Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: pêche

Bulletin 2010 Dossiers d'actualité

A chacun son port

Publié par :

Bateau en attente de destruction

Le géographe retiendra de St Gilles Croix de Vie les traits physiques singuliers d’un port d’estuaire imbriqué dans la ville, protégé de l’océan par un fragile cordon dunaire, soumis aux courants du Bassin versant de la Vie et du Jaunay qui en ont dessiné les méandres. L’historien s’attachera à l’étude des mutations économiques liées aux activités maritimes et à l’évolution des rapports sociaux d’une rive à l’autre. Mais au delà de ce rapport à l’espace et au temps, le port a longtemps été le lieu de travail de la pêche artisanale, relayée à terre par la criée, les ateliers de mareyage et les conserveries, générateurs d’ambiances et d’émotions, de «la Roussière» au «Pont Bodin», de «la Douane» au «Port Fidèle», illustrés par ces événements populaires qu’étaient les fêtes de la mer et les lancements de bateaux. Un conseil : n’abordez ce passé avec les acteurs de l’époque que si votre temps n’est pas compté. Cette culture portuaire a disparu pour deux raisons majeures : l’irruption des loisirs en des lieux jusqu’alors perçus comme espaces de travail et la mise en oeuvre de la politique européenne de la pêche. Le port de pêche s’est

atrophié, victime de la crise des ressources puis de la crise des marchés, tandis que le port de plaisance devenait un vecteur de plus en plus important de développement économique. Quelques chiffres : 50 bateaux de pêche, plus de 1000 anneaux à Port la Vie ; 12000 tonnes de poissons débarquées en 1998, 4000 tonnes en 2008 !

Outre les conséquences économiques et sociales évidentes, ces mutations ont profondément modifi é le site par l’implantation d’infrastructures nouvelles, et altère durablement sa force d’attraction, même si la qualité de certains aménagements – La promenade Marie de Baucaire – mérite d’être soulignée.

A plus ou moins court terme, le visage du port va encore changer :

  • Fragilité du secteur pêche en érosion constante, remet en cause la rentabilité de ses installations, notamment du centre des marées ; que va-t’il devenir?
  • Où en est le projet départemental de bassin en eaux profondes prévu Quai Rivière ?
  • La protection du périmètre de la Baie d’Adon reste en attente (voir article p.15 de ce bulletin)
  • Certaines structures vieillissantes (le Quai du Port Fidèle?) ne doivent-elles pas être consolidées ?

Ces chantiers potentiels nous interrogent, notamment après les événements du printemps 2009, à savoir le spectacle consternant du «déchirage» de 4 bateaux, et le déroulement du chantier Merceron dans le cadre de l’allongement du Ponton 8, laissant à beaucoup, le sentiment confus de situations d’urgence difficilement maîtrisées sans pour autant identifier les niveaux de responsabilité. Enfin, l’effondrement d’une partie de la cale Bénéteau, alimente les commentaires, à tort ou à raison, quant aux études d’impact réalisées. En conclusion, nous sommes d’accord pour l’entretien de la vitalité du port par l’organisation de manifestations, en évitant les parkings – à voitures et à bateaux – qui ne font rêver personne. D’accord aussi avec les voeux 2010 du maire, pour un «dynamisme collectif», sous réserve que les autorités en réunissent les conditions.

Bulletin 2010 Histoire - Récits - Mémoire

Termes et expressions du parler maritime local de Saint Gilles Croix de Vie

Publié par :

Maurice Guittonneau a dressé un lexique des expressions maritimes qui s’enrichit tous les jours. Nous en poursuivons, ici, la publication dont des extraits avaient déjà paru dans le bulletin 2007.V.I.E vous invite à compléter ce lexique.
A vous !

  • Bourolle Casier à crevette rose
  • Bouc… crust. Crevette grise (boucaud)
  • Baleresse crust. Etrille
  • BAôue Banc de canot
  • Baraôu poisson Tacaud
  • Barbarin poisson Rouget barbet
  • Billouque crust. Crabe vert de rivière
  • Bernique coq. Patelle
  • Brandoi Algue de roche sur l’estran
  • Boguette Ecope en bois (ancien)
  • Bande-molle Ferrure fixée sous la quille (semelle)
  • Branleur- se Galopin, Gosse
  • Branleur- se Grosse, Grand
  • Branleuse de branlée Pris dans un fort grain en mer
  • Bassiot’ Bassiquot’ Récipient carré ou rectangulaire en bois avec deux poignées
  • Bousinne Genre de barbecue fait d’une caisse en bois sur pieds remplie de briques avec un foyer central (extérieur des maisons).
  • Bia La mie d’un filet, d’une senne, chalut. Partie du filet non tendue
  • Boyette Os de seiche
  • Bordes Arêtes de poisson
  • Bia-rat’ Petit gars , gamin
  • Biroilloux Yeux sales purulents
  • Borlaire Grande déchirure dans (filet ,voile , vêtement )
  • Barbailler à fleur d’eau (tremper, toucher l’eau)
  • Bornousé – Beurnousé Sale, graissé, barbouillé
  • Baisé – baisaïe Se faire avoir….attrapé
  • Baisé – baisïe bien baisé, baisé un coup de mer, baisé une maladie……..
  • Bringueballe usuel pêche, barre d’embrayage moteur, levier, barre de pompe
  • Baragouiner Parler de tout et de rien
  • Baignoire Partie creuse sur petit bateau ponté, type voilier, pinasse à moteur
  • Barroté Chargé au raz bord , plein
  • Bafouet’ Vague et remous provoqué par le déplacement d’un bateau ou autre
  • Bafouet’ Faire du bruit – un branleur de bafouet’ ( un grand bruit )
  • Boucaille Crachin, bruine
  • Boucailloux Se dit d’un temps bouché, brumeux, bruine
  • Burgaue Bigorneau
  • Baller Flotter sur l’eau (contraire de couler)
  • Ballé Mal pêché vis-à-vis de l’ensemble des pêches
  • Cantelette Palan de mât pour monter les charges et pochées de chalut
  • Coquion coq. Coque
  • Coffré Recouvert par un paquet de mer
  • Cace- ss Retenue d’eau laissée dans les rochers, sur les plages et berges de rivière laissée par la marée descendante. Nom donné aussi à la vase
  • Cassou Personne ou objet recouvert de vase
  • Chumorlet’ poiss. Petit maquereau
  • Coursia Petit cours d’eau qui rejoint la rivière (étier) venelle d’eau dans les rochers
  • Cordelle (à la) Halage d’un bateau de la rive, Cordage
  • Coillage Se dit de tout un ensemble matérielle de pêche, gréement, autres …
  • Cotriade Part de poisson retenue sur la pêche pour la consommation du pêcheur
  • Chambre Local à terre où le marin entrepose matériel de pêche, appât appelé aussi « chais »( Les Sables d’O)
  • Clinche la Boisson alcoolisée vin … Embarquer la Clinche, le vin et autres alcools
  • Clinche ( aller à la…) Endroit ou ce trouve l’alcool pour boire (cuisine, poste d’équipage cambuse, bistrot)
  • Cojeanne ..(Yeu) Laminaire, Algue longue et large
  • Coupe Bouquet de bois ou dune haute pour alignement
  • Creuse Se dit d’une eau claire et limpide
  • Castron poiss. petit de la seiche de cinq à dix cm
Bulletin 2009 Histoire - Récits - Mémoire pêche

Le Vivier

Publié par :

Cet été, Quai Gorin, une pancarte fixée sur un mur du vivier en annonçait sa mise en vente. Puis celle-ci a brusquement disparu, à l’insu des vendeurs. Pour modeste que soit ce bâtiment utilitaire, son histoire n’est déjà pas simple. Le chapitre qui s’annonce risque d’être de la même veine.

  • Dans les années 60, l’idée se discute dans les milieux de la pêche, d’accorder une concession à des marins pour développer l’élevage des moules en période hivernale. Le Comité Local des Pêches obtient des Ponts et Chaussées Maritimes une concession, rive droite de la Vie, en amont du pont de la Concorde.
  • En 1967,on passe des moules aux huîtres, dans le cadre d’une coopérative d’ostréiculture, la SOCOVIE qui réunit 150 sociétaires et fait travailler de 8 à 9 salariés traitant de 11 000 à 14 000 poches/an. Le naissain est acheté au Portugal dans les premiers temps, puis au Japon, après une épizootie qui ravagea les parcs à huîtres de la façade Atlantique, dans la même période. Ce naissain élevé dans les eaux de la Vie pendant 2 à 3 ans puis détroqué et nettoyé sur place, dans la cabane construite à cet effet sur le quai Gorin, est revendu par les ostréiculteurs de la Baie de Bourgneuf qui détiennent les circuits de commercialisation. Après une année défi citaire en 1968, l’activité triple en 1969 et redonne espoir aux gestionnaires qui poursuivront cette aquaculture jusqu’en 1974. A partir de 1975, la coopérative change de nom et devient « l’Huître Vendéenne » et se dote d’une implantation complémentaire à Bourgneuf. L’activité se maintient jusqu’en 1980 avec deux salariés qui traitent 3 000 poches/an. Mais la mauvaise qualité de l’eau favorisant la multiplication des épizooties, les huîtres deviennent invendables.
  • 1980, la cabane change de vocation. M. Jean Zinsius rachete la concession à M. Martial Rocheteau, de la Chaume, et développe un négoce de civelles. La cabane s’équipe de viviers et un quai d’accostage pour les civeliers est construit.

Jusqu’en 2006, une flotte de trente bateaux y compris ceux des Sables pouvaient pêcher jusqu’à 50 tonnes de civelles par saison, achetées essentiellement par un négociant basque, M. Anguleros Aquinolo. Depuis deux ans, le vivier a cessé son activité. Cependant 18 bateaux continuent la pêche aux civelles sur le Bassin de Vie mais le tonnage des prises ne cesse de décroître. Fort heureusement, ce produit voit son prix monter en flèche, stimulé par la demande japonaise.

Janine Bureau