échantillons) selon des seuils définis par le groupe de travail GEODE* pendant toute la durée de l’opération de dragage et les 2 semaines suivantes. Les opérations de dragage sont justifiées par la nécessité économique de navigabilité dans le chenal de l’estuaire et dans les bassins portuaires.

Le rejet sur le littoral suscite des inquiétudes.
Le rejet, devant la plage, de sédiments vaseux résultant du dragage, suscite interrogations et inquiétudes tant de la part des promeneurs que des pratiquants des sports nautiques, sur l’aspect rebutant du déversement des boues provoquant un panache de turbidité plus ou moins étendu, les éventuelles conséquences sur la bathymétrie de la plage, la composition et la stabilité de son sable, les impacts possibles sur la biodiversité de l’estran. Ce sont surtout les risques sanitaires engendrés par les différents contaminants contenus dans les sédiments dragués qui ont motivé des signalements de la part de responsables de clubs de sports nautiques et de leurs adhérents. Ces signalements vont du simple mal de ventre jusqu’aux cas de gastro-entérite et irritations de peau. Le Surfing Club a procédé à ses propres contrôles de la qualité des eaux de baignade pendant et en dehors de la période de dragage complétant ainsi les contrôles effectués par les autres organismes qui comme l’ARS (Agence régionale de santé des Pays de la Loire) a déjà signalé des contaminations bactériologiques des tellines. Les conséquences sanitaires liées au rejet des sédiments vaseux sur la plage doivent être objectivées en tenant compte des autres sources de pollution apportées par le jusant dans l’estuaire et dans les eaux de baignade et par les conséquences de fortes pluviométries qui entraînent des surverses des réseaux d’assainissement et le lessivage sur les sites d’élevage (ruissellement des terres amendées au fumier, débordements de lisier…) situés en amont du port de Saint Gilles Croix de Vie. Le procédé de dragage actuel peut-il être amélioré ? Doit-on étudier d’autres solutions ? Y-a-t-il des alternatives à la solution de dragage et rejet devant la plage ? Y-a-t-il des solutions limitant les apports des alluvions, leur sédimentation, leur pollution ? Les solutions alternatives peuvent être classées en deux catégories : les curatives et les préventives. Les solutions alternatives dites «curatives » font référence à des procédés d’extraction des sédiments déjà formés :

Point de rejet des sédiments dragués dans le port de St Gilles Croix De Vie  (photo V.I.E.)

Point de rejet des sédiments dragués dans
le port de St Gilles Croix De Vie
(photo V.I.E.)

Extraction pour clapage (ou immersion) en mer :
les sédiments sont dragués à l’aide d’une pelle mécanique adaptée, qui dépose le contenu dans une barge ; bateau et ponton sont déplacés pour la manoeuvre d’extraction. La barge remplie est envoyée en pleine mer sur un site dédié pour larguer sa cargaison de sédiments extraits. L’expérience montre que le dépôt de sédiments, qui généralement se dispersent peu et s’accumulent, provoque l’asphyxie de l’écosystème sous-marin qui devient un désert de vie. C’est une solution contraignante, coûteuse (de l’ordre de 15 €/m3, trois fois plus onéreuse que la solution actuelle), vivement combattue à la fois par les pêcheurs et les défenseurs de l’environnement, institutionnels ou associatifs. Cette solution n’apparaît plus comme une alternative raisonnable.

Extraction pour traitement à terre :
Les sédiments sont extraits mécaniquement ou aspirés, puis décantés pour être transportés vers un lieu de stockage, ce qui implique des coûts de traitement parfois considérables, notamment pour les dessaler et les décontaminer avant réutilisation éventuelle. Les coûts de dragage et dépôt à terre des sédiments avoisinent les 100 €/m3, soit environ 20 fois plus cher que la solution actuelle. Seule une valorisation (cas des sables) permet de réduire ces coûts auxquels s’ajoutent les coûts écologiques (émission de carbone) et les risques accidentels liés au transport par camions en zone urbaine (en première approximation de l’ordre de 6 000 camions de 15 tonnes par an seraient nécessaires à chaque campagne de dragage de notre port).

Les solutions alternatives dites «préventives ».

Ces procédés d’ingénierie écologique s’inscrivent dans une logique d’optimisation des effets naturels du courant ou de réduction des vases, si possible avant sédimentation.
Voici quelques procédés :

Mise en suspension des vases et entraînement par le jusant :
ce procédé consiste à remettre les sédiments en suspension (avec la technique du «rotodévaseur») de manière à ce que le jusant évacue vers l’océan la turbidité créée en mélange avec la turbidité naturelle témoignant du transit habituel des alluvions. L’impact sur l’écosystème est limité si les volumes mis en jeux correspondent à un entretien régulier (petits volumes à évacuer mais de manière fréquente). Ce procédé expérimenté depuis longtemps par les ostréiculteurs charentais est, par exemple, utilisé pour le dragage d’ouvrages portuaires de l’estuaire de la Vilaine.

Renforcement de l’effet chasse d’eau :
il s’agit d’accroître l’effet d’entraînement par le jusant des alluvions et sédiments frais en aménageant le chenal et le lit principal pour renforcer «l’effet chasse d’eau». Les barrages des Vallées et du Jaunay ont réduit le volume du balancement des marées, diminuant l’effet de chasse. L’estuaire de la Vie présente un profil très coudé qui ralentit le débit du jusant tout en protégeant les rives des vagues déjà fortement atténuées; mais le chenal relativement resserré est propice à l’entraînement de la plus grande partie des alluvions comme le révèle le panache de turbidité devant l’estuaire. Par contre en amont du pont de la Concorde jusqu’au barrage des Vallées, le cours de la Vie présente des méandres que renforcent les bancs de sable et les vasières en formation et, à l’opposé, l’érosion des rives. Est-il possible d’envisager un léger profilage du lit principal tout en gardant l’énorme réservoir que constituent les marais bordant la Vie pour alimenter cet effet de chasse ?

Procédé de drainage des vases :
c’est une solution de prévention de l’envasement des ports selon un dispositif modulable de drainage, de pompage et de remise en circulation des sédiments en suspension vers le milieu naturel avant que les alluvions ne se sédimentent. Une infrastructure de drains posés au fond des bassins capte les particules sédimentaires avant qu’elles ne s’accumulent et se complexifient avec les éventuels polluants présents dans les eaux portuaires et les rejettent vers le chenal au moment optimal du jusant. Ce procédé basé sur un concept d’ingénierie écologique respecte les cycles de circulation du milieu naturel. Citons le procédé breveté Sediflow mis au point par l’Ecole Centrale de Nantes et testé dans le port de Binic (Côtes d’Armor).

Procédé de réduction des vases par traitement biologique :
des activateurs biologiques ou des bactéries sont capables de réduire la vase par minéralisation des éléments organiques, jusqu’à faire baisser de 50 % le volume de sédiments, proportion équivalente pour les hydrocarbures résiduels. L’ensemencement des surfaces du bassin portuaire peut se faire soit sur un support (zéolitique), essais au port de la Flotte en Charente Maritime, au port d’Antibes…, soit par insufflation de bactéries et d’air dans la vase (l’activité bactérienne est facilitée par la bonne oxygénation de la vase), méthode expérimentée par les ports d’Arcachon et de Toulon. On le voit, les solutions alternatives préventives existent. Les divers procédés sont brevetés et ont fait l’objet de tests concluants et d’analyses d’impact (des eaux, des sédiments, des organismes vivants), même si leur mise en oeuvre ne résout pas complètement les problèmes de l’envasement.

Limitation des apports d’alluvions et de réduction des déchets et autres polluants :
Et si la cible principale serait d’agir en amont pour limiter les apports d’alluvions des cours d’eau et réduire voire éliminer déchets et polluants ? De quelle profondeur avons-nous besoin ? Pour quel tirant d’eau ? Pour quelle activité portuaire ? Dans quelle partie du port ? At-on besoin de draguer tous les bassins et pontons à flots ? L’échouage de bateaux dont les sorties se comptent sur les doigts de la main, amarrés à certains pontons (c’est le cas d’une partie des pontons 11 et 12) n’est-il pas préférable économiquement ? Autant de questions qu’il y a lieu de poser. En effet, quelques soient les solutions, la réduction des quantités de sédiments à extraire ou à traiter (par moyens biologiques par exemple) sera toujours un atout dans le processus de dragage et l’élimination des déchets et polluants, une mesure indispensable pour l’environnement, la qualité de l’eau, la santé. Explorons ces deux objectifs d’amélioration. Quelles sont les mesures permettant d’alléger l’apport d’alluvions dans l’estuaire de la Vie ? L’apport d’alluvion s’accroît notamment lors des périodes de pluie au cours desquelles s’intensifient et s’accélèrent les ruissellements et l’érosion des berges des marais, prairies et espaces cultivés du bassin-versant Vie-Jaunay.

Parmi les mesures permettant de limiter cet apport d’alluvions et donc le volume de sédiments s’accumulant dans les ports de Saint Gilles Croix de Vie:

  • renforcement des berges en aval du barrage des Vallées, soumises à une forte érosion notamment la rive droite,
  • protection des berges des marais avec végétaux adaptés (roseaux…),
  • protection des berges des zones cultivées et des prairies par des aménagements tels que fossés et haies,
  • protection des berges en faisant obstacle au cheminement et à l’abreuvage direct des animaux,
  • limitation des labours des parcelles en pente trop proches des cours d’eau. Parmi les pistes de réduction d’apport d’alluvions, il faudrait pouvoir limiter les apports exceptionnels (curage des barrages, épandage de fumier et de lisier, …) et le labourage, lors des périodes de fortes précipitation et de faibles coefficients de marée où l’effet de chasse est le moins efficace.

Quelles sont les mesures contribuant à réduire les déchets et autres polluants recueillis dans le périmètre de l’estuaire de la Vie?

Concernant la pollution qui accompagne les alluvions et se complexifie par la sédimentation, des marges d’amélioration permettraient de réduire déchets et autres pollutions :

En amont de la ville et des ports :

  • éviter le déversement accidentel (débordement) de lisier ou les pratiques agricoles non respectueuses de la règlementation (épandage mal pratiqué…),
  • améliorer l’assainissement des communes en amont,
  • maîtriser la densité des élevages industriels qui concentrent différentes pollutions y compris les pollutions dites fantômes (perturbateurs endocriniens et autres produits médicamenteux),
  • maîtriser l’activité des installations de méthanisation qui concentrent des déchets divers dont la qualité n’est pas toujours contrôlable,

Dans les zones urbaines et portuaires:

  • améliorer l’assainissement pour éviter surverses des réseaux et saturation des stations d’épuration lors des séquences de forte pluviométrie,
  • améliorer le traitement des eaux recueillies sur la zone de carénage du port de plaisance (projet d’amélioration en coordination avec l’Agence de l’Eau),
  • améliorer la gestion des déchets et du traitement des eaux de surface du parking du port de pêche,
  • récupérer les petits déchets aspirés et rejetés avec les sédiments que l’on retrouve au premier jusant sur la partie supérieure de l’estran, l’idéal étant le ramassage manuel des déchets non naturels.

Par ailleurs l’amélioration de la surveillance des eaux et sédiments, et de l’information donnée est indispensable :

  • communiquer le résultat des contrôles dans le cadre des prescriptions de l’arrêté d’autorisation (opportunité des prélèvements et analyses des tellines et des sédiments confiés au laboratoire Asconit agréé par le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable),
  • renforcer le suivi par le SAGE de la qualité des eaux du bassin versant Vie- Jaunay,
  • informer davantage sur les travaux de dragage, panneau d’informations sur le remblai prévu par la Semvie et meilleures visibilité des informations ARS : les pêcheurs à pieds non locaux ne voient pas toujours les informations de l’ARS ou de la Mairie.

Conclusion : Conjointement à une réflexion sur l’évolution du mode de retrait des sédiments des ports (avec leur pollution), c’est en amont du dragage que des marges de progrès sont à réaliser : réduction de la masse des sédiments qui est acheminée dans l’estuaire, réduction voire élimination, en amont et dans la ville et les ports, des sources de pollution de l’estuaire. L’évolution de la réglementation laisse présager un durcissement des conditions d’autorisation des opérations de dragage et de rejet sur l’estran. Aux responsables d’anticiper et de mettre les acteurs en capacité de maîtriser les changements pour les enjeux de la cité portuaire et balnéaire.

Denis Draoulec.

*GEODE : Groupe d’Etudes et d’Observation du Dragage et l’Environnement.
*Au moment de la rédaction de cet article, V.I.E. a appris que la Communauté de Communes a proposé à ses partenaires de se substituer à la CCI pour la gestion du port de pêche et du port de commerce.