Bulletin 2014 Les dossiers de VIE Nature et environnement

Les petits animaux de l’estran se racontent.

L’arénicole (Arenicola marina)

Une arénicole

Une arénicole

Mon nom provient de «arena» qui signifie sable et «cole», qui habite. Je peux donc me considérer comme la «reine des sables». J’ai aussi d’autres noms moins élégants tels que chique, bouzou, bocart, ver noir, donnés par les pêcheurs qui m’utilisent comme appât. L’estran, mon royaume, est une zone recouverte par la mer à marée haute et découverte à marée basse. Je colonise l’estran sableux, plus ou moins vaseux, que je partage avec les coques et les palourdes.
Je construis à la surface du sable des petits «châteaux» en forme de tortillons placés à côté d’un trou en entonnoir. Et je suis là, cachée dans ce sable vaseux, dans un tube en U, entre le trou et le tortillon. J’ai tout ce qu’il faut pour me nourrir en aspirant le sable riche en matière organique et en plancton, au niveau de l’entonnoir. Pour cela, j’ai une trompe rétractile. Hélas! Elle ne peut rivaliser en grâce avec celle du papillon ou en force avec celle de l’éléphant ! Je suis simplement un gros ver de 15 à 20 cm de long. Je suis classée dans les Annélides polychètes, (vers au corps annelé, avec de nombreuses soies) et je porte sur mon dos des petites touffes rouges, les branchies.

Le trou en entonnoir et le tortillon

Le trou en entonnoir et le tortillon

A marée haute, pas de problème, il y a de l’eau partout ; à marée basse, je continue à respirer dans l’eau restée au fond de mon tube en U. En m’accrochant avec mes soies aux parois de mon tube, que j’ai consolidées avec du mucus, je peux faire marche arrière et rejeter sous forme de tortillon, le sable que j’avais avalé.
Je n’ai jamais de visite de «prince charmant». Dans un sens, il vaut mieux ! S’il voyait ma «tronche», il aurait peur ! En fait, il n’a pas d’yeux et moi non plus, alors tout va bien. En octobre – novembre, il libère dans l’eau ses spermatozoïdes qui s’étalent à la surface du sable et sont entraînés dans ma galerie par un courant d’eau. Et voilà, ça marche comme çà !
J’ai appris que des scientifiques s’intéressaient beaucoup à moi ; enfin un peu de considération pour le pauvre petit animal que je suis ! En effet, ils ont découvert que mon hémoglobine est proche de l’hémoglobine humaine mais n’est pas enfermée dans des globules rouges. Je vais donc prendre de l’importance dans le domaine médical. Comme mon hémoglobine est un très bon transporteur d’oxygène, elle pourrait servir dans le transport des greffons, la cicatrisation des plaies et d’autres thérapies.
Tant mieux pour vous les humains mais finalement ce n’est pas drôle du tout pour moi : finir ma vie en bouillie dans l’estomac d’un poisson ou dans une éprouvette, c’est quand même un triste sort !

vers03

Catherine Chauvet
Illustrations : triplov.com - wikipedia.org-Doris. ffessm.fr David Borg

1 comment

  1. Pingback: Ailleurs sur… la plage ! | [Lab]map

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *