Association VIE Vendée » Blog Archives

Tag Archives: histoire

Bulletin 2009 Histoire - Récits - Mémoire pêche

Le Vivier

Publié par :

Cet été, Quai Gorin, une pancarte fixée sur un mur du vivier en annonçait sa mise en vente. Puis celle-ci a brusquement disparu, à l’insu des vendeurs. Pour modeste que soit ce bâtiment utilitaire, son histoire n’est déjà pas simple. Le chapitre qui s’annonce risque d’être de la même veine.

  • Dans les années 60, l’idée se discute dans les milieux de la pêche, d’accorder une concession à des marins pour développer l’élevage des moules en période hivernale. Le Comité Local des Pêches obtient des Ponts et Chaussées Maritimes une concession, rive droite de la Vie, en amont du pont de la Concorde.
  • En 1967,on passe des moules aux huîtres, dans le cadre d’une coopérative d’ostréiculture, la SOCOVIE qui réunit 150 sociétaires et fait travailler de 8 à 9 salariés traitant de 11 000 à 14 000 poches/an. Le naissain est acheté au Portugal dans les premiers temps, puis au Japon, après une épizootie qui ravagea les parcs à huîtres de la façade Atlantique, dans la même période. Ce naissain élevé dans les eaux de la Vie pendant 2 à 3 ans puis détroqué et nettoyé sur place, dans la cabane construite à cet effet sur le quai Gorin, est revendu par les ostréiculteurs de la Baie de Bourgneuf qui détiennent les circuits de commercialisation. Après une année défi citaire en 1968, l’activité triple en 1969 et redonne espoir aux gestionnaires qui poursuivront cette aquaculture jusqu’en 1974. A partir de 1975, la coopérative change de nom et devient « l’Huître Vendéenne » et se dote d’une implantation complémentaire à Bourgneuf. L’activité se maintient jusqu’en 1980 avec deux salariés qui traitent 3 000 poches/an. Mais la mauvaise qualité de l’eau favorisant la multiplication des épizooties, les huîtres deviennent invendables.
  • 1980, la cabane change de vocation. M. Jean Zinsius rachete la concession à M. Martial Rocheteau, de la Chaume, et développe un négoce de civelles. La cabane s’équipe de viviers et un quai d’accostage pour les civeliers est construit.

Jusqu’en 2006, une flotte de trente bateaux y compris ceux des Sables pouvaient pêcher jusqu’à 50 tonnes de civelles par saison, achetées essentiellement par un négociant basque, M. Anguleros Aquinolo. Depuis deux ans, le vivier a cessé son activité. Cependant 18 bateaux continuent la pêche aux civelles sur le Bassin de Vie mais le tonnage des prises ne cesse de décroître. Fort heureusement, ce produit voit son prix monter en flèche, stimulé par la demande japonaise.

Janine Bureau

Les rendez-vous de V.I.E.

Souvenir prestigieux

Publié par :

Alexandre Soljenitsyne est mort le 3 août 2008, chez lui à Moscou. 20 ans après avoir été expulsé de son pays et privé de ses droits de citoyenneté, il a été autorisé à revenir dans ses terres natales. En 1993, sur le chemin du retour, plutôt buissonnier, il s’est arrêté en Vendée, répondant à l’invitation du Conseil Général. Il a même poussé une pointe jusqu’à Saint-Gilles-Croix-de-Vie pour inaugurer une stèle à l’entrée de la dune de la Garenne à la mémoire de la poétesse russe Marina Tsvetaiëva. Celle-ci avait fait, en août septembre 1926, un court séjour à Saint-Gilles-sur-Vie dont le paysage lui avait inspiré des propos peu flatteurs. En revanche, le soulèvement des Chouans l’avait enthousiasmée car elle y voyait le même élan de liberté que celui qui avait inspiré les révoltés du Don.

Les écrits de Alexandre Soljenitsyne, dans le contexte actuel, prennent une résonance particulière. Il considérait qu’«il fallait donner les coudées franches à l’initiative privée mais en instaurant des limites fermes». Il n’a eu de cesse d’insister sur le fait qu’un système ne dédouane personne de sa responsabilité individuelle envers lui même et les autres. Il considérait enfin que notre devise nationale : « Liberté, Egalité et Fraternité » était irréaliste. Elle réunit, selon lui, des termes contradictoires. Elle est pourtant le socle de notre unité nationale. Ces contradictions, si contradictions il y a, en sont peut-être la clé en créant suffisamment de jeu pour que les tensions de chaque époque trouvent, ainsi l’espace de leur expression et accompagnent sa maturation.

Denise Rivalin