Bulletin 2018 Dossiers d'actualité

EN VUE DE LA FUTURE AGGLOMÉRATION

La célébration les 50 ans de la fusion des communes de Saint- Gilles- sur- Vie et de Croix- de- Vie, loin de se centrer exclusivement sur le passé a inspiré des projets d’urbanisme utopiques.

A plus court terme, notre futur urbain promis à un élargissement aux communes voisines selon des contours encore à définir est tout aussi stimulant pour l’imagination. L’exercice est plus difficile car il s’agit d’assembler des espaces et des histoires collectives sans s’abstraire de la réalité des tissus urbains façonnées, au fil du temps par les habitants, selon leurs choix de vie, eux-mêmes aux prises avec les résistances du terrain et les exigences de la géographie locale.

Les auteurs des projets d’urbanisation utopiques se sont attachés à imaginer un centre- ville alors qu’il ne leur a pas échappé que notre cité, héritière d’une double matrice, a au moins deux centres-villes. La permanence des représentations mêmes de la part d’architectes utopiques fait que le modèle de la place forte a la peau dure. Dans la perspective d’une nouvelle agglomération composée de plusieurs entités urbaines, la question d’un centre- ville est dépassée. Celle des ouvertures à favoriser est primordiale. Car il y aura plusieurs noyaux actifs à faire interagir jusqu’à Nantes mettant au premier plan la question des tracés et des modes de communication inter et extra urbains capables d’innerver avec fluidité les différents centres nerveux de la nouvelle agglomération en lien avec les autres villes d’un bassin social et économique étendu.

Chaque commune travaille à se doter d’un plan de circulation rationnel et fonctionnel faisant la chasse aux bouchons. Cette réflexion déjà difficile en soi doit déjà s’inscrire dans notre futur urbain élargi. Les habitants l’anticipent eux-mêmes en étirant les liaisons entre lieux de vie, de formation, d’enseignement, de travail et de loisirs. Ils apprécient quand ces liaisons sont correctement aménagées, signalées et sécurisées.

Cependant pas de futur sans racines efficientes.

En effet, les axes de liaison entre les bourgs, les quartiers et les centres urbains constituent les briques fondatrices de la future structure urbaine. En améliorant la mobilité urbaine, c’est tout un ensemble d’avantages qui apparaissent, notamment l’amélioration des déplacements domicile-travail, domicile établissement scolaire, déplacements professionnels, la facilitation des ravitaillements domestiques, des accès à la sante, à la culture, à la vie associative … C’est donc toute la vie urbaine qui se trouve enrichie, dynamisée, grâce à des liaisons adaptées.

Nous citerons quelques exemples d’aménagement permettant           de renforcer les axes de liaison dans le cadre d’un développement durable : préservation des écosystèmes, aménagements de mobilité qui génèrent le moins de nuisances possibles (voies douces partagées, itinéraires de transports en commun, autres modes de transport alternatifs …) pour assurer aux générations futures une qualité de vie et une biodiversité :

1- liaison entre le centre urbain et le bourg de Saint-Hilaire-de-Riez : cet axe de liaison est l’un des plus importants de la commune nouvelle puisqu’il dessert de nombreux quartiers et des équipements communautaires (écoles, gare, complexe aquatique, salle de spectacle, …).

2- liaison entre le pôle urbain-quartier de la Cour Rouge, le bourg du Fenouiller et les quartiers voisins (Val de Vie, Chabossonnière) : une passerelle permettrait aux piétons et aux cyclistes un cheminement plus sécurisé et plus convivial qu’actuellement ;

3- liaison entre le bourg du Fenouiller ainsi et celui de Saint-Hilaire-de-Riez ainsi que celui de Notre -Dame-de-Riez, via le pont du barrage des Vallées. L’effort est à faire pour lever les discontinuités de la voie douce, notamment en aménageant une passerelle et pour faciliter le trafic automobile tout en restreignant le passage des véhicules lourds ;

4- liaison du futur écoquartier La Croix avec le quartier institutionnel (gendarmerie, lycée), la zone industrielle de la Bégaudière: l’aménagement du rond-point de l’Europe qui a déjà fait l’objet, dans les discussions, de préfiguration de voies souterraines, d’une passerelle, …

5- liaison entre le pôle urbain et Givrand via quartier institutionnel (gendarmerie, lycée) : une voie verte déjà existante a vocation à permettre les déplacements cyclistes des lycéens et des salariés de la Bégaudière ;

6- liaison avec la zone ZAE Le Soleil Levant où se trouvent regroupés le siège de la Communauté de Communes du Pays de Saint-Gilles-Croix-de-Vie, les services techniques associés, des services associatifs comme les Restos du Cœur : l’aménagement concerne l’accessibilité piétonne et cycliste des salariés et des ayant-droits via une voie verte sécurisée.

Il y a tout intérêt à impliquer les habitants pour réfléchir, dans le cadre d’ateliers animés, sur ces mises en perspective des futurs axes de liaison de l’agglomération à venir.

Axes de liaison à valoriser sur l’aire urbaine du Havre-de-Vie

 

 

Denis Draoulec (denis.draoulec22@orange.fr)
Bernard de Maisonneuve (bdemaisonneuve@gmail.com
Michelle Boulègue (bouleguem@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *